En 2016 je me souviens…

C’était il y a deux ans, mais certains films résonnent encore dans mon cœur d’amoureux du cinéma !

Le trio de tête

            « Divines » restera le gros choc ! Caméra d’Or à Cannes pour la réalisatrice Houda Benyamina, trois Césars, histoire notamment de récompenser la géniale Oula Amamra (revue depuis avec beaucoup de plaisir dans « Le Monde est à moi » : le palmarès est là, mais surtout le film marque de façon indélébile. Autre claque, « Captain Fantastic » avec un Viggo Mortensen en père qui élève ses enfants dans la forêt, avant de devoir se confronter à la ville. Plus qu’un film, une philosophie de vie à voir absolument ! Pour compléter ce trio de tête, « Juste la fin du monde », ou quand Xavier Dolan adapte une pièce de Jean-Luc Largarce avec un casting 5 étoiles (Gaspard Ulliel, Vincent Cassel, Marion Cotillard, Léa Seydoux, Nathalie Baye) : autopsie d’une famille finalement comme tant d’autres !

L’année de l’animé

            2016, c’était aussi l’année de l’animé. « Ma vie de Courgette » a ému des millions de petits comme de grands, avec ce petit gamin perdu qui tue sa mère sans faire exprès et qui s’en remet comme il peut. « La Tortue rouge », au programme d’Ecole et cinéma cette année pour les collégiens : une œuvre poétique qui me donne encore envie parfois d’aller sur cette île perdue. Moins connu, et c’est bien dommage « Anomalisa » où un célibataire endurci n’entend que des femmes avec toujours la même voix. Jusqu’au jour où LA femme croise sa route. Particulier, mais marquant ! Dans un autre registre, « Sausage party » aura alimenté quelques débats : quand un dessin animé propose une orgie sexuelle avec des saucisses et d’autres aliments, forcément ça fait parler… un humour déjanté !

            Mamoru Hosoda vient de sortir son dernier film (Miraï ma Petite sorcière), mais en 2016, il faisait déjà un coup de maitre avec « Le Garçon et la Bête », de quoi développer encore un peu plus la culture japonaise dans notre pays ! « Tout en haut du monde » tire également son épingle du jeu, avec l’aventure de cette petite fille qui suit les traces de son grand-père sur la banquise, dans une ambiance XIXème siècle très Jules Verne ! And the last but not the least… « Your name » qui n’est pas loin d’être dans le top 5 des meilleurs dessins animés de tous les temps ! Un début très léger et très enfantin qui laisse place à une gravité de plus en plus touchante…

C’est pas connu et c’est bien dommage

            Chaque année, on trouve quelques pépites dans les cinémas d’art et essais. « Paterson » (de Jim Jarmusch) est un film très particulier qui ravira tous les poètes. Quand l’élément perturbateur survient un quart d’heure avant la fin du film, ça donne à l’ensemble une force incroyable, avec un Adam Silver au top comme bien souvent ! « A war » (jeu de mot non dénué de sens) est un film norvégien de procès de guerre qui m’a laissé un souvenir impérissable. « Men and chicken » m’a également marqué, dans le genre OVNI cinématographique. Mads Mikkelsen explore une île étrange parce que lui et ses frères se rendent compte que leur vrai père est un généticien un peu fou. « Peur de rien », film qui met en scène une Libanaise qui arrive en France en quête de liberté (et un Vincent Lacoste déjà excellent !).

                Et que dire de « Poesia sin fin » ? Alejandro Jodorowsky (les fans de BD le reconnaitront…) nous retrace ses envies de jeunesse de devenir poète, avec la forme qui va avec. Film qui m’aura bien tiré les larmes : « Les délices de Tokyo », où quand cuisine et humanité se rencontrent. Pour terminer, je ne pouvais pas ne pas citer « Moonwalkers », film déjanté un peu à la Tarantino sur des losers qui tentent d’approcher Stanley Kubrick pour créer un faux film de premier pas sur la Lune… jouissif !

On connait tous :

            2016 est aussi l’année de quelques grosses productions : « The Revenant » évidemment. « Les animaux fantastiques » qui m’aura autant emballé que le deuxième opus m’a catastrophé. Le « Premier contact » de Denis Villeneuve avec la science-fiction avant de réaliser le magnifique Blade Runner 2049. « The neon demon » que l’on aime ou que l’on déteste, mais qu’il faut à mon sens voir à tout prix, avec une Elle Fanning au top comme toujours. Mais également : « Dernier train pour Busan », pour ceux qui aiment les zombies, avec une caméra virtuose. « Mademoiselle », drame en 3 actes de Park Chan-Wook (à qui on doit notamment Old boy). « Toni Erdman » pour ceux qui pensent que comédie et allemand ne peuvent pas faire bon ménage. « Merci patron », pour ceux qui trouvent que le député François Ruffin est fait pour faire du cinéma, avec ce documentaire à la fois effrayant et hilarant ! « Julietta », parce que Almodovar, tout simplement.

            Pour conclure, quelques caprices personnels : une comédie géniale avec Kyan Khojandi (de Bref) : « Rosalie Blum », « le Client », « Demolition » (avec Jake Gyllenhaal), « The Assassin », « Cézanne et moi », « Lampedusa »…

Et si vous voulez savoir pour moi ce qu’est un bon film, je vous invite sur ce lien :

Etre un bon film ou ne pas être ?

City Zen
Nicolas, 37 ans, du Nord de la France. Professeur des écoles. Je suis un cinéphile éclectique qui peut alterner entre blockbusters, films d’auteur, films français, américains, petits films étrangers, classiques du cinéma. J’aime quand les films ont de la matière : matière à discussion, à interprétation, à observation, à réflexion… Quelques films que j’adore pour cerner un peu mes goûts : Matrix, Mommy, Timbuktu, la Cité de la Peur, Mission Cléopâtre, Ennemy, Seven, Fight Club, Usual Suspect, Truman Show, Demain, Big fish, La Haine, La Vie est belle, Django, Rubber, Shutter Island...

Laisser un commentaire