Le Monde de John de Pascual Sisto

Sortie 6 avril 2022 en VOD
Durée 1h 44min
Genre Drame, Thriller
De Pascual Sisto
Par Nicolás Giacobone, Nicolás Giacobone
Avec Charlie Shotwell, Michael C. Hall, Jennifer Ehle
Titre original John and the Hole
Nationalité Etats-Unis
Musique Caterina Barbieri

 

Seul chez lui

Synopsis

John ressemble à tous les collégiens de son âge ; élève moyen, il aime jouer aux jeux vidéo en ligne avec ses copains. En famille aussi, il se sent bien… Un jour, il découvre, par hasard, au fond de son jardin, un vieux bunker. Contre toute attente, il décide d’y enfermer sa sœur et ses parents après les avoir drogués…

Le réalisateur Pascual Sisto, s’installe aux Etats-Unis, pour son premier long-métrage sorti en avril 2022 en VOD, qui fut une sortie inaperçue et c’est bien dommage. Pascual Sisto avait réalisé un court-métrage en 2003, avec comme titre Océano, sa première expérience cinématographique Pascual Sisto est également, un artiste visuel qui expose ses œuvres dans diverses galeries et musées internationaux. Pour son premier film Le monde de John, il met en scène un jeune garçon qui va séquestrer ses parents et sa sœur en les retenant captif dans un trou profond. Si le film pitch du film, reste assez vague, il donne envie et le réalisateur a un certain talent dans la mise en scène. Un film qui aura beaucoup divisé la critique ce qui est compréhensible, mais pourtant le film raconte bien plus qu’il n’y paraît. Le film avait pu un peu se faire connaître l’année dernière durant le Festival de Cannes, car ce dernier était en compétition, mais il était également présenté au Festival de Sundance. Le film de Pascual Sisto est adapté de l’œuvre de Nicolas Giacobone, qui est également le scénariste du film, mais également producteur. Pascual Sisto livre un film, mystérieux ce qui en fait un film OFNI (objet filmique non-identifié), on peut en faire plusieurs interprétations. Ce qui est certain, c’est que le monde de John est un film sidérant, est une expérience cinématographique vraiment particulière.

John vit au sein d’une famille d’une famille aisée dans une vaste maison, il est le benjamin de la famille, il semble avoir que très peu d’ami et il est très solitaire et mystérieux. Ses occupations se résument, a des journées de balade seul, ou bien, il joue a des jeux-vidéos en ligne. Un jour dans les bois, près de chez lui, il trouve un bunker, ignorant de quoi il s’agit exactement, il demande à ses parents qu’il lui explique. Le jeune homme intrigué compte bien s’en servir, pour quelque chose. Cherchant a encore, a être plus seul, il drogue ses parents et sa grande sœur et les enferme à lui seul dans le bunker, et peu désormais vivre seul dans la vaste maison. Il invite alors un ami, a passé le week-end chez lui, et va le chercher en voiture alors qu’il n’a pas le permis. Lui et son ami, font une étrange expérience en tentant de se noyer dans la piscine, pour effectuer l’expérience proche de la mort. Ils joueront de longues heures aux jeux-vidéos, puis mangerons tout et n’importe quoi. Ses parents et sa sœur ne comprennent pas son comportement, de temps en temps, le jeune garçon leur apporte de la nourriture et de l’eau. Pour sa famille, la vie dans ce bunker, devient de plus en plus insupportable tandis que leur jeune fils, fait sa vie dans la maison. Une solitude qui bientôt, commence à devenir difficile. C’est alors que quelques séquences, du long-métrage nous montrent une mère et sa jeune fille, indépendante de l’histoire principale, car la mère raconte à sa fille en réalité l’histoire de John. Le film de Pascual Sisto, peu s’interpréter de plusieurs manières, et par sa mise en scène le réalisateur désire que le spectateur lui-même, se fasse sa propre interprétation. Une mise en scène anxiogène, car ce jeune garçon est quand même inquiétant. Il y a de longs plans fixes, qui instaurent un climat angoissant. Le film aborde la solitude, dans une réalisation des plus efficace.

Le film est une adaptation de l’œuvre de Nicolas Giacobone, qui est l’auteur du livre est aussi scénariste du film. Le film peut avoir plusieurs interprétations, ce dernier aborde tout d’abord comme thème la solitude à travers le personnage de John. Un jeune garçon qui n’a que très peu d’amis, et qui semble se plaire dans la solitude, il ira jusqu’à alors enfermé ses parents et sa sœur dans un bunker qui se trouve dans les bois. Le thème est parfaitement abordé, grâce à un traitement du jeune garçon très bien écrit. Dans la première partie du film, on y voit un jeune garçon qui semble se complaire dans la solitude dans cette vaste maison. Dans la deuxième partie, on s’aperçoit que cette solitude devient difficile et qu’il a besoin de quelqu’un à ses côtés, mais pas ses parents ou sa sœur.

Quand une amie de sa mère, viens afin de voir la mère de ce dernier il prétexte que ses parents sont partis précipitamment à l’hôpital voir son grand-père. L’amie de sa mère, ne semble pas vraiment le croire même si ce dernier désire qu’elle reste, car il ne veut pas être seul. Si John aime la solitude, cela est peut-être à cause de ses parents qui ne font pas attention à lui et qui attend qu’on lui porte plus d’intérêt, c’est pour cette raison qu’il enferme ses parents. Pour les séquences de cette mère et sa jeune fille, cette mère raconte une histoire à sa fille celle de jeune John et le trou. On découvrira que cette dernière en lui racontant cette histoire, prépare sa jeune fille à être seule car elle va l’abandonner, la laissant seule dans la maison avec de l’argent. On ne saura pas pour quelle raison, elle désire abandonner sa fille, mais l’histoire de John devrait la préparer à être seule. C’est de cette façon, que Nicolas Giacobone désire aborder la solitude, le réalisateur Pascual Sisto retranscrit cela parfaitement bien. Le jeune Charlie Shotwell est saisissant, dans le rôle de John, il y tient un rôle intrigant. Michael. C. Hall loin de son rôle de Dexter, joue le père de John, qui sera retenu captif dans le bunker avec sa femme interprété par Jennifer Ehle, sa fille Laurie est interprété par Taissa Farmiga. Le réalisateur retranscrit cette solitude de façon anxiogène, et ne mettant pas le spectateur à l’aise. Le monde de John est une œuvre incomprise, même si ce dernier reste particulier, il mérite qu’on lui porte bien plus d’intérêt.

 

Bande annonce

Orel

Orel Durden (Créateur du site ,rédacteur en chef) Passionné ,cinéphile ,cinévore depuis petit ma passion pour le cinéma est immense mon réalisateur favori Steven Spielberg mon film culte de sa filmo E.T je ne m’en lasse pas ainsi que Jaws .Mon film culte préféré Fight Club de Fincher mon deuxuième réalisateur favori ,dont Zodiac s’ajoute a mes favoris de sa filmographie .Les films comme Alien de Ridley Scott ,Elephant de Gus Van Sant ,Into the Wild de Sean Penn ou encore Requiem for a dream de Aronofsky sont les oeuvres auquel je ne me lasse pas .Sinon si je devais ,dire deux film de Hitchcock ça serait « Psychose »et « les oiseaux » tout simplement des chef d’oeuvres .J’espère que ce site vous satisfait ,merci a vous et vive le cinéma .

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :