Les oubliés

Date de sortie 1 mars 2017 (1h 41min)
Nationalités Allemand, Danois

 

L’histoire de jeunes allemand, qui, après la guerre, vont devoir déminer les plages danoises… Sous le contrôle d’un général ces jeunes vont être plus ou moins formé et partir tous les jours pour une mort incertaine.

L’histoire palpitante de ce film est basée sur des faits réels , qui peuvent bien nous donner froid dans le dos. Ce n’est pas parce que certains allemands étaient des pourritures qu’ils l’étaient tous ! Ils étaient tous de jeunes soldats ne comprenant sûrement pas le mal de s’être engagé à la guerre pour sauver le peu qui restait de leur pays. Ils avaient tous des rêves pour le futur ou presque tous. Ils pouvaient nous donner les larmes aux yeux espérant rentrer et rebâtir leur pays ou le rendre meilleur. C’est une histoire tragique et sanglante que nous avons en face de nous ! Une réalité palpitante nous renvoyant dans un stress et une angoisse permanente pour ces jeunes allemands couché dans le sable essayant coute que coute de survivre.

Les oubliés - Film (2017) - SensCritique

Les acteurs, tous jeunes et presque méconnu ou inconnu joue leur rôle presque à merveille. Aucune fausse note ne pourrait nous faire sortir de l’histoire comme on y est rentré. On prend leur émotion et on les garde jusqu’à la fin ! On sursaute, on est triste et on a peur ! Mais pas seulement, on a aussi de la pitié car ils n’étaient pas gardés sous de bonne condition ! On peut facilement se rendre compte de l’amitié qui lie certains et de la tristesse qui en sépare d’autre.


Le général est un chouette personnage avec une personnalité assez ambiguë mais tellement humaine ! Ses actes n’étaient décidés que par la vengeance mais qui se retournent tout doucement avec de la pitié et de la compassion dans des actes humains envers les allemands.
L’histoire est donc attractive et vous ne la lâcherez pas avant la fin ! Rempli d’émotion et de frissons, ce film est à voir pour comprendre ce que les hommes traitant les autres de barbares ont pu faire à leur « bourreau » pourtant innocent.

Les Oubliés | Les Ecrans de Paris

Laisser un commentaire