L’Île aux Pirates, de Renny Harlin

 

Dates de sortie : 22 décembre 1995 (États-Unis), 14 février 1996 (France)
Réalisateur : Renny Harlin
Acteurs principaux : Geena Davis, Matthew Modine, Frank Langella, Patrick Malahide
Genre : Aventure
Nationalité : Américain
Compositeur : John Debney

Un rapprochement qui se voit venir à des kilomètres !

Suite aux succès de grands classiques comme Robin des Bois Prince des Voleurs et Hook au début des années 90, les longs métrages de cape et d’épée ont le vent en poupe et c’est un nouveau film de pirates qui sort sous la direction de Renny Harlin (Le Cauchemar de Freddy, Die Hard 58 Minutes pour Vivre, Cliffhanger Traque au Sommet). Se déroulant dans les Caraïbes du XVIIème siècle, il est porté par Geena Davis (La Mouche, Beetlejuice, Thelma et Louise), qui y incarne la pirate Morgan Adams à la recherche d’un trésor familial face aux méthodes peu scrupuleuses de son oncle Dawg, sous les traits de par Frank Langella (Président d’un Jour, Brainscan, Junior). Prévu pour être joué par Michael Douglas, le voleur William Shaw est finalement interprété par Matthew Modine (Birdy, Full Metal Jacket, Memphis Belle) pour un duo d’anthologie.

Une aristocratie sublimée par le doublage de Jacques Ciron.
« Une bouche de moins à nourrir ! »

Vendu comme esclave à Port Royal, il est en effet le seul à pouvoir déchiffrer le latin sur la carte menant au trésor tant convoité. Mais tandis que Dawg s’allie aux Anglais pour capturer Morgan et récupérer l’or, les combats à l’épée fusent et les tirs au canon produisent des flammes et des explosions du plus bel effet tant la réalisation est soignée. Les décors sont de grande qualité, notamment au niveau des navires, et les plans naturels offrent un cachet particulier au film malgré son univers convenu. Les musiques du talentueux John Debney (Hocus Pocus, Mort Subite, Menteur Menteur) sont quant à elles particulièrement magnifiées par l’orchestre symphonique de Londres.

Une leçon d’anatomie qui pourrait bien chavirer.
Une bataille qui n’y va pas de main morte.

L’implication des acteurs fait partie des grands points forts du film, entre la charismatique Geena David qui frappe avec une murène quand elle n’a pas son sabre et un Frank Langella totalement badass sous ses faux airs de Sean Connery. Mais malgré des qualités évidentes, L’Île aux Pirates est surtout connu pour son grand échec critique et commercial ayant entraîné la faillite du studio Carolco Pictures. Son budget avait en effet explosé suite à un changement de direction provoquant la reconstruction de nombreux décors, à plusieurs accidents de tournage et à la recherche tumultueuse d’un nouvel acteur principal. Avec près de cent millions de dollars de déficit, il fait partie des films ayant subi le plus de pertes au box-office

Règlement de comptes en famille !
Une situation non sans rappeler L’Empire Contre-Attaque !

D’autres facteurs peuvent expliquer cet échec, à commencer par une sortie repoussée à la période de Noël, alors peu propice au visionnage d’un film d’aventure aussi ensoleillé. Et outre le fait que d’autres longs métrages ayant une héroïne comme personnage principal se sont montré peu vendeurs, L’Île aux Pirates s’est également retrouvé face au succès de Jumanji, sorti une semaine avant, et le même jour que d’autres films comme Nixon, Mort Subite, ou encore Dracula Mort et Heureux de l’être. Ayant largement été réhabilité depuis, il reste un bon classique du genre devant lequel se délecter sans aucune modération.

Emmanuel Delextrat

Salut à tous ! Fasciné par le monde du cinéma depuis toujours, j'ai fait mes débuts avec Mary Poppins et La soupe aux choux, mais aussi de nombreux dessins animés (courts métrages Disney avec Mickey, Donald et Dingo ; longs métrages Disney avec Alice au pays des merveilles en tête ; animés japonais avec Sailor Moon et Dragon Ball Z ; j'aime aussi particulièrement Batman et Tintin). Mes années 90 ont été bercées par les comédies de Jim Carrey (Dumb & Dumber en tête), ou d'autres films que j'adore comme Les valeurs de la famille Addams, Street Fighter, Mortal Kombat, Casper et Mary à tout prix). C'est pourtant bel et bien Batman Returns qui figure en haut de mon classement, suivi de près par The Dark Knight, Casino Royale, Dragon l'histoire de Bruce Lee ou encore Rambo. Collectionneur, j'attache de l'importance au matériel et j'ai réuni deux étagères pleines de films classés par ordre chronologique. Il va sans dire qu'il m'en reste encore beaucoup à voir...

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :