Les sorties du 10 janvier : les films à voir au cinéma

Seule sur la plage la nuit (Bamui haebyun-eoseo honja)

réalisé par Hong Sang-soo et distribué par Capricci Films / Les Bookmakers

Quelque part en Europe. Younghee a tout laissé derrière elle : son travail, ses amis et son histoire d’amour avec un homme marié. Seule sur la plage, elle pense à lui : elle se demande s’il la rejoindra. Gangneung, Corée du Sud. Quelques amis trinquent : ils s’amusent de Younghee qui, ivre, se montre cruelle à leur égard. Seule sur la plage, son coeur divague : elle se demande combien l’amour peut compter dans une vie. Le nouveau film du prolifique Hong Sang-soo avant La Caméra de Claire.

 

Vers la lumière (Hikari)

réalisé par Naomi Kawase et distribué par Haut et Court

Misako passe son temps à décrire les objets, les sentiments et le monde qui l’entoure. Son métier d’audiodescripteur de films, c’est toute sa vie. Lors d’une projection, elle rencontre Masaya, un photographe au caractère affirmé dont la vue se détériore irrémédiablement. Naissent alors des sentiments forts entre un homme qui perd la lumière et une femme qui la poursuit. Pour les amateurs du cinéma de Kawase.

 

Si tu voyais son coeur 

réalisé par Joan Chemla et distribué par Diaphana Distribution

Suite à la mort accidentelle de son meilleur ami, Daniel échoue à l’hôtel Métropole, un refuge pour les exclus et les âmes perdues. Rongé par la culpabilité, il sombre peu à peu dans la violence qui l’entoure. Sa rencontre avec Francine va éclairer son existence. Un premier film au casting prestigieux qui s’annonce plutôt amibitieux.

 

Que le diable nous emporte 

réalisé par Jean-Claude Brisseau et distribué par Les Acacias

Camille, belle femme dans la quarantaine, ramasse le téléphone portable que Suzy a perdu dans une gare. Quand Suzy appelle son propre numéro, elles conviennent d’un rendez-vous chez Camille pour que la jeune femme puisse récupérer son bien. Pendant cette rencontre, Suzy fait aussi la connaissance de Clara, la compagne de Camille. Mais elles sont interrompues par Fabrice, amant éconduit de Suzy, ivre, qui essaye de ramener la jeune femme à lui. Pendant que Clara emmène Suzy se cacher dans un appartement au-dessus du leur, où loge déjà l’étrange «Tonton », vieux sage épris de yoga, Camille tâche de calmer Fabrice et peu à peu, le console. C’est dès lors un étrange chassé-croisé qui commence : Camille noue une histoire passionnée avec Fabrice, tandis que Tonton initie Suzy à la méditation et à la lévitation. Peu à peu, chacun trouve sa propre voie vers le bonheur, sa propre place dans le jeu des sentiments. Jean-Claude Brisseau, qu’on ne présente plus, revient avec un film qui conserve un atypisme indéniable. 

Maxime Boess

Je m'appelle Maxime, je suis âgé de 18 ans et j'étudie actuellement les humanités à l'unité de formation et de recherche en sciences humaines et sociales de Metz. Je suis quelqu'un de curieux mais surtout de profondément passionné par la vie et par toutes les choses si fascinantes qui la constituent. Ici, il sera question de parler principalement 7ème art. Je ne suis pas si expérimenté, je ne suis pas non plus un néophyte, je suis un cinéphile, tout simplement.

More Posts - Twitter - YouTube

Laisser un commentaire