Shaun le mouton de Mark Burton et Richard Starzak

Résumé du film

Shaun est un jeune mouton vivant avec son troupeau dans la ferme d’un paysan. Pour Shaun, les jours se ressemblent tous et finissent par tourner à la routine tant et si bien que Shaun décide de prendre les choses en main. Afin d’avoir une journée de repos bien méritée, il décide d’endormir le fermier mais les choses ne se passent pas comme il l’aurait pensé. Un concours de circonstances fait que le fermier est emmené au-delà de sa ferme. Afin de le retrouver, Shaun décide de rejoindre la grande ville mais devra trouver un subterfuge afin de ne pas être découvert par les habitants mais aussi par un terrible responsable d’une fourrière bien décider à attraper le mouton égaré.

Infos sur le film

Réalisé par Mark Burton et Richard Starzak
Avec les voix de Justin Fletcher, John B. Sparkes, Omid Djalili
Genre : Animation, Aventure, Comédie
Nationalité : Britannique, Française
Durée du film : 1h25 environ

shaun-makingPar les créateurs de Wallace et Gromit

Shaun le mouton est apparut pour la première fois dans le court métrage Rasé de près avec pour personnages principaux, Wallace et Gromit. Quelques années plus tard, le mouton aura droit à sa propre série animée. Cette série au format de 7 minutes par épisodes et actuellement 5 saisons en cours de diffusion, nous raconte les péripéties de Shaun le mouton vivant dans une ferme en compagnie de ses autres amis moutons. La série qui est un vrai succès tant du coté de la critique que du coté de l’audience déboule dans une version cinéma avec une toute nouvelle aventure. Pas besoin d’avoir vu la série pour aller voir le film puisque l’histoire nous est racontée en grande ligne dès le début. 1h25 de pur plaisir devant un film d’animation à l’ancienne en pate à modeler. Amis nostalgiques, vous allez raffoler de ce petit mouton aussi adorable que blagueur.

fermier-moutonTout est bon dans le mouton…

C’est un peu sur un coup de tête que j’eu l’idée d’aller voir ce petit film d’animation dont la bande annonce avait attisé ma curiosité. Depuis plusieurs années, les films d’animations se ressemblent tous plus ou moins. De l’image de synthèse en veux tu en voila. Où sont donc passés les films d’animation à l’ancienne ? Avec Shaun le mouton, c’est avec grand plaisir que l’on retrouve les anciennes méthodes d’animation. Pour celui-ci, c’est la pate à modeler qui prend le relais sur l’image de synthèse et nous offre un rendu magnifique. Qu’est ce qui fait que Shaun le mouton est un film à voir aussi bien pour les adultes que pour les enfants ? Tout d’abord je trouve qu’il est bon de se rappeler que les films d’animations en pate modelé sont des films où c’est un travail de longue haleine. Pas d’effets numériques, pas d’image de synthèse, pas de 3D. Fil de fer, pâte à modeler, tissu, carton, tels sont certains de ses matériaux utilisés pour le film. Chaque éléments sculptés » est ensuite placé sur un décor ou un fond et sont ensuite déplacés avant d’êtres enregistrés images par images. Environ 65 000 pauses pour les personnages doivent êtres faites afin de faire un film de 90 minutes. Il n’y a pas que l’aspect technique qui est une raison pour voir le film, il y a aussi les décors, l’ambiance, l’humour, la beauté du film, la variété des personnages.

Shaun The Sheep Movie First Look StillDans Shaun le mouton, on passe 1h30 et rester sidéré devant cette animation en pate à modeler. Tout est fait avec une extrême minutie et en y regardant de plus près, ca se voit. Les personnages, que ce soit des animaux ou bien des humains ont chacun leur propre identité. Tissus, plastique, laine, des tonnes de matériaux ont été utilisés pour chaque personnages. Mais les réalisateurs ne s’arrêtent pas là. En effet, Shaun le mouton est un film adorable à l’ambiance bien différente de tout ce que l’on a pu voir. Nous avons la sensation de faire un saut de plusieurs années dans le passé. Pourquoi ? Dans le film, en dehors des bruitages et des nombreuses musiques, vous n’entendrez aucun dialogue. Plutôt des sortes de marmonnages de la part de certains personnages. Ce n’est pas sans rappeler les Buster Keaton et Mister Bean. L’humour British on aime ou on n’aime pas. Toujours est-il que pour Shaun le mouton, malgré son coté préadolescent dissipé et curieux, on l’aime. Les situations se succèdent les unes après les autres mais l’émotion est elle aussi présente.

shaun-bus…mais aussi dans le film !

Après nous avoir présenté notre mouton principal, son maitre et fermier et le chien de garde, le film commence. Dès le début, on est attendrit. Non seulement le film est mignon mais en plus c’est joyeux. Nous suivons donc une aventure de Shaun qui en a marre de travailler dans la ferme et de ne jamais se reposer. Il décide alors de se rebeller et d’isoler le fermier et le chien de garde afin de ne pas travailler pendant une journée. Mais cette rébellion va très vite se retourner contre lui. Tout cela le mènera à quitter la ferme pour partir dans une grande ville. Son objectif sera de retrouver le gentil fermier et le ramener à la maison. Mais, à cause d’un accident, le fermier est devenu amnésique. Sa mémoire ne c’est pas totalement envolée. Il ne se rappelle que d’une chose : tondre. C’est alors qu’une chose en amenant une autre, il finira par atterrir chez un coiffeur. Ironie, notre fermier spécialiste de la tonte, ce reconvertira en coiffeur à la mode. Qu’on se le dise, tout est fait avec subtilité. Les clins d’œil cinématographiques sont aussi présent et parsemés dans notre film »Le silence des agneaux ou bien La belle et le clochard, etc.… ». A vous d’avoir l’œil. Une histoire rythmée, des réalisateurs débordants de créativité et d’ingéniosité. Les gags se succèdent les uns après les autres. On rit du début à la fin. Voir Shaun et les autres moutons se déguiser afin de ressembler à des humains et entrer dans un restaurant très chic ou bien encore tenter d’échapper à un terrible responsable de fourrière complètement psychopathe et détestant les animaux donnera lieu à des situations comiques et hilarantes. Le fait de ne pas entendre un mot est un peu déstabilisant au début mais on s’y accommode très vite et cela apporte encore plus de fou rire en entendant les personnages balbutier. Tout ce jouera sur les regards et la gestuelle.

shaunkPour conclure

Un scénario bien ficelé, une histoire dynamique, un film coloré, un coté poétique, du suspense, bourré de rebondissements, un film gorgé de détails « La grande ville très dense avec beaucoup de piétons, de voitures et d’immeubles », des gags très inspirés »les moutons qui utilisent la technique de sauter par-dessus une barrière pour que le fermier les compte et s’endorme, ou bien encore un canard qui reçoit comme pot de vin de la part de Shaun des tranches de pains », une multiplication d’allusions à d’autres films. Il n’y a pas à dire, Shaun le mouton fait mouche sur tous les plans. Le film a aussi un coté très discret, gentillet et un brin raffiné. Comme je le disais, les gags se succèdent mais ne se ressemblent pas. Pire, le film ne s’essouffle même pas. Les réalisateurs accentuent sur le fait que les humains sont plus stupides que les animaux qui, dans le film, nous montre leur intelligence et leur ingéniosité. Un film muet qui n’empêche pas aux personnages de grogner, marmonner voir même…bêler. L’humour se dirige du coup vers un coté cartoonesque et visuel. Nous retombons en enfance pendant 1h25 mais il est bon aussi de dire que le film à un coté très mature que bons nombres de film du genre n’ont pas. On arrive à s’attacher à ses petits bonhommes en pate à modeler et mignons à souhait, on passe 1h25 de pur moment de bonheur en compagnie de Shaun et de sa bande. Il y a aussi une très belle réflexion sur l’éducation. On pourrait dire que le fermier incarne la figure paternelle et Shaun, l’enfant désirant voler de ses propres ailes. Difficile de ne pas se remémorer Wallace et Gromit en voyant cette sorte de Spin Off. L’humour n’a de cesse d’évoluer et ne se destine non pas qu’aux enfants mais aussi aux adultes »pas mal de références bien placées comme Les Beatles traversant Abbey Road au passage piétons ». Shaun le mouton est une sorte de bonbon dont on prend plaisir à se délecter.

Jeremie ziza

Jérémie Ziza (Rédacteur le coin des critiques ciné)

Salut à tous, moi c’est Jérémie. Ayant terminé récemment mes études de littérature, je suis actuellement en recherche d’emploi. Je vais innover moi aussi : je suis passionné par le cinéma. Et cette passion, je l’a doit aussi à mon père qui m’a fait découvrir beaucoup de petits bijoux à l’âge d’à peine 7 ans. J’ai commencé par les films avec Arnold Schwarzenegger , Jackie Chan, Sylvester Stallone et puis ca c’est étendu en allant en direction des films du genre fantastique et de science fiction. Tout y est passé : E.T, Jurassic Park, Indiana Jones et aussi mais surtout Star Wars. Les années ont passées, j’ai étendu mon registre en regardant des films de tout genre « films indépendant, comédie, horreur, romance, thriller, biopic, animation » . Tout y est passé. On peut dire que j’ai des gouts diverses et variés, du moment que ca m’émeut. Quand je suis face à un film où les personnages sont attachants, où l’histoire est bien travaillée et aussi mais surtout que la musique me fait vibrer, le film a déjà gagné mon cœur.

Du Coté des réalisateurs que j’aime le plus, je citerais déjà trois réalisateurs qui ont enchantés mon enfance : Steven Spielberg, James Cameron et George Lucas. Coté Français, Luc Besson a lui aussi réussi à me faire ressentir des tonnes d’émotions, que ce soit avec « Léon ou bien Le cinquième élément » . Du coté des mes acteurs préférés, j’en ai beaucoup mais celui qui est plus ou moins la pièce maitresse de ma pyramide des acteurs que j’affectionne, c’est Arnold Schwarzenegger. J’ai grandi avec ses films, je continue encore à les regarder même si en toute objectivité et en ayant l’œil critique, certains ne volent pas haut du coté scénario. Pour les autres, je suis un très grand fan de Sylvester Stallone, Jackie Chan, Tom Cruise, Jean Reno, Mel Gibson, Harrison Ford, Johnny Depp, Jim Carrey, Ben Stiller, Robert Downey Jr et bien d’autres. Du coté actrice, j’ai un très grand penchant pour Sandra Bullock, Charlize Theron, Nathalie Portman, Shailene Woodley, Keira Knightley, Ellen Page.

Pour terminer j’ai aussi des films que j’appelle « mes films de chevets et dont je ne pourrai jamais me séparer » : Terminator 2, Les Indiana Jones, Les Star Wars, la trilogie de Retour vers le futur, Gremlins, Edward aux mains d’argent, Forrest Gump, Dark Knight « j’ai oublié de vous dire, j’adore les films de super héros », The Crow, Hook, la saga des Rocky. Je préfère m’arrêter là, on y passerait la journée. En attendant de peut être un jour devenir critique de films, je me joins à l’équipe de Le Coin des Critiques Ciné et en vous donnant une analyse des films que j’ai pu voir, mais aussi mon témoignage, mon ressentit et en parsemant tout cela de photos. Salut à tous et n’oubliez pas d’aller au ciné !

More Posts

Laisser un commentaire