Batman The Long Halloween Part 2, de Chris Palmer

 

Date de sortie : 27 juillet 2021 (États-Unis), 25 août 2021 (France)
Réalisateur : Chris Palmer
Doubleurs principaux : Adrien Antoine, Philippe Catoire, Maurice Decoster, Vincent Violette
Genre : Animation, super-héros
Nationalité : Américain
Compositeur : Michael Gatt

Carmine Falcone plus que jamais en ligne de mire.

À la suite d’une première partie virevoltante, le long Halloween poursuit ses massacres tandis que l’étau se resserre quant à l’identité du mystérieux Holiday. Un scénario marqué par la tourmente de Bruce entre son ensorcellement par Poison Ivy, une vision de la mort de ses parents suite à une exposition des toxines de l’Épouvantail (toujours doublé par l’excellent Vincent Violette) et son ami Harvey Dent qu’il suspecte d’être coupable. Très présent à l’instar de sa femme Gilda, le procureur sombre de plus en plus dans la schizophrénie, une voix malveillante résonnant dans son esprit pour lui faire commettre les pires atrocités.

Jervis Tetch et Jonathan Crane, quoi de mieux pour Halloween ?

Le background des personnages s’étoffe notamment à l’occasion de flashbacks, l’un d’entre eux dévoilant des liens intéressants entre les passés de Carmine Falcone et de Bruce Wayne (« Dans la vie, qui trouve garde ! »).  Les relations se complexifient tandis que Salvatore Maroni flirte avec Sofia Falcone, cette dernière se sentant de plus en plus infantilisée par son père. D’autres antagonistes connus apparaissent tels qu’un Chapelier Fou de petite taille, le Pingouin, le Joker et bien sûr Double Face, Harvey se faisant asperger le visage d’acide par Maroni lors d’un témoignage au tribunal.

Une version bien connue de la concrétisation de Double-Face.
« On ne peut rien contre eux Jimbo, pas à la régulière. Ce qu’il faut, c’est rejoindre leur rang pour les vaincre selon leurs règles ! »

Tandis que la mise en scène des meurtres se veut toujours plus inventive (Luigi Maroni en pleine gorge, Carla Falcone dans l’ascenseur), Holiday finit par se dévoiler sous l’identité de Gilda Dent. Un secret bien gardé camouflant un lourd passé aux côtés d’Alberto Falcone, qui endossait le costume dans la première partie. Assez classique, le film reste de grande qualité grâce à sa bonne réalisation. Son scénario symbolise quant à lui l’arrivée des super-vilains à Gotham et la fin de la criminalité à l’ancienne des familles mafieuses. La scène post-générique semble annoncer un futur projet alors que Flash et Green Arrow viennent frapper à la porte du manoir le soir d’Halloween.

Emmanuel Delextrat

Salut à tous ! Fasciné par le monde du cinéma depuis toujours, j'ai fait mes débuts avec Mary Poppins et La soupe aux choux, mais aussi de nombreux dessins animés (courts métrages Disney avec Mickey, Donald et Dingo ; longs métrages Disney avec Alice au pays des merveilles en tête ; animés japonais avec Sailor Moon et Dragon Ball Z ; j'aime aussi particulièrement Batman et Tintin). Mes années 90 ont été bercées par les comédies de Jim Carrey (Dumb & Dumber en tête), ou d'autres films que j'adore comme Les valeurs de la famille Addams, Street Fighter, Mortal Kombat, Casper et Mary à tout prix). C'est pourtant bel et bien Batman Returns qui figure en haut de mon classement, suivi de près par The Dark Knight, Casino Royale, Dragon l'histoire de Bruce Lee ou encore Rambo. Collectionneur, j'attache de l'importance au matériel et j'ai réuni deux étagères pleines de films classés par ordre chronologique. Il va sans dire qu'il m'en reste encore beaucoup à voir...

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :