LE BONHOMME DE NEIGE DE TOMAS ALFREDSON

LE BONHOMME DE NEIGE

234567.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

Un accident industriel embarrassant par le réalisateur du culte Morse, qui avait tout pour être un succès. Le thriller, avec Michael Fassbender et Charlotte Gainsbourg, est un désastre d’écriture et de montage qui vicie tous les excellents ingrédients artistiques réunis pour une avalanche d’incongruités.

bonhomme-de-neige-bande-annonce

Réalisateur : Tomas Alfredson
Scénario : Hossein Amini, Peter Straughan et Søren Sveistrup, d’après le roman Le Bonhomme de neige de Jo Nesbø
Direction artistique : Maria Djurkovic
Photographie : Dion Beebe
Montage : Claire Simpson et Thelma Schoonmaker
Musique : Marco Beltrami
Producteurs : Tim Bevan, Eric Fellner, Peter Gustafsson et Robyn Slovo
Acteurs : Charlotte Gainsbourg, Chloë Sevigny, Val Kilmer, James D’Arcy, Michael Fassbender, J.K. Simmons, Rebecca Ferguson
Date de sortie : 29 novembre 2017
Durée : 1h59mn

le_bonhomme_de_neige_120x160_date_hd-2-4e73a

Lorsque le détective d’une section d’élite enquête sur la disparition d’une victime lors des premières neiges de l’hiver, il craint qu’un serial killer recherché n’ait encore frappé. Avec l’aide d’une brillante recrue, il va tenter d’établir un lien entre des dizaines de cas non élucidés et la brutalité de ce dernier crime afin de mettre un terme à ce fléau, avant la tombée des prochaines neiges.

2472_fpt_00047ar

Bienvenue dans les noirceurs du thriller scandinave. Un véritable genre en soi rendu célèbre par les adaptations de Millénium (d’après Stieg Larson) et le remake de David Fincher, auquel Tomas Alfredson avait largement contribué en réalisant le vampirique et envoûtant Morse, lui-même remaké aux USA par Matt Reeves. Morse était un chef d’oeuvre salué en son temps par la critique mondiale, Snowman, c’est tout le contraire, un navet sévère, conspué par le public et la critique à l’échelle planétaire.

529584.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

Ici, l’on se base sur le roman éponyme de Jo Nesbø, mettant en scène les enquêtes du sérieusement travaillé du chapeau Harry Hole. Un trou, comme son nom l’indique, que la quantité d’alcool ingurgitée ne vient jamais combler…

2461957.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

C’est Fassbender qui incarne le rôle du flic dépressif. Il a enchaîné les tournages différents ces dernières années, passant de Assassin’s creed aux traumas enneigés du Bonhomme de neige. On l’y voyait davantage à l’aise et, en soi, il ne démérite pas. Après tout, n’est-ce pas un polar un poil pervers, où l’intrigue policière s’insinue dans les failles de personnages perturbés ?

The Snowman

Avec Scorsese comme producteur exécutif (il a été un moment intéressé par la réalisation), Gainsbourg fille en second rôle, ainsi que Val Kilmer ou J.K. Simmons, on pouvait croire au miracle, mais c’était oublier qu’Hollywood est aussi une industrie capable de produire du bon à la chaîne tout en abîmant sur le tapis ses meilleurs éléments.

The Snowman

Après un bide américain alimenté par des critiques vénéneuses, le cinéaste Tomas Alfredson a justifié l’échec artistique du film… Il confesse avoir reçu au fil du tournage des parcelles de script à tourner sans que rien ne se raccorde vraiment lors du montage final. Malheureusement, sa description du processus créatif s’avère vérifiable à l’écran.

3404084.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

L’on part d’une séquence introductive glaçante, d’une effroyable efficacité, durant laquelle un gamin subit la violence abjecte d’un père, puis la mort traumatisante d’une mère, ce qui annonce une véritable claque esthétique et narrative, pour finalement sortir de la salle après avoir essuyé un aboutissement scénaristique paresseux, sans vraie révélation. Tout concordait à faire de l’un des suspects les moins attendus le tueur effectif. C’était tellement facile qu’on se refusait d’y croire…

The Snowman

Mais que se passe-t-il entre-temps ? De grands acteurs sous-employés. Val Kilmer fait une fugace apparition sans que le script tronçonné ne sache trop quoi faire du monument de cinéma qu’il est. Il sera vite écarté de l’intrigue, au gré d’une chronologie chaotique. On citera également le double rôle de Chloë Sevigny qui laisse pantois tant sa peinture est grossière.

3418147.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

J.K. Simmons est lui aussi employé au rabais et apparaît comme une caricature inconséquente des monstres imbus de pouvoir à la Weinstein. Notre Charlotte nationale ne peut que verser des larmes tant son rôle est également illusoire à l’écran. On pourrait même affirmer qu’il s’agit du personnage le plus insipide du film, même si le jeu de la comédienne n’est nullement en cause.

3432210.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

Toute cette constellation de grands noms est rattachée artificiellement à la trame qui devient vraiment paresseuse dans sa résolution, mettant à mal les pistes intéressantes que la première partie semblait vouloir mettre en place, mais qui seront laissées inexploitées.

5887975.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

Bref, cette avalanche de déceptions accouche d’une congère qui finit par nous mettre les boules (de neige, il va sans dire !). The Snowman a déjà fondu avant même le début de l’hiver.

le-bonhomme-de-neige-le-cauchemar-ne-fait-que-commencer-pour-michael-fassbender

2/10

Pierre Bryant

Cinéphile depuis mon plus jeune âge, c’est à 8 ans que je suis allé voir mon 1er film en salle : Titanic de James Cameron. Pas étonnant que je sois fan de Léo et Kate Winslet… Je concède ne pas avoir le temps de regarder les séries TV bonne jouer aux jeux vidéos … Je vois en moyenne 3 films/jour et je dois avouer un penchant pour le cinéma d’auteur et celui que l’on nomme « d’art et essai »… Le Festival de Cannes est mon oxygène. Il m’alimente, me cultive, me passionne, m’émerveille, me fait voyager, pleurer, rire, sourire, frissonner, aimer, détester, adorer, me passionner pour la vie, les gens et les cultures qui y sont représentées que ce soit par le biais de la sélection officielle en compétition, hors compétition, la semaine de la critique, La Quinzaine des réalisateurs, la section Un certain regard, les séances spéciales et de minuit … environ 200 chef-d’œuvres venant des 4 coins du monde pour combler tous nos sens durant 2 semaines… Pour ma part je suis un fan absolu de Woody Allen, Xavier Dolan ou Nicolas Winding Refn. J’avoue ne vouer aucun culte si ce n’est à Scorsese, Tarantino, Nolan, Kubrick, Spielberg, Fincher, Lynch, les Coen, les Dardennes, Jarmush, Von Trier, Van Sant, Farhadi, Chan-wook, Ritchie, Terrence Malick, Ridley Scott, Loach, Moretti, Sarentino, Villeneuve, Inaritu, Cameron, Coppola… et j’en passe et des meilleurs. Si vous me demandez quels sont les acteurs ou actrices que j’admire je vous répondrais simplement des « mecs » bien comme DiCaprio, Bale, Cooper, Cumberbacth, Fassbender, Hardy, Edgerton, Bridges, Gosling, Damon, Pitt, Clooney, Penn, Hanks, Dujardin, Cluzet, Schoenaerts, Kateb, Arestrup, Douglas, Firth, Day-Lewis, Denzel, Viggo, Goldman, Alan Arkins, Affleck, Withaker, Leto, Redford… …. Quant aux femmes j’admire la nouvelle génération comme Alicia Vikander, Brie Larson, Emma Stone, Jennifer Lawrence, Saoirse Ronan, Rooney Mara, Sara Forestier, Vimala Pons, Adèle Heanel… et la plus ancienne avec des Kate Winslet, Cate Blanchett, Marion’ Cotillard, Juliette Binoche, Catherine Deneuve, Isabelle Huppert, Meryl Streep, Amy Adams, Viola Davis, Octavia Spencer, Nathalie Portman, Julianne Moore, Naomi Watts… …. Voilà pour mes choix, mes envies, mes désirs, mes choix dans ce qui constitue plus d’un tiers de ma vie : le cinéma ❤️

More Posts

Laisser un commentaire