Les Indestructibles 2 (Critique du film)

Les Indestructibles 2 de Brad Bird

Fiche Technique :

Réalisateur : Brad Bird

Date de sortie cinéma : 4 juillet 2018

Genre : Action, Animation

Durée : 1h58 min

Synopsis : Notre famille de super-héros préférée est de retour! Cette fois c’est Hélène qui se retrouve sur le devant de la scène laissant à Bob le soin de mener à bien les mille et une missions de la vie quotidienne et de s’occuper de Violette, Flèche et de bébé Jack-Jack. C’est un changement de rythme difficile pour la famille d’autant que personne ne mesure réellement l’étendue des incroyables pouvoirs du petit dernier… Lorsqu’un nouvel ennemi fait surface, la famille et Frozone vont devoir s’allier comme jamais pour déjouer son plan machiavélique.

OUIIIIIIIII, Les Indestructibles 2 est enfin sorti après 14 ans d’attente. Étant un grand fan du premier film, j’attendais énormément de cette suite, car  »Les Indestructibles » est mon Pixar préféré. Du coup, cette suite, elle est réussie ?

C’est un gros OUIIIIIII. Sans être parfait, cette suite est vraiment réussie, et ce pour plusieurs raisons. Le film commence trente secondes après le premier film et ceci est une bonne idée. Car, retrouver cette famille de super héros comme on les avait laissés il y a 14 ans fait partie du grand plaisir de cette suite. Le spectateur, n’a pas besoin de redécouvrir un nouvel univers.

Là où le film ne va pas décevoir, c’est dans sa technique. Et autant le dire tout de suite,  »Les Indestructibles 2 » est une véritable claque graphique et est le film le plus abouti du studio Pxiar, sur le plan technique. Le travail sur la lumière est sensationnel, même une simple scène de discussion sur le bord d’une piscine d’un motel est magnifique. Bien sûr en matière de visuel, il y a un sacré bon par rapport au premier film. Pour avoir revu le premier volet, il n’a quasi pas pris une ride, mais sa suite pousse la technique encore plus loin. L’aspect Amérique années 60 rétro-futuriste est encore plus abouti. Ce fameux aspect rétro-futursiste a subi une énorme upgrade, pour notre plus grand plaisir. On peut aussi constater, que les équipes d’animation de Pixar ont travaillé les textures des personnages, au-delà de la dose légale. Les cheveux, les muscles ou la texture des habits et costumes des personnages, ont vraiment bénéficié d’un véritable travail d’orfèvre.

Quand la qualité visuelle est dopée au delà du légal

On attendait aussi cette suite, pour voir si Brad Bird n’avait pas perdu de sa superbe par rapport au premier  »Les Indestructibles ». Là aussi, c’est un gros oui, le réalisateur du Géant de Fer, Mission Impossible 4 et de Ratatouille, nous propose une mise en scène vraiment dingue. La caméra est vraiment mobile et se cale sur les mouvements des personnages. Notamment les scènes où Elasticgirl se prend pour Spider-Man. Brad Bird synchronise sa caméra virtuelle sur celle de la super-héroïne. Les séquences d’action, comme dans le premier sont vraiment dingues et profitent du bond technologique et du savoir-faire de Brad Bird.

Au niveau des personnages, là aussi c’est une belle réussite. Le long-métrage se concentre vraiment sur Elasticgirl, mais n’en oublie pas les autres membres de la famille Parr. Les personnages secondaires sont vraiment pas mal dans leur ensemble, mention spéciale au personnage de Winston Deavor qui nous fait partager sa joie du retour des super-héros.

Qui dit film Pixar, dit film pour les grands et les petits. Cet  »Indestructibles 2 » n’échappe pas à la règle. C’est un long-métrage parfait à regarder en famille. Même si c’est l’un des Pixar qui contient le moins de thématiques, elles ont le mérite d’être vraiment bien développées. On peut voir, que le personnage de Jack Jack est une personnification de la peur des parents d’élever un enfant et de l’extrême potentiel qu’un nouveau-né peut avoir. Les séquences où Jack Jack utilise ses nouveaux pouvoirs, peuvent être interprétées comme un enfant qui découvre le monde autour de lui. D’ailleurs, les séquences avec Jack Jack sont vraiment hilarantes et parmi les meilleures séquences du film. Les personnes qui avaient beaucoup ce petit bout de chou vont être aux anges. La thématique des valeurs humaines (très chères au réalisateur et qu’on retrouve dans sa filmographie) est bien entendue de retour. Selon Brad Bird, les actions du quotidien sont tout aussi importantes que les grandes actions. Un beau parallèle entre les actions héroïques d’Elasticgirl et la garde des enfants par Monsieur Indestructible. Là où le film m’a agréablement surpris, c’est dans son antagoniste. S’il reste en dessous de Syndrome, il n’en est pas moins bon dans son développement. La révélation sur l’identité du méchant est vraiment bien trouvée, car le film nous met le doute sur son identité entre deux personnages.

Alors bien sûr, le film n’est pas parfait. L’acte final souffre d’une certaine prévisibilité et qu’il y a un certain manque de rythme au milieu du métrage. Certains personnages secondaires sont assez oubliables, notamment un certain groupe de personnages pour éviter de spoiler. On peut aussi déplorer, que notre famille de super-héros a globalement peu évolué.

Si on peut critiquer certains personnages secondaires et quelques manques de rythmes, il serait dommage de se passer de cet  »Indestructibles 2 » qui est une vraie bonne suite, qui devrait ravir les fans du premier film.

valentin pejoux
Bonjour je me présente, je m'appelle Valentin, je suis co-rédacteur en chef sur ce site. Je suis un fan de cinéma de SF et de films de super héros. Ces deux genres ont bercé mon enfance. Avec des longs-métrages tels que les Spiderman de Sam Raimi, les X-Men de Bryan Singer, les Matrix des Wachowski et les Retour vers le futur de Zemeciks. Avant, je ne prenais le cinéma que pour me divertir, mais depuis quelques années, je me rend compte qu'il peut nous divertir autant qu'il peut nous faire réfléchir. C'est pour cela, peu importe le type de film que je regarde, j'essaye de voir si le rélisateur veut nous dire quelque chose à nous spectateur.

Laisser un commentaire