Solo A Star Wars Story : flop mérité ou western galactique injustement boudé ?

Annoncé comme un potentiel échec par Disney/Lucasfilm eux mêmes, après des échos peu encourageants, des changements de réalisateurs, retournage du film à 80% et une lapidation sur la voie public au Festival de Cannes et des critiques presse en général l’annonçant comme le nouveau Suicide Squad (Sérieusement ?) rien ne jouait en la faveur du second spin off de la mythique saga Star Wars centré sur la jeunesse de Han Solo. Sans compter le ras le bol des fans tous déçus depuis la sortie du controversé de Star Wars épisode VIII : Les derniers Jedi ainsi que la sortie régulière des films d’a peine un an d’intervalle… Pourtant Solo a Star Wars Story est à des années lumière de la catastrophe annoncée !

A l’origine réalisé par Phil Lord et Chris Miller (La grande aventure Lego), ces derniers furent licenciés du projet pour cause de différents artistiques, c’est finalement Ron Howard (le papa de Willow et grand amis d’un certains George Lucas) qui remplaça au pied levé les deux réalisateurs pour retourner quasiment 80% du long-métrage, ce qui en général, n’augure rien de bon… Malgré quelques maladresse d’écriture, le film nous tient habilement en haleine. Jamais trop long, jamais trop lourd, le montage du film et diablement efficace et ne laisse jamais place à l’ennui. Ron Howard n’innove rien en terme de mise en scène, mais le bonhomme reste suffisamment rodé dans le milieu et sait mettre en valeur sa joyeuse bande de cowboys de l’espace. Car oui, Solo est un pur western de science-fiction, bourré de séquence faisant écho aux codes du western classique comme l’assaut d’un train ou des duel à un contre un au pistolet (pisto-laser dans le cas de Star Wars). Visuellement, Solo est sans doute le film Star Wars le moins « éclairé », en effets, la photographie et beaucoup plus désaturée que sur les autres films de la franchise. On pourrait se plaindre que certains moment d’action manque de clarté, mais cela ajoute une vraie identité au film et les décors et environnements font partie des plus beau et originaux de la saga. D’ailleurs, Solo à beau joué la carte du « fan-service », cela n’est jamais gratuit et certains éléments contribue également à la constructions mythologique de Han Solo, après tout, il est ici question de spin off « prequel » et non d’une suite, il est donc logique de retrouvée certains personnages et monument clés !

En termes de pur continuité avec la saga et la mythologie de Han Solo, le film de Ron Howard fait un quasi sans faute : en partant de Han qui fuit sa planète natal Corelia , de la rencontre incroyablement réussite et surprenante avec Chewbacca, la relation ambiguë avec Lando Calrissian, la possession du Faucon Millenium et surtout, le fameux raid de Kessel en 12 parsecs… tout y est et c’est vraiment bien amené. D’un point de vu global, Solo est également le premier film Star Wars ou les enjeux de l’histoire ne concerne pas le sort de la galaxie toute entière, c’est plus « terre à terre », on reste à échelle humaine, contrairement à Rogue One qui jouait un rôle capital pour la continuité de la saga. Ici, il n’est pas question de Chevaliers Jedi ou de Rebelles luttant contre leurs oppresseurs, mais de contrebandiers, de truands, de malfrats, de maraudeurs et de tueurs… Bref, des parias syndicats du crime, un point peu exploité dans la saga (on ne prendra pas en compte l’univers Legends ou des séries animée The Clone Wars ou Rebels) et c’est très rafraîchissant.

Et alors Alden Ehrenreich, Solo ou pas Solo ???? Solo à 100% !!!!! Succédé à Harrison Ford dans se rôle iconique n’a pas du être une mince affaire pour ce jeune acteur que les fans semblaient dejà condamner d’office… et pourtant Ehrenreich s’en tire avec les honneurs, il à habilement adopté la posture, les mimiques et le caractère du personnage sans pour autant faire une pale copie du jeu de Ford. Donald Glover quand à lui, crève littéralement l’écran en Lando Calrissian, serait-ce le fils caché de Billy-Dee Williams ???? Une enquête mérite d’être lancé !!!!! Quand à Woody Harrelson, Emilia Clarke, Erin Kellyman, Paul Bettany et Thandie Newton, ils sont tous tout aussi intéressant et charismatique !

Un dernier mot sur la Bande originale composée par John Powell qui est vraiment excellente et accompagne bien le film ainsi que les thèmes originaux de la saga orchestré par le patriarche John Williams !

 

En bref, Solo : A Star Wars Story, c’est un western galactique jouissif et rafraîchissant qui ne se la raconte jamais et qui ne mérite absolument pas sa lapidation médiatique… allez, dans 10 ans il est réhabilité, on prend le pari !

Laisser un commentaire