Captive State de Rupert Wyatt

Date de sortie 3 avril 2019 (1h 49min)
De Rupert Wyatt
Avec Ashton Sanders, John Goodman, Vera Farmiga, Jonathan Majors, Kevin Dunn, Madeline Brewer…
Genres Science fiction, Thriller
Nationalité Américain
Musique Rob Simonsen

 

Face a l’ennemi…

 

Synopsis

Les extraterrestres ont envahi la Terre. Occupée, la ville de Chicago se divise entre les collaborateurs qui ont juré allégeance à l’envahisseur et les rebelles qui les combattent dans la clandestinité depuis dix ans.

Rupert Wyatt n’était pas revenu derrière la caméra depuis La planète des singes: les origines, qui d’ailleurs était une réussite. Il aurait pu réaliser les suites, mais des problèmes avec la production l’ont obligé à ne pas réaliser les suites. Le réalisateur a une très courte filmographie, The Gambler, Ultime Évasion, la planète des singes et maintenant Captive state. Il faut admettre que ce dernier, ce fait flingué beaucoup par la critique. Sans doute une masse de spectateurs s’attendait à voir une énième invasion extraterrestre, parce que oui c’est une invasion mais cette dernière à commencer depuis dix ans. Le film ne mise pas sur les effets spéciaux, et c’est d’ailleurs ce qui fait le charme de ce dernier, car la politique est la toile de fond principal du film. Donc ce n’est pas un échec, du moins pour une minorité mais le film n’a pas attiré les foules et c’est dommage. Le film n’est certes pas parfait, mais les qualités, il en a c’est certain.

Il y a dix ans, des extraterrestres ont débarqué sur notre planète, Gabriel un jeune homme des quartiers a perdu ses parents lors de leur arrivée. Depuis toutes ces années, ces visiteurs ont investi notre planète et nous gouvernent. Ils ont fait des lois, et depuis le chômage est en baisse et la criminalité aussi. Cependant le monde est quand même en guerre face à l’ennemi, et des résistants veulent que tout s’arrête, tandis qu’il y a ceux fidèle à l’ennemi par peur. Gabriel n’est pas seul à la résistance, d’autres sont avec lui mais Mulligan un policier poursuit le jeune homme, et il connaissait ses parents car son père était son collègue. Il veut que Gabriel travaille pour lui, le jeune homme n’est pas d’accord mais n’a pas le choix. Il découvre que son frère, qu’il croyait mort dans la lutte est encore en vie, et ce dernier avec son équipe prépare un plan pour terrasser l’ennemi. Captive State est un film de science-fiction bien entendu, mais c’est aussi un film politique. Car certes c’est un ennemi qui a débarqué sur terre, mais il a réussi à instaurer plus de travail donc moins de chômage, et le taux de criminalité a baissé. Mais ces choses restent des ennemis, et ne font pas que du bien car il y a aussi une dictature qui s’est mise en place. Le film nous met rapidement dans l’ambiance, dans laquelle il veut nous plonger. Nous sommes principalement dans un contexte politique, où des résistants veulent renverser le pouvoir mis en place par l’ennemi. La mise en scène est donc une réussite, et offre de très bonnes scènes. Les décors du film restent plus que satisfaisants, quelques plans sont en mode post-apocalyptique et cela rend très bien. On retiendra des scènes en particulier, celle du stade ou les résistants, exécute leur plan dont le frère de Gabriel est impliqué par exemple. Gabriel est un jeune homme livré à lui-même, c’est sur lui que le film se concentre essentiellement, et sur la résistance qu’il veut entreprendre contre l’ennemi, contre l’avis de sa petite amie. La fin du film, nous révèle des choses auxquelles on ne s’attendait pas. Les personnages ne cessent de nous étonner, et on pourrait qualifier la fin du film comme un petit twist qui fait plaisir.

Le thème principal abordé est donc la politique, sur des lois instaurées par l’ennemi, un film qui possède des idées et fait plaisir. À l’écriture du film Rupert Wyatt et Érica Beeney, qui aborde correctement leur sujet cependant ils s’attardent trop longtemps sur des passages, et cela se ressent à l’écran. Dans les thèmes abordés également, on voit que Gabriel qui a tout perdu, fait partie d’une classe moyenne depuis le début de la guerre et qu’il doit résister contre l’ennemi, dans un pays en dictature. Une écriture donc intelligente, qui offre beaucoup de choses dans le genre S. F, un scénario plein d’dées possédant de très bonnes choses. On pourra ressentir une certaine déception, sur les créatures qui au final nous ne voyons que très peu, et sont un des éléments importants du long-métrage. Pour le peu que l’on voit, les créatures le rendu n’est pas vraiment intéressant, ces dernières semblent bâclées et c’est assez décevant. Le film nous fait découvrir Ashton Sanders, jeune comédien qui y interprète Gabriel, mais aussi John Goodman toujours aussi bon. Également a l’affiche Vera Farmiga et Kevin Dunn, des comédiens qui livrent des prestations honorables. En matière de science-fiction, Captive State est un long-métrage qui sait se renouveler en apportant, vraiment plus qu’un simple film de science-fiction.

Bande annonce

Orel
Orel Durden (Créateur du site ,rédacteur en chef) Passionné ,cinéphile ,cinévore depuis petit ma passion pour le cinéma est immense mon réalisateur favori Steven Spielberg mon film culte de sa filmo E.T je ne m’en lasse pas ainsi que Jaws .Mon film culte préféré Fight Club de Fincher mon deuxuième réalisateur favori ,dont Zodiac s’ajoute a mes favoris de sa filmographie .Les films comme Alien de Ridley Scott ,Elephant de Gus Van Sant ,Into the Wild de Sean Penn ou encore Requiem for a dream de Aronofsky sont les oeuvres auquel je ne me lasse pas .Sinon si je devais ,dire deux film de Hitchcock ça serait « Psychose »et « les oiseaux » tout simplement des chef d’oeuvres .J’espère que ce site vous satisfait ,merci a vous et vive le cinéma .

Laisser un commentaire