Minority Report de Steven Spielberg

Date de sortie 2 octobre 2002 (2h 25min)
De Steven Spielberg
Avec Tom Cruise, Kathryn Morris, Colin Farrell, Samantha Morton, Peter Stormare, Max Von Sydow, Tim Blake Nelson…
Genre Science fiction
Nationalité Américain
Musique John Williams

Fuir son avenir

Synopsis

A Washington, en 2054, la société du futur a éradiqué le meurtre en se dotant du système de prévention / détection / répression le plus sophistiqué du monde. Dissimulés au coeur du Ministère de la Justice, trois extra-lucides captent les signes précurseurs des violences homicides et en adressent les images à leur contrôleur, John Anderton, le chef de la « Précrime » devenu justicier après la disparition tragique de son fils. Celui-ci n’a alors plus qu’à lancer son escouade aux trousses du « coupable »…
Mais un jour se produit l’impensable : l’ordinateur lui renvoie sa propre image. D’ici 36 heures, Anderton aura assassiné un parfait étranger. Devenu la cible de ses propres troupes, Anderton prend la fuite. Son seul espoir pour déjouer le complot : dénicher sa future victime ; sa seule arme : les visions parcellaires, énigmatiques, de la plus fragile des Pré-Cogs : Agatha.

Steven Spielberg adapte l’oeuvre de Philip.K.Dick, avec Minority Report pas forcément évident  d’adapter des oeuvres de cet auteur et pourtant Spielberg l’a fait. Le film ne vieillit pas parfaitement bien, il faut dire que ce dernier a déjà 17 ans et que depuis Spielberg a fait encore du chemin. Le réalisateur dirige pour la toute première fois Tom Cruise, qui produit aussi le film, une première collaboration réussie pour les deux hommes. Leur deuxième collaboration sera en 2005 pour La guerre des mondes, ou la promotion du film sera mouvementée entre les deux hommes dus au comédien. Le film se déroule en 2054, ou un homme John Anderton travaille pour l’entreprise pré-crime, qui arrête des meurtriers avant qu’ils ne commettent leur crime. Pour pouvoir arrêter des futurs meurtriers, le ministère de la justice possède au sein de pré-crime, trois extra-lucides. Ces extra-lucides sont des personnes ayant le don, de prévoir l’avenir sur les meurtres qui vont être commis, et ensuite des agents procèdent à l’arrestation. Un film de Spielberg qui n’est pas son meilleur, mais qui n’est pas sans idées. Un film de science-fiction qui traite de la violence dans ce monde encore et toujours, en proie à cette violence omniprésente.

En 2054, John Anderton est un homme travaillant pour l’entreprise pré-crime créer par Lamar Burgess, qui grâce à cette entreprise a réduit le crime de façon considérable. John procède à de nombreuses arrestations avec son équipe, un homme débarque au sein de l’entreprise Danny Witwer chargé, de déceler les failles dans pré-crime et pour ça il suit les étapes de l’entreprise, pour procédé aux arrestations et attend la faille. John est méfiant envers cet homme qui pour lui est plus qu’un simple observateur. John est un homme séparé de sa femme, depuis la mort de leur fils, et ce dernier est devenu dépendant à une puissante drogue, que Danny découvrira. Plus tard c’est John lui-même, qui est dans les filets de pré-crime, en effet les extra-lucides, révèle que ce dernier va commettre un meurtre sur un inconnu. Il ne lui faudra pas longtemps, pour que ses collègues découvrent qu’il est la cible. John doit fuir au plus vite, et ses anciens collègues ne lâcheront rien sous la direction de Danny Witwer. John est persuadé que Danny a monté un coup, pour le faire quitter pré-crime. C’est une chasse à l’homme, ou John doit tout faire pour s’en sortir et devra même subir une opération pour changer ses yeux, dans le même temps il devra découvrir qui et pourquoi lui a-t-on fait ça? La vision du futur par Steven Spielberg, qui voit les choses en grand et bien entendu, le roman de Philip.K.Dick y est pour quelque chose. Juste l’année précédente Steven Spielberg avait réalisé A.I Intelligence Artificielle, ou le réalisateur avait pris du plaisir a abordé le futur mais d’une manière différente. La mise en scène du réalisateur aborde la violence, ou une solution pour réduire cette dernière a été trouvée. Il montre aussi un système qui s’effondre, et donc qui possède des failles. On découvrira que ce système, n’est finalement pas destiné qu’à faire le bien.


Même si la maîtrise est dans la mise en scène, reste assez classique, le film est très efficace dans ce qu’il propose. Au scénario Scott Frank, qui adapte l’oeuvre de Philip.K.Dick, le traitement des personnages est intéressant on peut y voir le personnage de John face au deuil, qui a du mal à surmonter la mort de son fils. Son travail est la chose qui lui permet de vivre, c’est une obsession c’est pour cette raison que sa femme l’a quitté. Lamar reste énigmatique, c’est grâce à lui que John travaille chez pré-crime. Le récit propose vraiment des choses intéressantes, sur ce qu’est le futur une vision très bien retranscrite a l’écran. Scott Frank livre une chasse à l’homme passionnante, mais aussi très captivante. Des scènes d’action d’une grande efficacité, et la musique de John Williams aux partitions très agréables. Même si Minority Report s’avère être un bon film de Steven Spielberg, dans tout ce qu’il aborde comme le deuil ou la violence par exemple. Cependant le film, a quelques défauts au niveau des effets spéciaux, qui manque de travail sur certaines scènes. C’est aussi sur la photographie de Janusz Kaminski, que le film pose problème, un rendu trop clair ce qui gâche un peu l’univers proposé. Un casting intéressant avec Tom Cruise, jouant John Anderton, Colin Farrell interprète Witwer puis Max Von Sydow est Lamar Burgess. Des prestations réussies mais aussi étonnantes, et très convaincantes. Minority Report sans être le meilleur film de Steven Spielberg, est un film à voir, car il possède beaucoup de choses qui en font un film de science-fiction unique en son genre.

Bande annonce

Orel
Orel Durden (Créateur du site ,rédacteur en chef) Passionné ,cinéphile ,cinévore depuis petit ma passion pour le cinéma est immense mon réalisateur favori Steven Spielberg mon film culte de sa filmo E.T je ne m’en lasse pas ainsi que Jaws .Mon film culte préféré Fight Club de Fincher mon deuxuième réalisateur favori ,dont Zodiac s’ajoute a mes favoris de sa filmographie .Les films comme Alien de Ridley Scott ,Elephant de Gus Van Sant ,Into the Wild de Sean Penn ou encore Requiem for a dream de Aronofsky sont les oeuvres auquel je ne me lasse pas .Sinon si je devais ,dire deux film de Hitchcock ça serait « Psychose »et « les oiseaux » tout simplement des chef d’oeuvres .J’espère que ce site vous satisfait ,merci a vous et vive le cinéma .

Laisser un commentaire