Star Wars III : la revanche des sith de Georges Lucas

Star Wars III : la revanche des sith réalisé par Georges Lucas avec : Hayden Christensen , Ewan McGregor , Nathalie Portman , Ian McDiarmid , Samuel L Jackson et Franck Oz.

Le film de la consécration pour Georges Lucas

excellent

Star_Wars_Episode_III_La_Revanche_des_Sith

Le 18 mai 2005 nous avons découvert le dernier épisode intitulé : la revanche des Sith qui marqua la fin de la saga au cinéma jusqu’à ce que Georges Lucas vende LucasArts à Disney pour la somme de 4 milliards dollars. Ce film était autant attendu par les fans que par ses détracteurs car il marquait la fin de la saga Star Wars et faisait le rapprochement avec le 1er épisode de la saga : un nouvel espoir.

Cet épisode était aussi attendu car nous allions enfin voir la transformation d’Anakin Skywalker en Darth Vader.

Star-Wars-Episode-III-Revenge-Of-The-Sith-Darth-Vader-darth-vader-18356712-1599-677

Georges Lucas était attendu au tournant pour la conclusion de sa saga qu’il a commencé il y a presque 40 ans et force est de constater que cet épisode générait beaucoup de craintes car ce final promettait d’être sombre et après deux précédents volets très inégaux Lucas n’avait pas mis tout le monde d’accord.

Au niveau du scénario nous retrouvons bien sur Georges Lucas qui officie en temps que réalisateur-scénariste , à la bande son nous retrouvons bien sur Monsieur John Williams , ainsi que Rick McCallum à la production.

Cet épisode se déroule après l’épisode II : l’attaque des clones , la guerre des clones est déclenchée après la bataille de Geonosis. D’un coté nous avons la république avec les clones et de l’autre les séparatistes qui ont les droïdes qui se livrent à des batailles pour le contrôle de la galaxie.

 

bataille_coruscant3

 

Le film s’ouvre sur un magnifique plan séquence où nous voyons les deux chasseurs jedis d’Anakin et d’Obi Wan se frayer un chemin pour aller sauver le chancelier Palpatine qui a était enlevé par le général Grievous.

Kenobi_faces_Grievous_ROTS

La grande qualité de ce long métrage est de proposer un scénario dont nous connaissons déjà les tenants et les aboutissants depuis des années du moins pour les fans de la première heure ayant grandit avec les trois premiers films. Mais le papy Georges parvient toujours à nous surprendre grâce à de subtiles idées de mise en scène et d’un montage ultra efficace.

Georges Lucas applique ici dans cet épisode le mythe de Faust ( un héros vendant son âme au Diable ) au passage d’ Anakin Skywalker vers le coté obscur de la force car il est séduit par Darth Sidious alias le chancelier Palpatine ( le Diable ).

Georges Lucas s’est énormément amélioré au niveau de sa mise en scène grâce à la prélogie si inégale soit-elle , nous retiendrons la scène de course pod dans la menace fantôme où pendant cette même course nous n’avons aucune musique nous sommes tenus en haleine tout au long grâce aux excellents designs sonores , nous retrouvons cette astuce de mise en scène dans l’épisode 2 lors de la scène des charges soniques que lance Jango Fett pour ce défaire de Obi Wan qui est un plaisir visuel et auditif. lucas utilise aussi une belle astuce de mise en scène : la synecdoque ( notamment utilisé dans M le maudit de Fritz Lang) où nous voyons Lucas filmé Anakin et Padmé se réconforter l’un l’autre mais au lieu de les filmer en gros plan il filme leurs ombres où nous pouvons voir que la coiffure de Anakin laisse présager qu’il est déjà vêtu du casque de Darth Vader et qu’il ne pourra que sombrer vers le coté obscur.

Dans cet épisode Lucas montre ses talents de metteur en scène avec son plan séquence dantesque dans la première scène du film , l’exécution de l’ordre 66 qui est une des scènes les plus marquantes et tristes de la saga où nous voyons tous les jedis se faire massacrer ; cette scène additionnée à la musique de John Williams souligne très bien le coté dramatique de la scène.

La scène du combat alternée entre Anakin et Obi Wan et celui de Darth SIdious et maitre Yoda fait grimper la tension de fort belle manière encore additionnée à l’opéra de John Williams nous fait frissonner , la beauté des plans est aussi à souligner lorsque Anakin et Obi Wan se battent sur la planète de lave Mustafar ou les images du volcan d’Italie : l’Etna et les CGI ; assurément un des meilleurs duels de sabres lasers de la saga si ce n’est le meilleur.

La scène de l’assaut des clones mené par Anakin contre le temple jedi est aussi une scène très marquante notamment grâce à la musique de John Williams qui montre de fort belle manière qu’ Anakin est totalement consumé par la coté obscur de la force.

palpatine8 w_anakin-vs-obi-wan-by-sithjammies

Dans cet épisode les acteurs sont à leur meilleur niveau même hayden Christensen qui avait un jeu d’acteur très lisse et avait tendance à surjouer dans l’épisode précédent.

Ewan McCregor est toujours excellent que ce soit au niveau de l’humour de son personnage qui n’est surpris par aucune situation en démontre l’audace dont il fait preuve lorsque qu’il provoque le général Griveous devant tous les droïdes de combats mais il sait aussi nous faire pleurer lorsqu’il découpe les membres de Anakin lors du duel sur Mustafar.

Nathalie Portman est plus en retrait dans ce film mais le talent dont elle fait preuve suffit à nous faire apprécier son personnage malgré la façon dont meurt son personnage reste encore peu flou aujourd’hui.

Ian McDiarmid est tout simplement excellent en Darth Sidious notamment grâce à son jeu plein de malice et de manipulation qui parvient facilement à duper et à contrôler Anakin.

Tous les personnages sont mis à rude épreuve dans ce long métrage ce qui amène d’excellents développements tels qu’ Anakin qui a peur de perdre l’être cher et qui malheureusement passe du coté obscur pour tenter d’obtenir le pouvoir d’immortalité du seigneur noir des sith Darth Plagueis accesoiremment l’ancien maître sith de Darth Sidious.

ObI Wan ai forcé de tuer Anakin car il représente une trop grande menace pour la galaxie.

Padmé qui sent que son mari fait le mauvais choix et qui finalement meurt de chagrin sentant la douleur d’ Anakin lorsque les droïdes soignent son corps brulé et ses membres coupés.

Yoda ressent la force trépassée lorsque l’ordre 66 est exécuté où tous les jedis se font massacrer par les clones.

Maitre Windu sentant aussi que quelque chose ne va pas autour du sénat et ne fait pas confiance au chancelier Palpatine ce qui lui fera défaut lorsque qu’il affronte Palpatine.

Vaapad

Coté technique les équipes d’ILM ont réalisé un excellent travail, que ce soit les planètes très bien retranscrites mention spéciale à la planète Mustafar , les combats de vaisseaux spatiaux sont dantesques, les décors sont sans surprise d’une beauté saisissante comme la planète Alderaan à la fin du film où réside le Sénateur Oragana. Les chorégraphies au sabre laser sont très bien chorégraphiées.

Pour finir Georges Lucas a conclu sa prelogie de fort belle manière avec cet épisode qui a des aires de film dramatique, mais Papy Lucas n’en oublie pas le grandiose qui est l’un des grosses qualités de la saga notamment grâce à la scène d’introduction, le combat entre Anakin et Obi Wan, les acteurs cette fois si sont bien dirigés, la musique du film vous fera ressentir des frissons notamment la musique en fond lorsque Anakin attaque le temple avec clones ou tout simplement l’opéra que dirige lors du combat de fin.

Lucas a donc tenu sa promesse avec cet ultime opus de la prélogie et raccroche les wagons avec le premier épisode sorti en 1977.

6391351697381

 

 

 

 

valentin pejoux

Bonjour je me présente, je m'appelle Valentin, je suis co-rédacteur en chef sur ce site. Je suis un fan de cinéma de SF et de films de super héros. Ces deux genres ont bercé mon enfance. Avec des longs-métrages tels que les Spiderman de Sam Raimi, les X-Men de Bryan Singer, les Matrix des Wachowski et les Retour vers le futur de Zemeciks. Avant, je ne prenais le cinéma que pour me divertir, mais depuis quelques années, je me rend compte qu'il peut nous divertir autant qu'il peut nous faire réfléchir. C'est pour cela, peu importe le type de film que je regarde, j'essaye de voir si le rélisateur veut nous dire quelque chose à nous spectateur.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :