Adventures of Mana

Un écran titre en toute sobriété !

Date de sortie : 4 février 2016
Développeur : Square-Enix
Concepteur : Masaru Oyamada
Genre : Action-RPG

Nationalité : Japon
Compositeur : Kenji Ito
Console : PlayStation Vita (dématérialisé)

L’anglais, c’est parfois pas plus mal pour les noms propres ^^

Pour les vingt-cinq ans de Seiken Densetsu, et alors que la série enchaînait des jeux toujours plus risibles depuis une dizaine d’année entre les très moyens Children et Heroes of Mana sur DS, la catastrophe Dawn of Mana sur PS2 américaine et les innommables Friends, Circles et Rise of Mana sur téléphone portable japonais, Square-Enix commence sa restructuration en revenant aux origines de la légende. C’est ainsi qu’arrive un nouveau remake du premier épisode qui avait fait les beaux jours de la Game Boy en 1991, cette fois-ci sur iPhone et PlayStation Vita en dématérialisé, et sobrement renommé Adventures of Mana. Loin d’être une claque avec ses graphismes se rapprochant des capacités d’une PSP, et contrairement à Sword of Mana, il s’agit d’un remake extrêmement fidèle au matériau d’origine avec une 3D rudimentaire mais non sans charme, pourvue de personnages en SD et d’une esthétique colorée conforme à l’esprit de la série. Les ennemis sont bien modélisés et leur IA est moins chaotique même s’il leur arrive de passer à travers les décors et d’apparaître au même endroit que Sumo lors d’un changement d’écran.

De sympathiques dialogues avec les personnages mis en avant

 

Le menu en forme d’anneau qui avait fait ses preuves dans Secret of Mana

L’animation des personnages reste simple avec de petites cinématiques de dialogue très posées, celle des ennemis étant bien plus dynamiques. Contrairement au portage iPhone de Secret of Mana, le jeu n’a été traduit qu’en anglais mais le confort ne s’en trouve pas trop perturbé étant donné la facilité d’accès des textes. Si les déplacements et les attaques au tactile ne sont pas ce qu’il y a de plus ergonomiques, la version PS Vita permet une jouabilité digne de ce nom grâce au joystick, à la croix directionnelles et aux boutons pour retrouver les sensations de l’époque. Là où le tactile peut s’avérer pratique, c’est pour l’affichage du plan (un radar étant toujours visible en haut à gauche), dans l’assignation de trois actions à des raccourcis et concernant la navigation du menu des objets, qui emprunte le système annulaire de Secret of Mana avec un demi-cercle sur le côté droit de l’écran classant les armes, les armures, les objets et les sorts.

Quoi ? Vous aviez déjà vu ce vampire quelque part ? En êtes-vous bien sûr !?

 

Vous ne pensiez tout de même pas échapper au chariot sur rails !

Le jeu reprend le double bruitage reconnaissable du changement de lieu et le jingle du level up de Mystic Quest, mais il emprunte également les bruitages des menus de Secret of Mana, comme pour marquer encore davantage la proximité qu’il a avec ce dernier. L’intégralité des musiques a été remixée pour un résultat d’une intensité saisissante, loin des grésillements du processeur sonore de la GBA. Le gameplay reste identique avec des déplacements plus souples et facilité par le joystick de la console. La difficulté est malheureusement encore revue à la baisse, les ennemis étant moins agressifs et nos compétences se boostant davantage. La barre d’attaque spéciale avance assez rapidement dès le début du jeu et les boss sont très facilement battables en bourrinant, quoi que certains soient parfois difficiles à toucher. Si ce nouveau remake n’était pas vraiment attendu et aurait pu être bien plus ambitieux, il reste très agréable à plus d’un titre et permet un joli dépoussiérage technique du jeu d’origine.

Un compagnon dont on se souvient…

 

Emmanuel Delextrat
Salut à tous ! Fasciné par le monde du cinéma depuis toujours, j'ai fait mes débuts avec Mary Poppins et La soupe aux choux, mais aussi de nombreux dessins animés (courts métrages Disney avec Mickey, Donald et Dingo ; longs métrages Disney avec Alice au pays des merveilles en tête ; animés japonais avec Sailor Moon et Dragon Ball Z ; j'aime aussi particulièrement Batman et Tintin). Mes années 90 ont été bercées par les comédies de Jim Carrey (Dumb & Dumber en tête), ou d'autres films que j'adore comme Les valeurs de la famille Addams, Street Fighter, Mortal Kombat, Casper et Mary à tout prix). C'est pourtant bel et bien Batman Returns qui figure en haut de mon classement, suivi de près par The Dark Knight, Casino Royale, Dragon l'histoire de Bruce Lee ou encore Rambo. Collectionneur, j'attache de l'importance au matériel et j'ai réuni deux étagères pleines de films classés par ordre chronologique. Il va sans dire qu'il m'en reste encore beaucoup à voir...

Laisser un commentaire