Batman & Mister Freeze : Sub-Zero, de Boyd Kirkland

 

Date de sortie : 17 mars 1998 (1h 07min)
Réalisateur : Boyd Kirkland
Doubleurs : Richard Darbois, Brigitte Berges, Jean-Claude Sachot, Frédéric Cerdal
Genre : Animation, super-héros
Nationalité : Américain
Compositeur : Michael McCuistion

Quoi de mieux que des petits fours après deux ou trois mandales dans les rues de Gotham ?

Tandis que la série animée touche à sa fin, Warner Bros. commande à Bruce Timm un nouveau long métrage animé pour accompagner la sortie de Batman & Robin en reprenant les mêmes personnages. L’antagoniste Mister Freeze est alors choisi pour approfondir son histoire, qui tenait jusque-là sur seulement deux épisodes. Prévu pour sortir en 1997, il sort finalement l’année suivante pour ne pas subir la réputation nanardesque du film de Joel Schumacher. Malgré sa sortie bien après The New Batman Adventures, le film conserve la direction artistique de 1992 mais y applique des images de synthèse sur de nombreux passages. Assez réussi pour l’époque, ce rendu hybride souffre néanmoins d’un vieillissement conséquent, les scènes d’action en véhicule respirant davantage la mode technique que l’impressionnant.

Heureux malgré l’absence de remède pour sa femme, Freeze redevient criminel lorsqu’elle se trouve de nouveau menacée.
Accompagné par deux ours polaires, Freeze signe définitivement sa perte de foi en l’humanité.

Le scénario prend place quelques temps après « La Cité Congelée », Victor Fries menant une vie paisible en Arctique avant qu’un sous-marin vienne accidentellement briser la capsule dans laquelle repose sa femme. De nouveau désespéré, il choisit de faire appel à un ancien collègue peu scrupuleux pour la sauver. Seule une transplantation pouvant la guérir, et Nora étant d’un groupe sanguin très rare, il n’existe aucune personne compatible dans le coma. Prêt à tout pour arriver à ses fins, Freeze doit alors kidnapper une donneuse vivante, Barbara Gordon étant la seule à répondre aux critères. Batman et Robin partent alors à sa recherche, sans savoir que c’est elle qui se cache sous le costume de Batgirl.

Prise au piège, Barbara comprend qu’elle devra redoubler d’effort pour s’en sortir.
Tenant de faire croire à une simple transfusion sanguine, la crédibilité de Freeze ne dure pas bien longtemps.

Relativement classique dans son déroulement, Sub-Zero trouve toutefois les mêmes qualités que la série dont il est issu, entre représentation comique (Batgirl qui se bat pendant que son père parle d’elle comme une fille calme et douce) et situation singulière qui oblige Barbara à s’en sortir alors qu’elle est encore en tenue de soirée. Outre le flirt qui continue de s’imposer entre Dick et elle-même, le film multiplie combats et explosions tandis que Mister Freeze jongle entre rage et tristesse. Dorénavant doublé par Jean-Claude Sachot (alors que la voix de Patrick Osmond lui allait si bien), l’empathie qu’il suscite se veut plus limitée tellement il agit de manière bien plus irréfléchie qu’il ne devrait.

Toujours là pour sauver quiconque est dans le besoin.

Plutôt rapide, l’épilogue dévoile tout de même que Nora Fries est finalement guérie grâce à une transplantation et au système de cryogénisation de son mari. Si Victor ne peut se décider à aller à sa rencontre à cause de tout ce qu’il a commis, il apprend la nouvelle avec une émotion qui parvient à lui faire couler une larme à travers la fenêtre du foyer qu’il espionne. Une fin touchante qui conclut efficacement l’histoire du personnage, avant un retour remarqué dans l’épisode « Coup de Froid » de The New Batman Adventures (malencontreusement diffusé avant le film en France), puis dans « Le Fléau » de Batman la Relève, qui poussent bien plus loin le champ des possibles.

Emmanuel Delextrat

Salut à tous ! Fasciné par le monde du cinéma depuis toujours, j'ai fait mes débuts avec Mary Poppins et La soupe aux choux, mais aussi de nombreux dessins animés (courts métrages Disney avec Mickey, Donald et Dingo ; longs métrages Disney avec Alice au pays des merveilles en tête ; animés japonais avec Sailor Moon et Dragon Ball Z ; j'aime aussi particulièrement Batman et Tintin). Mes années 90 ont été bercées par les comédies de Jim Carrey (Dumb & Dumber en tête), ou d'autres films que j'adore comme Les valeurs de la famille Addams, Street Fighter, Mortal Kombat, Casper et Mary à tout prix). C'est pourtant bel et bien Batman Returns qui figure en haut de mon classement, suivi de près par The Dark Knight, Casino Royale, Dragon l'histoire de Bruce Lee ou encore Rambo. Collectionneur, j'attache de l'importance au matériel et j'ai réuni deux étagères pleines de films classés par ordre chronologique. Il va sans dire qu'il m'en reste encore beaucoup à voir...

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :