LE BRIO D’YVAN ATTAL

LE BRIO

le-brio-la-bande-annonce-du-nouveau-film-d-yvan-attal-avec-camelia-jordana-et-daniel-auteuil

Dans le dernier long-métrage d’Yvan Attal, un vieux prof aussi brillant que réac se retrouve à devoir former une étudiante de banlieue à la langue bien pendue. Si le film ne fait pas l’unanimité, les critiques soulignent cependant les performances de la chanteuse de 25 ans et de Daniel Auteuil.

029a20b699c8a194bfe3a24ef95df407

Réalisation : Yvan Attal
Scénario : Yaël Langmann, Victor Saint Macary, Bryan Marciano et Yvan Attal
Photographie : Rémy Chevrin
Montage : Célia Lafitedupont
Décors : Michèle Abbé-Vannier
Costumes : Carine Sarfati
Musique : Michael Brook
Supervision musicale : My Melody
Producteurs : Dimitri Rassam et Benjamin Elalouf
Distribution : Pathé Distribution
Genre : comédie
Durée : 95 minutes
Dates de sortie : 22 novembre 2017
Distribution : Daniel Auteuil, Camélia Jordana.

2444205.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

L’année dernière Yvan Attal sortait Ils sont partout, film à sketchs voulant dénoncer les fantasmes antisémites les plus répandus, le long-métrage avait reçu un accueil plutôt glacial – et gêné. Le réalisateur français revient cette semaine, avec un film, Le brio, qui entend une nouvelle fois se jouer des préjugés, et qui a séduit la plupart des critiques.

0873680.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx-_h2017

Cette fois-ci, il s’agit d’une confrontation, forcément électrique, entre un professeur de droit réac et désabusé, amateur de rhétorique, et une jeune femme de banlieue, que tout sépare. Plus subtil, plus drôle aussi que sa précédente réalisation, Le Brio démantèle la lutte sociale et générationnelle de son sujet pour l’amener sur le terrain, plus jubilatoire et moins donneur de leçons, de la joute verbale.

1420520

Culturebox apprécie l’exercice et ne s’en cache pas. «Yvan Attal réussit un film magnifique, une comédie diablement bien charpentée, nourrie de dialogues ciselés et loin d’être politiquement anodine», explique le site de France Télévisions. «C’est malin, bien écrit, bien rythmé, bien joué. Assouplir les mœurs en riant, voilà un bon propos de comédie», écrit pour sa part Marie-Noëlle Tranchant du Figaro .
«On a compris que le film mérite son titre»

maxresdefault

L’exercice de la rhétorique permet ici de désamorcer les clichés. «Par une subtile dialectique, le bien nommé brio transforme la lutte sociale en joute déclamatoire.

le-brio-un-film-dyvan-attal

Le verbe – dont on hérite ou qu’on acquiert, qui fait mal ou réconcilie, qui dit la vérité ou la masque, qui permet de réussir dans un monde où l’apparence est reine – est le sujet de cette comédie satirique, ce que les Américains appellent une dramedy», explique L’Obs. Un avis partagé par le journaliste de Première : «Il y a ces dialogues savoureux (brillants par moments) inspirés de la philo et de la rhétorique de prétoire.

Le-Brio-la-confirmation-pour-Camelia-Jordana

Ce traitement à bonne distance de personnages prisonniers de leur condition (lui, l’intellectuel cynique des beaux quartiers, elle, la banlieusarde coupable de s’élever socialement).

Cette façon habile et amusante de contredire par l’image les sentiments qui agitent les protagonistes. Il y a enfin, et surtout, un duo d’acteurs formidable, le placide Daniel Auteuil et l’électrique Camélia Jordana, cette dernière confirmant de film en film une belle nature de cinéma.»

le-brio-la-bande-annonce-du-nouveau-film-d-yvan-attal-avec-camelia-jordana-et-daniel-auteuil

S’il y a bien une chose sur laquelle les critiques se retrouvent, c’est sur la qualité des acteurs. «Face à Camélia Jordana, définitivement actrice, Daniel Auteuil fait des étincelles», note notamment Télérama, tandis que Les Échos parlent d’un «Daniel Auteuil des grands jours». L’Obs a été emporté par le jeu des acteurs. «Et puis il y a l’interprétation. Elle n’est pas édifiante, elle est éloquente.

le-brio-camelia-jordana-eleve-rebelle-face-a-daniel-auteuil-dans-la-bande-annonce-video

Daniel Auteuil, qui creuse ici les silences à la manière de Gabin, excelle dans le rôle ambigu du mentor contrarié. Et, de quarante ans sa cadette, Camélia Jordana avance, en équilibriste très douée, sur le fil qui sépare l’insoumission de l’ambition et la banlieue du quartier Latin. On a compris que le film mérite son titre».

le-brio

«Dans Le Brio, note Le Point , le dernier film d’Yvan Attal, la chanteuse explosive et touche-à-tout tient tête à Daniel Auteuil. Et avec quel brio!», Si le sujet pouvait paraître sensible voire casse gueule, la nuance que donnent aux personnages les deux acteurs principaux permet au film de ne pas tomber ni dans le cliché, ni dans la caricature «Daniel Auteuil est gouleyant comme un bon vin. Camélia Jordana impeccable.

le-br12io

Tous deux développent habilement de la nuance dans des rôles qui auraient pu singulièrement en manquer» estime Le Parisien .
Reste que le film n’a pas plu à tout le monde. Du côté des Inrockuptibles , on juge ce long-métrage comme étant «Une malhabile comédie de la réconciliation entre un intellectuel facho et une étudiante maghrébine.»

1492395

D’autres estiment que le scénario est cousu de fil blanc. «À cet instant, soit à peu près cinq minutes (sans les publicités) après que vous avez pris place dans la salle de cinéma, le film est terminé. Au sens, du moins, où son programme, enlevé à la sauce américaine, vous est donné clé en main. (…) Beau programme en effet, mais à ce point dénué d’accident qu’il en devient lénifiant», explique Jacques Mandelbaum du Monde .

le-11brio

Même son de cloche du côté du journal Les Échos qui trouve que «le cinéaste en oublie les enjeux dramatiques de son histoire et, à l’image de son héroïne, cède à une forme de fascination pour Mazard, incarné, il est vrai, par un Daniel Auteuil des grands jours. Séduisant et souvent drôle, Le Brio , hélas, ne fait qu’effleurer son sujet».

8/10

1478333

PS : Un film inspirant pour toutes celles et ceux qui se lèvent chaque matin, envers et contre tous, en ne poursuivant qu’un seul but : devenir une version meilleure de soit-même, s’améliorer chaque jour au quotidien, et cela peut importe d’où l’on vient et peut importe le niveau social et culturel.

1434582

Je reprendrais la phrase du discours de Xavier Dolan lors de la remise de son Prix du Jury (pour Mommy en 2014) « Je crois que tout est possible à qui rêve, ose, travaille et n’abandonne jamais ». Dolan est partie de rien, il en est à 7 longs métrages et dirige aujourd’hui des Vincent Cassel, Marion Cotillard, Gaspard Ulliel, Léa Seydoux, Nathalie Baye, Suzanne Clément, Anne Dorval, Jessica Chastain, Natalie Portman, Sigourney Weaver …

Ne jamais abandonner mes cher amis. Un film qui devrait vous inspirer.

Pierre Bryant

Cinéphile depuis mon plus jeune âge, c’est à 8 ans que je suis allé voir mon 1er film en salle : Titanic de James Cameron. Pas étonnant que je sois fan de Léo et Kate Winslet… Je concède ne pas avoir le temps de regarder les séries TV bonne jouer aux jeux vidéos … Je vois en moyenne 3 films/jour et je dois avouer un penchant pour le cinéma d’auteur et celui que l’on nomme « d’art et essai »… Le Festival de Cannes est mon oxygène. Il m’alimente, me cultive, me passionne, m’émerveille, me fait voyager, pleurer, rire, sourire, frissonner, aimer, détester, adorer, me passionner pour la vie, les gens et les cultures qui y sont représentées que ce soit par le biais de la sélection officielle en compétition, hors compétition, la semaine de la critique, La Quinzaine des réalisateurs, la section Un certain regard, les séances spéciales et de minuit … environ 200 chef-d’œuvres venant des 4 coins du monde pour combler tous nos sens durant 2 semaines… Pour ma part je suis un fan absolu de Woody Allen, Xavier Dolan ou Nicolas Winding Refn. J’avoue ne vouer aucun culte si ce n’est à Scorsese, Tarantino, Nolan, Kubrick, Spielberg, Fincher, Lynch, les Coen, les Dardennes, Jarmush, Von Trier, Van Sant, Farhadi, Chan-wook, Ritchie, Terrence Malick, Ridley Scott, Loach, Moretti, Sarentino, Villeneuve, Inaritu, Cameron, Coppola… et j’en passe et des meilleurs. Si vous me demandez quels sont les acteurs ou actrices que j’admire je vous répondrais simplement des « mecs » bien comme DiCaprio, Bale, Cooper, Cumberbacth, Fassbender, Hardy, Edgerton, Bridges, Gosling, Damon, Pitt, Clooney, Penn, Hanks, Dujardin, Cluzet, Schoenaerts, Kateb, Arestrup, Douglas, Firth, Day-Lewis, Denzel, Viggo, Goldman, Alan Arkins, Affleck, Withaker, Leto, Redford… …. Quant aux femmes j’admire la nouvelle génération comme Alicia Vikander, Brie Larson, Emma Stone, Jennifer Lawrence, Saoirse Ronan, Rooney Mara, Sara Forestier, Vimala Pons, Adèle Heanel… et la plus ancienne avec des Kate Winslet, Cate Blanchett, Marion’ Cotillard, Juliette Binoche, Catherine Deneuve, Isabelle Huppert, Meryl Streep, Amy Adams, Viola Davis, Octavia Spencer, Nathalie Portman, Julianne Moore, Naomi Watts… …. Voilà pour mes choix, mes envies, mes désirs, mes choix dans ce qui constitue plus d’un tiers de ma vie : le cinéma ❤️

More Posts

Laisser un commentaire