The Master de Paul Thomas Anderson

Date de sortie : 9 janvier 2013 (2h 17min)
Réalisateur : Paul Thomas Anderson
Acteurs principaux : Joaquin Phoenix, Philip Seymour Hoffman, Amy Addams
Genre : Drame
Nationalité : Américain
Compositeur : Jonny Greenwood

 

À mon Isa adorée

Les premières minutes et leur modélisation d’une femme nue sur la plage

Drame à la narration atypique plongeant le spectateur dans un questionnement certain, The Master met en scène le brillant Joaquin Phoenix (Gladiator, Her, A beautiful day) dans la peau de Freddie, un vétéran de la seconde guerre mondiale à l’esprit ravagé par les horreurs de la bataille du Pacifique. Ayant bien du mal à contenir la violence qu’il a en lui, il tombe sur la coupe de Lancaster, un homme menant un étrange mouvement religieux, et interprété par Philip Seymour Hoffman (Dragon Rouge, Mission Impossible III, Hunger Games l’embrasement). À l’instar d’un Rambo ou d’un Démineurs, The Master dépeint le thème de la lutte pour l’adaptation d’un ancien soldat à une société d’après-guerre, avec un personnage principal troublé, alcoolique et violent aussi bien physiquement que verbalement avec les nombreux propos salaces qu’il exprime.

Le goût du danger…

Lancaster fait preuve d’un certain charisme lors de nombreux face à face filmés de près entre les deux personnages, pendant lesquels il pose plusieurs questions à Freddie, parfois très personnelles voire provocatrices en adoptant un ton autoritaire, les répétant souvent plusieurs fois pour jauger sa crédibilité. Sa fille Peggy, jouée par Amy Adams (Arrête-moi si tu peux, Il était une fois, Man of Steel), apporte un peu de féminité à ce récit si brutal, notamment à travers quelques plans érotiques qui vont de pair avec les propos osés du film. Du haut de ses deux heures passées, The Master tient un bon rythme mais reste difficile à suivre et suffisamment complexe pour ne pas être mis dans n’importe quelles mains.

Emmanuel Delextrat
Salut à tous ! Fasciné par le monde du cinéma depuis toujours, j'ai fait mes débuts avec Mary Poppins et La soupe aux choux, mais aussi de nombreux dessins animés (courts métrages Disney avec Mickey, Donald et Dingo ; longs métrages Disney avec Alice au pays des merveilles en tête ; animés japonais avec Sailor Moon et Dragon Ball Z ; j'aime aussi particulièrement Batman et Tintin). Mes années 90 ont été bercées par les comédies de Jim Carrey (Dumb & Dumber en tête), ou d'autres films que j'adore comme Les valeurs de la famille Addams, Street Fighter, Mortal Kombat, Casper et Mary à tout prix). C'est pourtant bel et bien Batman Returns qui figure en haut de mon classement, suivi de près par The Dark Knight, Casino Royale, Dragon l'histoire de Bruce Lee ou encore Rambo. Collectionneur, j'attache de l'importance au matériel et j'ai réuni deux étagères pleines de films classés par ordre chronologique. Il va sans dire qu'il m'en reste encore beaucoup à voir...

Laisser un commentaire