Minuit dans l’univers de George Clooney

Sortie 23 décembre 2020 sur Netflix
Duréee 2h 02min Genre
Drame, Science fiction
De George Clooney
Avec George Clooney, Felicity Jones, David Oyelowo, Tiffany Boone, Demian Bichir, Kyle Chandler, Sophie Rundle…
Nationalité Américain
Musique Alexandre Desplat

 

Minuit dans l’ennui

 

Synopsis

Dans ce film post-apocalyptique, Augustine, scientifique solitaire basé en Arctique, tente l’impossible pour empêcher l’astronaute Sully et son équipage de rentrer sur Terre. Car il sait qu’une mystérieuse catastrophe planétaire est imminente…

George Clooney a commencé sa carrière a la télévision, et quand il s’est vraiment fait connaître c’était dans la série Urgences. Son sourire charmeur, faisait chavirer le coeur de nombreuses femmes puis après le cinéma lui a tendu les bras et a donc quitté les plateaux de télé. Il tourne des films tels que l’attaque des tomates tueuses, une nuit en enfer, le pacificateur, Batman et Robin, O’brother, En pleine tempête ou encore la trilogie Océan ‘s. C’est en 2002 qu’il s’intéresse à la réalisation avec Confession d’un homme dangereux. Puis eut aussi l’excellent Bienvenue Suburbicon, en 2017. En 2020 le voilà de retour, pour un film chez Netflix. Une adaptation de Lily Brooks-Dalton. C’est la première fois dans sa carrière de réalisateur qu’il signe un film de science-fiction, et ce n’est pas franchement une réussite. Je ne pourrais pas comparer, avec l’oeuvre de Lily Brooks-Dalton, ne l’ayant pas lu. Comme souvent George Clooney joue dans son film et y tient le rôle principal, ce qu’on pourra saluer dans son film c’est le visuel car c’est quand même remarquable.

Le Dr Augustine est un scientifique travaillant sur une base située en Arctique, mais rapidement tous les scientifiques sont évacués car une catastrophe s’apprête à arriver et ils doivent se mettre à l’abri. Cette catastrophe concerne la planète entière, et l’air tuera quiconque mettra le nez dehors. Cependant Augustine souhaite rester sur la base seul, et tente d’entrer en contact avec le vaisseau dont l’astronaute Sully est à bord, car si ces derniers arrivent sur terre ils mourront. L’espoir s’amenuise au fil des jours, mais Augustine continue d’établir le contact chaque jour. Puis il se rend compte qu’il n’est pas seul sur la base, une petite fille qui devait être évacuée est là. Il tente de joindre ceux partis, pour venir la chercher mais c’est impossible la petite Iris va devoir rester avec le docteur. Mais Augustine est épuisé atteint d’un cancer, il se guérit lui-même. Afin d’établir un contact meilleur il décide de quitter la base, pour se rendre sur une base météorologique où il faudra à lui et Iris quelques jours de marche dans le froid et la neige. Une marche difficile où ils sont entourés de loups, et où ils manquent de se noyer dans abri. Quand ils arrivent sur les lieux, après quelques essais, Augustine arrive à entrer en contact avec le vaisseau et les préviens du danger. Le film contient de nombreuses scènes en Arctique, mais également se déroulant à bord du vaisseau, on y découvre l’équipage face à des dangers divers. Ils seront même confrontés à la mort de l’un des membres de l’équipage, alors qu’ils effectuaient une réparation a l’extérieur. Minuit dans l’univers c’est visuellement beau, et la mise en scène est parfois surprenante. Mais c’est surtout un film contemplatif, il n’y a rien de mal à ça mais encore faut-il que derrière le sujet soit correctement traité. Le film est long…beaucoup trop long entre flash-back, les scènes en Arctique et enfin celle dans le vaisseau on ne sait pas trop ou le film veut nous conduire et ça en devient franchement ennuyeux.

Si les astronautes étaient partis, c’est qu’il s’agissait d’une mission pour explorer une planète habitable pour l’homme étant donné que l’humain s’apprête à disparaître de la surface du globe. Le scénario est de Mark L. Smith, adaptant l’oeuvre de Lily Brooks-Dalton, faut avouer que l’ennui se ressent facilement a la réalisation car l’écriture l’est également. L’écriture nous conduit parfois, dans le passé d’Augustine on l’on s’aperçoit qu’il a eu une femme et qu’il a un enfant qu’il n’a jamais vu, une petite fille. Passage assez important, pour ce qui est de tout ça. Mais pour le reste, on ne sait trop ce l’on veut nous dire de plus, si c’était juste pour nous révéler le petit twist final, qui était assez prévisible. S’il n’y avait que ça de prévisible, ça irait et  ça serait moins ennuyeux mais quasiment tout l’est. Le côté post-apocalyptique on ne le ressent pas du tout, et c’est bien dommage difficile de se mettre dedans. Malgré tous ces défauts que possède le film, une certaine poésie s’en dégage parfois grâce au visuel, et aussi l’interprétation de George Clooney. Mais cela n’empêche pas que le traitement des personnages manque de profondeur, c’est un des défauts majeur du long-métrage ça aussi. George Clooney livre une bonne prestation dans le rôle d’Augustine, à bord du vaisseau Felicity Jones toujours aussi magnifique. Trop absent des écrans également Kyle Chandler, David Oyelowo ou encore Demian Bichir. Pour ce qui est du vaisseau le design, est un peu spécial mais pas désagréable. Mais ce n’est pas ça, qui donnera plus de crédit au film. Netflix et ses films, ce n’est pas toujours parfait il y a quelques fois des oeuvres intéressantes hélas là la perfection et loin d’être au rendez-vous.

 

Bande annonce

Orel

Orel Durden (Créateur du site ,rédacteur en chef) Passionné ,cinéphile ,cinévore depuis petit ma passion pour le cinéma est immense mon réalisateur favori Steven Spielberg mon film culte de sa filmo E.T je ne m’en lasse pas ainsi que Jaws .Mon film culte préféré Fight Club de Fincher mon deuxuième réalisateur favori ,dont Zodiac s’ajoute a mes favoris de sa filmographie .Les films comme Alien de Ridley Scott ,Elephant de Gus Van Sant ,Into the Wild de Sean Penn ou encore Requiem for a dream de Aronofsky sont les oeuvres auquel je ne me lasse pas .Sinon si je devais ,dire deux film de Hitchcock ça serait « Psychose »et « les oiseaux » tout simplement des chef d’oeuvres .J’espère que ce site vous satisfait ,merci a vous et vive le cinéma .

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :