Kill Your Friends d’Owen Harris

 

 

Date de sortie 2 décembre 2015 (1h 48min)
De Owen Harris
Avec Nicholas Hoult, Ed Skrein, James Corden, Rosanna Arquette, Craig Roberts, Tom Riley, Joseph Mawle, Georgia King…
Genres Thriller, Comédie
Nationalité Britannique
Musique Junkie XL

 

 

Tout pour réussir…

 

Synopsis

Interdit aux moins de 12 ans
Londres, 1997. Les groupes pop comme Blur, Oasis et Radiohead règnent en maîtres sur les ondes. Steven Stelfox, 27 ans, producteur de musique et chasseur de talents, écrase tout sur son chemin. Poussé par sa cupidité, son ambition et une quantité inhumaine de drogues, il recherche le prochain tube. C’est l’époque d’un business où les carrières se font et se défont. A mesure que les tubes se font plus rares, il tente de désespérément de sauver sa carrière.

Owen Harris avait signé en 2015, un téléfilm pour la BBC ou Daniel Radcliffe interprété Sam Houser le cofondateur de Rockstar Games l’un des plus grands studios de jeu vidéo. Un film qui n’avait pas trop plu, apparemment a Sam Houser. Owen Harris a seulement un long-métrage à son actif, et quelques séries dont Black Mirror qu’il réalise. Un long-métrage, qui se révèle cependant intéressant pour Kill your Friends avec un Nicholas Hoult très en forme. Le film démontre très bien, les méthodes des maisons de disque pour faire fortune. Et comme Owen Harris dénonce, franchement et de façon décalée parfois, ça ne plaît pas et c’est peut-être y aller franchement qui n’avait pas plu à Sam Houser ce culot je dirais même. Même si l’on se doutait, des méthodes peu orthodoxes des maisons de disque, le film nous montre ici un personnage prêt à tout pour y arriver, quitte à tuer s’il le faut. Steven Stelfox veut grimper, les échelons de sa société, charismatique et séducteur il a les atouts pour y arriver et pourtant il lui manque quelque chose. Kill your Friends ne se contente pas que d’une simple, mise en scène puisque l’humour grinçant du film séduit beaucoup également.

Steven Stelfox a 27 ans, et travail dans une maison de disque une des plus importantes de Londres. Nous sommes en 1997, et de grand groupe ont déjà un grand succès que ce soit Radiohead ou Blur. Mais le jeune homme ne veut pas de groupe, il veut un tube qui ne soit pas d’un groupe celui qui fera grimper sa carrière et l’élever au meilleur des plus grands dénicheurs de tube. Son ami et collègue « Waters » est bien parti, pour devenir un des chefs au-dessus de lui. C’est alors que Steven commet l’irréparable, et tue Waters en l’étranglant avec une ceinture. Steven doit sauver sa carrière et fera tout pour, débarque à son travail le lendemain un inspecteur qui annonce à l’équipe que Waters est mort. Histoire de ne pas éveiller les soupçons, Steven doit mentir correctement. Entre-temps il trouve des artistes, bien que ce ne soit pas ce qu’il désire vraiment mais il doit en trouver afin de garder son job. Quand le patron de Steven engage Parker-Hall, un des plus grands dénicheurs de talent pour Steven c’est de trop. Entre sa secrétaire avec qui il couche, et qui lui fait du chantage car elle sait qu’il est le meurtrier, et le flic qui s’approche de la vérité Steven doit trouver vite une solution. Owen Harris dépeint avec Génie l’industrie du disque, à une époque où les grands groupe font fureur. On découvre à travers une mise en scène efficace, comment ces soi-disant dénicheurs de talent sont sans pitié, surtout envers les artistes en voulant faire du profit pour leur intérêt bien entendu. Une époque qui est loin d’être révolue, puisque les pires méthodes qu’emploi les maisons de disque existent encore. En plus de refléter la réalité le film fait ça avec humour. À la fin, on se retrouve avec une scène légèrement exagérée, et c’est pour ça que c’est hilarant une scène qui est d’ailleurs particulièrement gore. Sexe, drogue et violence, mais une bonne dose d’humour sont les ingrédients parfaits de ce long-métrage. Owen Harris maîtrise, sa mise en scène en livrant un savoureux mélange, de folie et de meurtres car ici tout est permis.

À l’écriture du film, John Niven qui adapte son oeuvre. Il y décrit, l’industrie impitoyable des maisons de disque pour la réussite car ce n’est pas évident de garder son job dans ce genre de métier. Bien évidemment, John Niven se concentre sur son personnage Steven Stelfox, c’est d’ailleurs ce qui donne le plus de crédit au long-métrage. Le traitement du personnage, est très intéressant et on y découvre qu’il est vraiment prêt à tout pour réussir. Au fil du film, il se rend compte qu’il perd le contrôle sur tout et que bientôt, l’inspecteur pourrait découvrir qu’il est l’auteur du meurtre de l’un de ses collègues. On retrouve également, dans ce récit un humour grinçant sur cette industrie de dénicheur de talent. Le casting est très bon, on retrouve dans le rôle de Steven Stelfox Nicholas Hoult, mais aussi Éd Skrein, Rosanna Arquette ou encore Craig Roberts. Des prestations convaincantes, pour l’ensemble. Kill your Friends, ne se contente pas de livrer un simple film sur l’industrie du disque, car il est saupoudré également d’ingrédients qui en font un film unique en son genre.

Bande annonce

Orel
Orel Durden (Créateur du site ,rédacteur en chef) Passionné ,cinéphile ,cinévore depuis petit ma passion pour le cinéma est immense mon réalisateur favori Steven Spielberg mon film culte de sa filmo E.T je ne m’en lasse pas ainsi que Jaws .Mon film culte préféré Fight Club de Fincher mon deuxuième réalisateur favori ,dont Zodiac s’ajoute a mes favoris de sa filmographie .Les films comme Alien de Ridley Scott ,Elephant de Gus Van Sant ,Into the Wild de Sean Penn ou encore Requiem for a dream de Aronofsky sont les oeuvres auquel je ne me lasse pas .Sinon si je devais ,dire deux film de Hitchcock ça serait « Psychose »et « les oiseaux » tout simplement des chef d’oeuvres .J’espère que ce site vous satisfait ,merci a vous et vive le cinéma .

Laisser un commentaire