Sale temps à l’hôtel El Royale de Drew Goddard

Date de sortie 7 novembre 2018 (2h 22min)
De Drew Goddard
Avec Jeff Bridges, Cynthia Erivo, Chris Hemsworth, Dakota Johnson, Jon Hamm, Lewis Pullman…
Genres Policier, Thriller
Nationalité Américain
Musique Michael Giacchino

 

Un hôtel, du fric et des clients peu recommandable…

 

 

Synopsis

Janvier 1969. Alors que Richard Nixon entame son mandat comme 37e président des États-Unis, une nouvelle décennie se profile. À l’hôtel l’El Royale, un établissement autrefois luxueux désormais aussi fatigué que ses clients, sept âmes aussi perdues les unes que les autres débarquent.
Situé sur la frontière entre la Californie et le Nevada, l’El Royale promet la chaleur et la lumière du soleil à l’ouest, et l’espoir et les opportunités à l’est. Il incarne parfaitement le choc entre passé et présent. Autrefois, célébrités et personnalités politiques influentes s’y côtoyaient, au casino, au bar, à la piscine ou dans les suites somptueuses. Mais l’âge d’or du Royale est bel et bien révolu.
Dans cet hôtel oublié des riches et des puissants depuis longtemps, un prêtre, une chanteuse de soul, un voyageur de commerce, une hippie et sa sœur, un homme énigmatique, et le gérant de l’hôtel vont se retrouver par hasard… ou pas. Au cours d’une nuit comme seul le destin sait les orchestrer, tous auront une dernière chance de se racheter, avant que l’enfer ne se déchaîne…

 

 

Pour ce film c’est Drew Goddard à la réalisation, si ce nom de vous dit rien il est pourtant scénariste de films plus ou moins connus. Cloverfield, World War Z ou encore seul sur Mars. Il a également scénarisé des séries comme Lost, Alias ou dernièrement The Defenders. La cabane dans les bois, c’était lui à la réalisation et Sale temps à l’hôtel El Royale n’est que son deuxième long-métrage, entre-temps ce n’était que des réalisations d’épisode de la série The Defenders. Toute l’intrigue de son nouveau film, se déroule, dans un hôtel entre le Nevada et la Californie et l’établissement est construit, sur les deux états. Un jour des clients, se rendent dans cet hôtel et tous y sont pour un but bien précis, et l’on sait que tout ce qui s’y passera finira très mal. Le nouveau film de Drew Goddard, marque des points dans sa mise en scène, et un scénario bien ficelé mais un rythme inégal casse un peu le truc.

Au début ya un gars qui arrive, dans cet hôtel et retire le lit, ainsi que la moquette et planque une valise d’argent sous la moquette et remet tout en place. Après on frappe à sa porte, il ouvre et se fait tué. Puis nous voilà dix années plus tard, un prêtre débarque à l’hôtel ou un vendeur d’aspirateur attend à la réception. Arrive ensuite une femme noire, et une hippie. Le réceptionniste leur donne leur chambre, mais ce dernier n’est pas professionnel du tout. On découvre finalement, que le vendeur d’aspirateur n’en est pas un. Il inspecte la chambre, et découvre des micros planqués un peu partout. Il décide d’inspecter l’hôtel de fond en comble, et se glisse dans le sous-sol alors que le réceptionniste dort complètement shooter. La découverte est stupéfiante, quand il découvre que l’hôtel espionne toutes les chambres a travers les miroirs, et il aperçoit que les clients ne sont pas clairs du tout. Entre un prêtre, qui retire le plancher de sa chambre, une hippie qui retient une jeune femme ligotée, seule une chanteuse noire semble être honnête. On apprendra que le jeune homme réceptionniste, filme des gens, dans leur chambre et envoie les films à la direction de l’hôtel. Mais débarquera bien plus tard, une sorte de gourou qui mettra fin à tout ça. Tout est très bien ficelé, l’intrigue est bonne le film se concentre sur chacun des personnages, grâce à un montage très bon qui chambre par chambre nous fait découvrir une partie de leur passé. On est vite pris par l’histoire, et la mise en scène offre une ambiance spéciale, qui donne un certain style. Le souci de ce film, c’est que le rythme est inégal ce dernier part bien et s ‘essoufle, puis repars et s’essouffle à nouveau. Si bien qu’on se demande quand, ça va vraiment partir. Pour ça il faudra attendre la fin du film, où Chris Hemsworth fait une entrée fracassante. Même avec ce rythme inégal, le film-livre de très bonne scène, on l’on découvre petit à petit la vérité sur les personnages. On pouvait se doutait, dès le début du film, que ce n’était pas des enfants de choeur même le prêtre.

 

Le style années 70, est bien visible grâce aux décors de l’hôtel et aux tenues vestimentaires. Une époque bien choisie pour relater ce récit qu’écrit Drew Goddard, en même temps qui d’autre que lui aurait pu écrire le scénario car c’est un scénariste qu’il est avant tout. Et on voit, qu’il est plus à l’aise, avec l’écriture car les lacunes qu’il y a sont dans la réalisation. Dans le scénario il y développe, très bien ses personnages, mais livre aussi un récit très bien écrit ou l’intrigue est prenante, même s’il semble quelquefois y avoir des faiblesses dans le déroulement ce qui se ressent dans la réalisation. Dans les prestations, Jeff Bridges et surprenant en prêtre, Jon Hamm en soi-disant vendeur d’aspirateur aussi. On retiendra également, Dakota Johnson loin de son rôle de nunuche, dans 50 nuances de Grey qui livre une prestation étonnante. Chris Hemsworth loin de son rôle de Thor, joue Billy Lee une sorte de gourou, et on retiendra Cynthia Erivo en chanteuse de soûl. Vous serez surpris aussi de voir, Xavier Dolan qui fait une courte apparition ce qui reste assez étonnant. Avec ses défauts, surtout dû à son rythme inégal, le nouveau film de Drew Goddard est tout de même honorable, sur son scénario et son montage principalement. Un film honnête, avec une ambiance 70’s qui donne un style au film, et dans l’ensemble ça reste plus que correct.

 

Bande annonce

Orel
Orel Durden (Créateur du site ,rédacteur en chef) Passionné ,cinéphile ,cinévore depuis petit ma passion pour le cinéma est immense mon réalisateur favori Steven Spielberg mon film culte de sa filmo E.T je ne m’en lasse pas ainsi que Jaws .Mon film culte préféré Fight Club de Fincher mon deuxuième réalisateur favori ,dont Zodiac s’ajoute a mes favoris de sa filmographie .Les films comme Alien de Ridley Scott ,Elephant de Gus Van Sant ,Into the Wild de Sean Penn ou encore Requiem for a dream de Aronofsky sont les oeuvres auquel je ne me lasse pas .Sinon si je devais ,dire deux film de Hitchcock ça serait « Psychose »et « les oiseaux » tout simplement des chef d’oeuvres .J’espère que ce site vous satisfait ,merci a vous et vive le cinéma .

Laisser un commentaire