• Maximum Overdrive de Stephen King

          0
          Date de sortie 2 décembre 1999 en DVD (1h 37min) De Stephen King Avec Emilio Estevez, Pat Hingle, Laura Harrington, Yeardley Smith, John Short, J.C Quinn... Genres...
        • Night Swim de Bryce McGuire

          Spawn de Mark Dippé

          Miami Vice de Michael Mann

        • Monarch : Legacy of Monsters Bilan de la première saison

          0
          Titre original Monarch : Legacy of Monsters Nationalité États-Unis Sur Apple TV+ (2023) Genre Catastrophe, Fantastique Avec Anna Sawai , Kiersey Clemons , Joe Tippett , Elisa Lasowski...
        • En février sur Netflix

          0
          Les Séries : One Pièce: Arc Egghead : 01/02 Dr House, l'intégrale de la série : 01/02 Let's Talk About CHU : 02/02 Love Never Lies Poland: Season...
        • Diabolo Menthe, de Diane Kurys

          0
          Date de sortie : 14 décembre 1977 (1h 40min) Réalisatrice : Diane Kurys Acteurs principaux : Éléonore Klarwein, Odile Michel, Anouk Ferjac, Michel Puterflam, Yves Rénier,...
        • Dredge de Black Salt Games

          0
          Développeur : Black Salt Games Éditeur : Team 17 Genre : Simulation / Horreur Support : Tous support Date de sortie : 30 Mars 2023 En 2023, parmi l’offre...
        • L’œuvre de Daryl Delight (spécial Halloween)

          0
          Et si pour Halloween, on parlait un peu de littérature horrifique ? Et si au lieu de parler de H.P Lovecraft, Stephen King ou...
Home Auteurs Publication de valentin pejoux

valentin pejoux

248 PUBLICATION 2 COMMENTAIRES
Bonjour je me présente, je m'appelle Valentin, je suis co-rédacteur en chef sur ce site. Je suis un fan de cinéma de SF et de films de super héros. Ces deux genres ont bercé mon enfance. Avec des longs-métrages tels que les Spiderman de Sam Raimi, les X-Men de Bryan Singer, les Matrix des Wachowski et les Retour vers le futur de Zemeciks. Avant, je ne prenais le cinéma que pour me divertir, mais depuis quelques années, je me rend compte qu'il peut nous divertir autant qu'il peut nous faire réfléchir. C'est pour cela, peu importe le type de film que je regarde, j'essaye de voir si le rélisateur veut nous dire quelque chose à nous spectateur.

Mes plus grosses attentes jeux vidéo pour 2022

0

L’année 2021 touche bientôt à sa fin et on ne peut pas dire que cela a été une grande réussite. Entre les lancements tout bonnement honteux des gros triple A de fin d’années tels que : Battlefield 2042 qui nous vend littéralement une alpha à 70€ à laquelle il manque une années de développement, la trilogie Gta Definitive Edition bourrée de bugs et tout bonnement honteuse visuellement pour des jeux sorti il y a presque 20 ans. On pourrait aussi parler d’Ubisoft qui continue de se saborder artistiquement parlant en nous servant encore et toujours la même soupe avec son Far Cry 6. Heureusement des jeux tels que : Returnal, Ratchet & Clank Rift Apart, Forza Horizon 5, Psychonauts 2 et Halo Infinite sont là pour sauver la mise.

Cependant 2022 s’annonce resplandissant pour le jeu vidéo avec beaucoup de belles propositions que ça soit du côté de la scène indépendante ou du côté des blockbusters.

Voici donc une sélection des jeux qui me font le plus envie pour 2022.

 

Midnight Fight Express :

Midnight Fight Express est développé par une seule personne du nom de : jacob dzwiniel. Et quand on voit les différentes bande-annonce du jeu, on ne peut qu’être surpris. Le jeu s’annonce très dynamique avec un système combat précis et très brutal. On sent les différentes inspirations passant de Hotline Miami, John Wick, Kingsman, The Raid et pleins d’autres. La direction artistique semble être à l’image du jeu : déjantée. L’univers a l’air d’être complétement barré et se n’est pas pour me déplaire. Midnight Fight Express est prévu pour l’été 2022 sans plus de précisions du ps4, ps5, les consoles xbox et pc.

 

Bayonetta 3 :

On était sans nouvelle de notre sorcière bien armée depuis son annonce à la toute fin de l’année 2017 lors des game awards. Mais Bayonetta 3 est enfin de retour et on ne va pas se mentir, après cette bande-annonce on pousse un ouff de soulagement. Le gameplay s’annonce tout aussi dynamique (si ce n’est plus) que ses deux ainés. Artistiquement si les Bayonetta n’ont jamais été des jeux particulièrement beau graphiquement, les jeux arrivaient à s’en sortir grâce à leur direction artistique. Tout ce côté gothique et érotique se mariait parfaitement à l’atmosphère du jeu. Et avec ce 3ème opus Platinum Games ne déroge pas à la règle et cet opus semble pousser les potards à fond avec invocations dignes des kaijus de pacific rim, les cheveux de Bayonetta seront jouables (oui oui vous ne révez pas). Bref tout s’annonce déjanté et on est très content du retour de notre sorcière bien aimée. Bayonetta 3 est prévu en exclusivité sur Nintendo Switch en 2022 sans plus précisions.

 

Sifu :

 

Sifu m’a tout de suite tapé dans l’oeil avec sa sublime direction artistique,  mais c’est avant tout le gameplay qui semble être aux petit oignons. L’interaction avec les décors a l’air d’être vraiment très bien exploitée pour déclencher des combos dévastateurs. Le côté boucle temporelle semble être au service du gameplay et de la narration. Ce qui nous permettra d’apprendre des techniques de combats plus dingues les unes que les autres. Et Cocorico le jeu est développé par le studio français Sloclap. Sifu est prévu pour le 8 février 2022 sur pc, ps4 et ps5.

 

 

Stray :

 

Encore un studio français à l’oeuvre (ça ne sera pas le seul dans cette liste). Le concept du jeu est d’une simplicité folle, mais c’est ce qui fait sa force. Stray nous propose de contrôler un chat dans un monde où l’humanité ainsi que la faune et la flore semble avoir disparue au profit de créature robotiques. Stray s’annonce tout mignon avec ce chat que l’on va devoir contrôler pour échapper aux robots. Une vrai proposition atypique que seuls les indés semblent pouvoir nous proposer. Stray est prévu sur ps4, ps5 et pc pour début 2022 sans plus précisions.

 

 

Suicide Squad Kill the Justice League :

 

 

 

 

Gotham Knights :

 

Batman est mort, longue vie à Batman. Le chevalier noir de Gotham est  » mort  ». La Bat-family composée de Robin, Nightwing, Red Hood et Nightwing va devoir affronter la terrible organisation secrète  » la cours des hiboux  ». Rien que la présence de cet antagoniste me motive à attendre ce jeu. Espérons que la surcouche light rpg ne soit pas trop envahissante. Gotham Knights est prévu sur les deux générations de consoles et pc en 2022 sans plus de précisions.

 

 

Forspoken :

Révélé en 2020 lors de la présentation de la Playstation 5 d’abord sous le nom de  » Project Athia  », Ce fameux Forspoken s’annonce vraiment très intéressant. Le monde a l’air sublime visuellement parlant, ainsi que dans sa direction artistique très  » fantastique. Le gameplay lui non plus n’est pas en reste et semble être vraiment très dynamique. L’héroine du jeu bouge dans tous les sens grâce à un système de parkour très entrainant. Le jeu est développé par Square Enix et au niveau du scénario c’est écris par Amy Hennig (trilogie Uncharted), Gary Whitta(Star Wars Rogue One). Un jeu clairement à surveiller. Forspoken est prévu le 24 mais sur Ps5 et PC.

 

 

Horizon Forbidden West :

Pour une première dans les mondes ouverts, le studio Guerilla Games à qui l’ont doit les Killzone s’en était sorti avec les honneurs. Malgré une structure très  » Ubisoft  » et la physique de Aloy assez hasardeuse notamment pour tout se qui était en lien avec sauts sur les rochers, le jeu était arrivé à se démarquer grâce à son excellent bestiaire de machines. Les combats très inspirés de la saga Monster Hunter fonctionnaient vraiment bien dans ce monde post-apo. Le personnage d’Aloy était aussi une belle réussite et on prenait plaisir à découvrir avec elle se qui avait causé ce cataclysme du soulèvement des machines. Espérons que Guerilla va vraiment tenter de proposer de belles nouvautés pour véritablement se démarquer face à la concurrence, maintenant que les bases ont été posées avec le premier opus. Horizon Forbiddent West est prévu sur Ps4 et Ps5 le 18 février 2022.

 

 

God of War Ragnarok :

Après avoir su se réinventer en 2018, j’attends au tournant ce God of War Ragnarok. Sans trop en dévoiler la fin de l’opus précédent s’était terminé sur une révélation de taille au sujet d’Atreus. Cette suite va devoir apporter des réponses sur cette fameuse révélation (sachant qu’il sera le dernier God of War dans le monde nordique), densifier un système de combat déjà très bon, garnir le monde d’un peu plus de vie (se qui manquait un peu à l’opus de 2018). Bref très hâte de revoir Kratos et Atreus en découdre avec Thor qui sera l’antagoniste principal du jeu. God of War Ragnarok est prévu sur Ps4 et Ps5 en 2022 sans plus précisions.

 

 

Dying Light 2 :

Alors lui c’est peut être le jeu que j’attends le plus de l’année 2022. Le premier Dying Light fut une excellente surprise. Moi qui pensais avoir un banal jeu de zombies, je me suis retrouvé avec un jeu de zombies mélangeant habilement jeu d’horreur, parkour et action. Dying Light était doté d’un gameplay vraiment bien pensé avec un système de craft qui nous permettait de fabriquer les armes les plus wtf. Le level design n’était pas en reste et avait été articulé autour du parkour. La nuit aussi avait été extrémement bien pensée avec un gain d’expérience mais qui était à double tranchant car la nuit les zombies étaient redoutables et bien plus agressifs. Avec ce deuxième opus je suis autant surexité que craintif. Le développement n’as pas du tout été la traversée d’un long fleuve tranquille. Entre l’éviction de Chris Avellone (scénariste du jeu) pour divers acsusasions sexuelles, le départ de plusieurs cadres du studio à la fin de l’année 2019, le développement n’est clairement pas rassurant. Mais le studio Techland s’est accordé l’année 2020 pour bien terminer le jeu. Espérons que le jeu ne connaitra pas un lancement type Cyberpunk 2077. Dying Light 2 est prévu sur les deux générations de consoles et PC le 14 février 2022.

 

 

Zelda Breath of the Wild 2:

Après avoir mis une gifle à tout le monde en 2017 en révolutionnant la façon dont on perçoit les mondes ouverts, Nintendo est attendu au tournant avec cette suite. Zelda Breath of the Wild 2 (car il n’a pas encore de nom officiel) est forcément une attente pour tous amateurs de mondes ouverts. Pour l’instant, nous n’avons eu aucune vidéo de gameplay; mais ce Zelda semble exploité le ciele comme terrain de jeu. Très peu d’infos pour le moment mais forcément une suite à l’un des meilleurs jeux de la génération précédente est une énorme attente. Zelda Breath of the Wild 2 est prévu pour 2022 en exclusivité sur Nintendo Switch sans plus de précisions.
A Plague Tale Requiem :
                                   
Décidément les studios français sont à l’honneur dans ce classement. A Plague Tale Innocence sorti en 2019 fut une excellente surprise. Très inspiré par The Last of Us de Naughty Dog, le jeu avait tout de même trouvé sa propre personnalité. Avec une ambiance oppressante, poisseuse et un gameplay certes simple mais bougrement efficace. Nos deux personnages étaient eux aussi très attachants et devaient réussir à survivre à l’inquisition et aux fameuses nuées de rats qui nous offraient des paysages dignes de certains théâtres de guerre. Comme The Last Of Us le jeu de Asobo Studios n’appelait pas forcément à une suite mais vu que le premier avait été une belle surprise, j’ai une certaine attente pour cette suite. A Plague Tale Requiem est prévu pour 2022 sur les consoles Xbox et PC sans plus de précisions.

 

 

 

Les sorties cinéma du 30 septembre 2020

0

Mon Cousin

De Jan Kounen

Avec Vincent Lindon, François Damiens, Pascale Arbillot

Comédie

Pierre est le PDG accompli d’un grand groupe familial. Sur le point de signer l’affaire du siècle, il doit régler une dernière formalité : la signature de son cousin Adrien qui détient 50% de sa société. Ce doux rêveur idéaliste qui enchaine gaffes et maladresses est tellement heureux de retrouver Pierre, qu’il veut passer du temps avec lui et retarder la signature. Pierre n’a donc pas le choix que d’embarquer son cousin avec lui dans un voyage d’affaire plus que mouvementé où sa patience sera mise à rude épreuve.
Josep
De Aurel
Avec Sergi Lopez, Gérard Hernandez, Bruno Solo, Silvia Perez Cruz
Animation, Historique
Février 1939. Submergé par le flot de Républicains fuyant la dictature franquiste, le gouvernement français les parque dans des camps. Deux hommes séparés par les barbelés vont se lier d’amitié. L’un est gendarme, l’autre est dessinateur. De Barcelone à New York, l’histoire vraie de Josep Bartolí, combattant antifranquiste et artiste d’exception.
A Coeur Battant
De Keren Ben Rafael
Avec Judith Chelma, Arieh Worthalter, Noémie Lvovsky, Lenny Dahan
Drame, Romance
Julie et Yuval s’aiment et vivent à Paris. Du jour au lendemain, ce couple fusionnel doit faire face à une séparation forcée. Lui à Tel Aviv, dans sa ville natale, elle à Paris avec leur bébé, ils continuent à vivre ensemble mais par écrans interposés. Cette vie par procuration va vite connaître ses limites. La distance mettra leur amour à rude épreuve…
Un Pays qui se tient sage
De David Dufresne
Documentaire
Alors que s’accroissent la colère et le mécontentement devant les injustices sociales, de nombreuses manifestations citoyennes sont l’objet d’une répression de plus en plus violente. « Un pays qui se tient sage » invite des citoyens à approfondir, interroger et confronter leurs points de vue sur l’ordre social et la légitimité de l’usage de la violence par l’Etat.
Autonomes
De François Bégaudeau
Avec Alexandre Constant
Documentiare
Ici et là, hors des radars de la représentation majoritaire, des gens, parfois seuls, parfois associés, cultivent des modes de vie, de production, de pensée, de croyance, de soin, en rupture au moins relative avec les manières certifiées conformes. « Autonomes » se tient dans la compagnie de quelques-uns de ceux-là, en Mayenne et alentours.
Billie
De James Erskine
Avec Billie Holiday
Documentaire, Musical
BILLIE HOLIDAY est l’une des plus grandes voix de tous les temps. Elle fut la première icône de la protestation contre le racisme ce qui lui a valu de puissants ennemis. A la fin des années 1960, la journaliste Linda Lipnack Kuehl commence une biographie officielle de l’artiste.
Les Héros ne meurent jamais
De Aude-Léa Rapin
Avec Adèle Haenel, Jonathan Couzinié, Antonia Buresi, Hasija Boric
Drame
Dans une rue de Paris, un inconnu croit reconnaitre en Joachim un soldat mort en Bosnie le 21 août 1983. Or, le 21 août 1983 est le jour même de la naissance de Joachim ! Troublé par la possibilité d’être la réincarnation de cet homme, il décide de partir pour Sarajevo avec ses amies Alice et Virginie.
La Femme qui s’est enfuie
De Hong Sang-Soo
Avec Kim Min-Hee, Seo Young-Hwa, Saebyuk Kim
Drame
Pendant que son mari est en voyage d’affaires, Gamhee rend visite à trois de ses anciennes amies. A trois reprises, un homme surgit de manière inattendue et interrompt le fil tranquille de leurs conversations…
L’ordre Moral
De Mario Barroso
Avec Maria de Medeiros, Marcello Urgeghe, Joao Pedro Mamede
Drame, Historique
En 1918, Maria Adelaide Coelho da Cunha, héritière et propriétaire du journal Diário de Notícias, abandonne le luxe social et culturel familial dans lequel elle vit, pour s’enfuir avec un insignifiant chauffeur de 22 ans plus jeune qu’elle. Les conséquences de cette décision vont être douloureuses et moralement dévastatrices.

Les sorties ciné du 23 septembre

0

Lux ÆTERNA

23 septembre 2020 / 51 min / Drame, Expérimental

De Gaspar Noé

Avec Charlotte Gainsbourg, Béatrice Dalle, Abbey Lee

Charlotte Gainsbourg accepte de jouer une sorcière jetée au bûcher dans le premier film réalisé par Beatrice Dalle. Or l’organisation anarchique, les problèmes techniques et les dérapages psychotiques plongent peu à peu le tournage dans un chaos de pure lumière.

 

Les Apparences

23 septembre 2020 / 1h50 min / Thriller

De Marc Fitoussi

Avec Karlin Viard, Benjamin Biolay, Lucas Englander

Vienne, ses palais impériaux, son Danube bleu et… sa microscopique communauté française. Jeune couple en vue, Ève et Henri, parents d’un petit Malo, ont tout pour être heureux. Lui est le chef d’orchestre de l’Opéra, elle travaille à l’Institut français. Une vie apparemment sans fausse note, jusqu’au jour où Henri succombe au charme de l’institutrice de leur fils.

 

Boutchou

23 septembre 2020 / 1h18 min / Comédie

De Adrien Piquet-Gauthier

Avec Carole Bouquet, Gérard Darmon, Clémentine Célarié

Paul et Virginie viennent d’avoir un petit garçon. Heureux de découvrir leur nouvelle vie de jeunes parents, ils n’imaginaient pas que leur Boutchou allait devenir l’enjeu d’une lutte sans merci entre les grand-parents… Pour gagner l’exclusivité du petit adoré, grand-pères et grand-mères sont prêts à mettre en place tous les stratagèmes…
Eléonore
23 septembre 2020 / 1h25 min / Comédie
De Amro Hamzawi
Avec Nora Hamzawi, André Marcon, Dominique Reymond
Sous la pression de sa mère et de sa sœur, Eléonore, apprentie écrivain, change de vie et devient l’assistante d’un éditeur spécialisé dans les romances érotiques.
Undine
23 septembre 2020 / 1h30 min / Drame, Romance
De Christian Petzold
Avec Paula Beer, Franz Rogowski, Maryam Zaree
Ondine vit à Berlin, elle est historienne et donne des conférences sur la ville. Quand l’homme qu’elle aime la quitte, le mythe ancien la rattrape : Ondine doit tuer celui qui la trahit et retourner sous les eaux…
Sing me a Song
23 septembre 2020 / 1h35 min / Documentaire
De Thomas Balmes
Le jeune Peyangki vit et étudie dans un monastère traditionnel au Bhoutan. Au pays du bonheur, l’arrivée récente d’internet entraîne d’importants bouleversements. Les rituels quotidiens des moines entrent en concurrence frontale avec la nouvelle addiction aux smartphones. Peyangki se passionne pour les chansons d’amour et tombe amoureux sur WeChat d’une jeune chanteuse.
Succombera-t-il à la romance et aux tentations de la ville ou restera-t-il au monastère ?
Youpi ! C’est mercredi
23 septembre 2020 / 40 min / Animation
De Siri Melchior
Quand on est enfant, le mercredi reste le meilleur jour de la semaine. On peut aller au cinéma, à la piscine, on occupe cette journée de loisirs par mille et une inventions pour passer du temps avec les copains et se distraire. Et quand on a l’imagination de Rita et la patience de Crocodile, alors on passe un merveilleux mercredi, rempli de surprises sous le signe de l’amitié et de la malice… et on peut dire « Youpi, c’est mercredi ! ».
Stripped
23 septembre 2020 / 2h00 min / Drame
De Yaron Shani
Avec Laliv Sivan, Bar Gottfried, Elad Shniderman
Alice et Ziv sont voisins dans un quartier de Tel-Aviv. Alice vient de publier un premier roman particulièrement remarqué. Ziv est un adolescent passionné de musique, mal à l’aise avec l’expression de ses sentiments. Alice pense que Ziv pourrait être le cœur d’un projet documentaire mais leur rencontre va prendre un tournant inattendu.
Balades sous les étoiles
23 septembre 2020 / 49 min / Animation
De Lizete Upite, Anastasia Melikhova, Jons Mellgren, Lia Bertels et Marion Lacourt
La nuit, rien n’est tout à fait pareil…
Six films courts autour de la nuit, des rêves, de la peur de l’obscurité et de rencontres entre les animaux et les hommes… Cinq jeunes réalisateurs et réalisatrices à l’imagination fertile pour une promenade poétique nocturne.

WandaVision la série Marvel Studios se dévoile dans une bande-annonce en mode Sitcom

0

Showrunner : Jac Schaeffer

Casting : Elizabeth Olsen, Paul Bettany, Teyonah Parris, Kat Dennings, Randall Park et Kathryn Hahn

Compositeur : Christophe Beck

Date de sortie : décembre 2020 sur Disney+

 

VOST :

 

 

VF :

Dune par Denis Villeneuve dévoile enfin sa bande-annonce

0

Réalisateur : Denis Villeneuve

Casting : Timothée Chalamet, Zendaya, Rebecca Ferguson, Oscar Isaac, Javier Barderm, Josh Brolin, Dave Bautista

Date de sortie cinéma : 23 décembre 2020

Genre : Science-Fiction

Nationalité : Américain

 

Vost :

 

VF :

 

No Time to Die 007 dévoile une nouvelle bande-annonce

0

Réalisateur : Cary Fukunaga

Casting : Daniel Craig, Lea Seydoux, Rami Malek, Lashana Lynch, Ben Whishaw, Naomi Harris, Jeffrey Wright et Christoph Waltz

Date de sortie : 11 novembre 2020

Genre : Action, Espionnage

Synopsis : James Bond a quitté les services secrets et coule des jours heureux en Jamaïque. Mais sa tranquillité est de courte durée car son vieil ami Felix Leiter de la CIA débarque pour solliciter son aide : il s’agit de sauver un scientifique qui vient d’être kidnappé. Mais la mission se révèle bien plus dangereuse que prévu et Bond se retrouve aux trousses d’un mystérieux ennemi détenant de redoutables armes technologiques…

 

VO :
youtube.com/watch?v=vw2FOYjCz38

The Last of Us Part 2 ou la spirale de la vengeance (avec spoilers)

0

Date de sortie : 19 juin 2020

Développeur : Naughty Dog

Genre : Action, Infiltration, Survival-Horror

Nationalité : Américain

Compositeur : Gustavo Santaolala

Support : Playstation 4

The Last of Us premier du nom est un jeu vidéo aux influences ouvertement cinématographiques. On pense tout de suite à l’excellent film  »Children of Men  » d’Alfonso Cuaron ou encore  »The Road » de John Hillcoat. Le studio Naughty Dog était un jeu à forte dimension narrative. On y suivait un homme et une jeune fille avec comme toile de fond : une pandémie mondiale (Avouez Naughty Dog vous êtes derrière la situation actuelle). Le jeu n’innovait très clairement pas par son gameplay, qui était loin d’être irréprochable. Mais alors que s’est-il passé il y a 7 ans, qui a tant marqué les joueurs et joueuses.

Pour ma part je dirais que, ce qui a fait la différence, c’est avant tout l’ambiance et surtout l’écriture tout simplement magistrales des deux protagonistes: Joel et Ellie. On sentait le savoir faire du studio à ce niveau là. Ils avaient déjà prouvé avec la trilogie Uncharted (et encore plus avec Uncharted 4) qu’ils avaient un énorme talent pour écrire des personnages qui sonnent vrais. Et avec The Last of Us, les Dog sont passés à un autre niveau, en écrivant des personnages certes très attachants mais aussi très faillibles psychologiquement . A l’image de la dernière séquence de gameplay avec Joël.

Bruce Straley, Neil Druckman ainsi que les scénaristes n’auront de cesse de confronter nos deux héros aux pires atrocités d’un monde où le virus du Cordiceps a révélé les traits les plus sombres de l’être humain. Emouvant et très souvent sanglant, The Last of Us aura marqué les joueurs par la justesse de ces situations et la subtilité de sa narration.

Après avoir conclue la génération précédente avec le premier opus, Naughy Dog remet le couvert avec The Last of Us Part 2. The Last of Us s’était conclue sur le silence entre Ellie et Joël, une fin qui en aura scotché plus d’un. Car le premier opus se suffisait à lui-même, le jeu nous parlait de choix à faire pour survivre. Risquer de briser un édifice qui tenait parfaitement debout était risqué. Mais le studio californien sort donc ce second volet des aventures d’Ellie et Joël.

The Last of Us part 2 se déroule quatre ans après les événements du premier jeu. Ellie et Joel mènent une vie à peu près tranquille dans la ville forteresse de Jackson, là où se trouvait Tommy le frère de Joel. Mais on sent qu’il y a une cassure entre nos deux protagonistes. C’est alors qu’un terrible événement va pousser Ellie à partir en quête de vengeance.

Commençons par parler des défauts du jeu. Car même si le jeu reste excellent, il n’échappe pas à quelques imperfections. Tout d’abord ce qui saute aux yeux, c’est le manque de renouvellement du gameplay en sept ans. Nous avons très peu de nouveautés dans le gameplay. Alors maintenant nous pouvons ramper, ce qui renforce le côté infiltration du jeu, mais on reste relativement proche du premier opus sortit en 2013. Paradoxalement le gameplay fonctionne toujours aussi bien donc pourquoi changer se qui fonctionne déjà très bien, chacun sera juge. C’est dommage car il y avait matière à proposer de réelles nouveautés pour enrichir encore plus les mécaniques du jeu. Comme par exemple : Ellie qui pourrait se confectionner des tenues en adéquation avec la situation, si cette dernière est plus action ou infiltration un système de météo dynamique pour ajouter du piment aux affrontements. Que se soit contre les infectés ou les êtres humains. Renforcer le côté survie avec l’ajout d’un système d’eau et nourriture pour gérer sa faim et sa soif dans un monde post-apocalyptique.

On pourra aussi reprocher que la structure du jeu reste la même que son grand frère. On cherche des ressources pour nos armes et équipements, passage infiltration ou combat et ensuite cinématique. Alors cela n’handicape pas grandement le jeu, même si une plus grande variété des situations aurait été appréciable sachant que les zones sont bien plus vastes à explorer par rapport au jeu précédent.

On peut aussi constater par moments, le jeu comporte quelques passages légèrement trop longs. On sent que certains niveaux ont été étirés pour rallonger la durée de vie déjà très conséquente (comptez entre 20h/25h de jeu pour en venir à bout).

Abby en facheuse prosture

 

Maintenant que les défauts du jeu ont été énumérés, passons aux qualités du jeu assez nombreuses.

Ce qui saute aux yeux en jouant à The Last of Us Part 2 c’est l’incroyable beauté du jeu. Si l’on s’attarde sur la partie graphique du titre, c’est simple c’est l’un des plus beaux jeux qu’il m’ai été donné de voir. Les animations faciales des personnages sont bluffantes de réalisme. On savait que Naughty Dog fait partie des meilleurs avec Rockstar Games en ce qui concerne les animations faciales de leurs personnages, mais là avec The Last of Us Part 2 on passe encore un cap. Par moments nous n’avons aucun dialogue et pourtant on voit et on comprend ce que ressentent les personnages.

Cette beauté graphique se retrouve aussi dans les environnements qui fourmillent de détails. Ne serait-ce que la forêt que l’on parcourt en début de jeu en atteste. La playstation 4 est vraiment poussée dans ses derniers retranchements. Les décors de ce monde post-apocalyptique sont vraiment somptueux, que ce soit la végétation qui a repris ses droits, les bâtiments en ruine, les sous-sol de bâtiments remplis d’infectés. On sent le soucis du détail qui caractérise parfaitement le studio californien. Les animations en jeu des personnages ont elles aussi étaient étoffées. Cela passe par de simples détails comme le bon nombre de flèches dans le sac à dos d’Ellie et Abby. Des détails tout bêtes mais qui renforcent diablement l’immersion du joueur. Les animations en jeu lorsque que l’on tue un ennemi avec un couteau sont certes violentes mais renforcent la crédibilité du monde dans laquelle s’inscrit le jeu.

Même si plus haut, je précisais que le gameplay n’avait pas beaucoup évolué en l’espace de sept ans par rapport au premier opus, il reste cependant très efficace. Rien que le simple fait de pouvoir ramper rend certaines phases d’infiltration vraiment plaisantes à jouer. Le craft de silencieux sur notre flingue est aussi appréciable, cela permet de pouvoir planifier nos actions qu’elle soient à distance ou au corps à corps. Le level design est lui aussi très inspiré. Les zones de jeux sont plus ouvertes, ce qui permet au joueur d’explorer plus en profondeur les différents niveaux pour trouver des ressources qui se révèlent essentielles (surtout si on joue aux plus hauts niveaux de difficulté).

L’un des plus gros points forts du jeu reste sans conteste sa narration et l’écriture de ses personnages. Ellie et Abby sont vraiment deux personnages féminins qui disposent d’une écriture de grande qualité. Dans la première partie du jeu, nous prenons le parti pris d’Ellie dans sa quête pour venger la mort de son père adoptif  »Joel  ». On se demande pourquoi cette inconnue du nom d’Abby massacre si froidement Joel. Plus le jeu avance avec Ellie, plus elle s’enfonce dans sa quête de vengeance. C’est là que le jeu prend une autre tournure, en nous faisant incarner Abby. le jeu tente de nous faire apprécier  » l’antagoniste  » du jeu et force est de constater que cela fonctionne très bien. C’est simple la partie avec Abby nous fait tout remettre en question par rapport à la fin du premier jeu. Ce personnage nous pose une simple question : que feriez-vous pour punir une personne qui vous a tout pris. Même si le meurtre de Joel reste difficile à vivre, on se rend compte que par pur égoïsme Joel lui a pris son père et que l’on comprend pourquoi Abby a agit de la sorte. Naughty Dog ne nous avait pas menti en déclarant que cette partie deux aurait pour thème la  » haine  ». Malgré l’acte commis par Abby on peut constater qu’elle est très humaine et attachée aux gens qu’elle aime comme Lev ou encore Owen. Là où Ellie a tué tout le monde sur son chemin, Abby n’a tué que Joel et pourtant malgré tout ça elle épargne Ellie au moment fatidique.

Ellie quand à elle n’arrive toujours pas à oublier le choc que le meurtre de Joel a eu sur elle. Même si beaucoup de personnes auxquelles elle tenait soient mortes, elle passe une vie heureuse avec Dina et leur enfant. Elle ne peut s’empêcher de penser à vouloir venger Joel. Le fait qu’elle soit prête à tout sacrifier pour se venger en dit long sur sa mentalité. Mais lorsqu’elle retrouve enfin Abby, elle ne peut se résoudre à la tuer. Elle se rend compte qu’elles sont pareilles, les deux ont perdu leur père et sont des survivantes qui ont fait ce qu’il fallait faire pour survivre. La fin nous achève avec une Ellie totalement détruite mentalement qui revient à la ferme, pour y trouver une maison vidée à l’exception de sa propre chambre. Cette fin est d’ailleurs assez claire, Ellie ne part pas retrouver Dina et le bébé. Non elle va malheureusement rester seule, car comme elle le dit dans le premier jeu  » toutes les personnes auxquelles je tenais sont mortes ou m’ont abandonnée  ». Une fin vraiment amère qui achève le tableau d’un jeu vraiment pessimiste où l’espoir et notre humanité n’ont plus lieu d’être.

 

Naughty Dog avait conclu avec brio la Playstation 3, ils réitèrent le coup en concluant de façon magistrale la Playstation 4 avec The Last of Us Part 2. Un jeu qui vous fera passer par toutes les palettes d’émotions, servi par un gameplay classique mais redoutablement efficace. Un immanquable de la console de Sony. Vivement une Partie III peut être, qui sait ?

 

 

Tenet le nouveau film de Christopher Nolan est de nouveau repoussé

0

Tenet, le thriller évènement réalisé par Christopher Nolan est malheureusement repoussée à nouveau. Le long-métrage passe du 31 juillet au 12 août 2020 aux USA.

Ce nouveau report ne concerne pour le moment que le marché américain, mais il devrait malheureusement impacter les sorties internationales, et donc la date de sortie en France. Le nouveau long-métrage de Christopher Nolan, initialement planifié le 17 juillet outre-Atlantique avant d’être repoussé au 31 juillet, est désormais daté au mercredi 12 août dans les salles US.

Cette décision de Warner Bros. survient dans le cadre d’une hausse des cas de contaminations de COVID-19 aux États-Unis, et une réouverture incertaine des salles. Dans un communiqué, le studio déclare ainsi :

« Warner Bros. souhaite proposer Tenet au public dans les salles de cinéma, sur grand écran, lorsque les exploitants sont prêts et que les autorités sanitaires disent que nous le pouvons. Nous devons faire preuve de flexibilité, et nous ne considérons pas cette sortie comme une sortie traditionnelle. Nous choisissons de sortir le film en milieu de semaine pour permettre au public de le découvrir à son rythme, et nous prévoyons de le laisser à l’affiche plus longtemps, sur une période d’exploitation prolongée bien au-delà de la norme, pour développer une stratégie de sortie très différente mais réussie. »

La date de sortie française n’a pas été communiqué par Warner Bros France pour le moment, mais il y a fort à parier que la date de sortie en France se calque sur celle des États-Unis

 

Marvel’s Avengers nous dévoile son antagoniste principal et une nouvelle séquence de gameplay

0

Square Enix nous avait donné rendez-vous hier soir à 19 heures pour une première War Table, permettant de nous présenter une nouvelle séquence de gameplay. Une nouvelle séquence qui revient un peu plus en profondeur sur le scénario du je, l’antagoniste principal du jeu à savoir Modok, les mécaniques de gameplay en co-op et la préparation des missions avec la fameuse  »War-Table ».

D’une durée de 25 minutes, cette première vidéo de présentation a débuté par la diffusion d’une nouvelle bande-annonce, centrée sur l’histoire du jeu où l’on peut voir que l’organisation A.I.M bien connue des fans de comics qui a remplacé les Avengers déchus après les évènements de San-Francisco. La présentation a ensuite enchainé sur une bonne quinzaine de minute de gameplay où Thor était clairement mit en avant. Nous avons aussi pu découvrir un peu plus le type de gameplay de Miss Marvel aka Kamala Khan. Comme il avait été annoncé à l’E3 2019, le jeu pourra être fait entièrement en solo ou en co-op avec des amis ou d’autres joueurs. Le jeu sera aussi doté d’un système de personnalisation de nos héros, avec pleins de skins directement tirés des comics.

Autre bonne nouvelle, avec l’arrivée de la nouvelle génération de consoles prévue en fin d’année, on a confirmation que les versions PS5 et Xbox Series X seront gratuites si les joueurs achètent le jeu sur PS4 et Xbox One. A noter que les joueurs PS5 pourront jouer avec les joueurs PS4 et cela va de même pour les joueurs Xbox Series X et One.

Bande-annonce de gameplay:

Bande-annonce histoire:

Marvel’s Avengers est prévu sur PC, PS4, Xbox One, Google Stadia le 4 septembre et au lancement des nouvelles consoles en fin d’année.

Les pires films de super-héros de la décennie 2010/2019

1

Les pires films de super-héros de la décennie 2010/2019

 

Si cette décennie nous a offert quelques pépites superheroiques tel que: Logan, Batman V Superman, Spider-Man into the Spiderverse, X-Men First Class, elle nous a offert aussi quelques belles déceptions. Cette liste est bien entendu subjectif et reflète mon avis.

 

Venom de Ruben Fleisher :

Venom, sûrement l’antagoniste le plus connu ou du moins l’un des plus connus de l’homme araignée. Quand on entendit parler du projet à peu près 2/3 ans avant sa sortie en octobre 2018, j’étais vraiment très curieux de voir le résultat. Surtout que Tom Hardy avait été engagé pour jouer Eddie Brock l’hôte de Venom. Malheureusement avec une production qui a soufflé le chaud et le froid, un temps Venom était prévu comme un film d’action violent Rated-R puis finalement d’un film plus proche des standards du MCU. Et le résultat est un véritable  » carnage  » (oui elle était facile mais je ne m’en lasse pas). Mise en scène peu inspirée, montage atroce qui va à 100 à l’heure vers les trente dernières minutes, casting totalement à côté de la plaque (Tom Hardy en tête), traitement de Venom totalement honteux et effets spéciaux pitoyables . Une belle déception et espérons que la suite réalisée par Andy Serkis (prévue pour la fin de l’année) redresse la barre.

 

Thor : The Dark World d’Alan Taylor :

Après un premier film plutôt solide mais loin d’être parfait, le dieu du tonnerre était de retour en 2013 sur nos écrans. Cette fois c’est Alan Taylor qui se charge de la réalisation. Le changement de réalisation avec le premier film se remarque très vite. On a l’impression d’être devant une série télé à gros budget. La direction artistique donne l’impression d’être à Westeros et non à Asgard. L’antagoniste en plus d’être le pire invertébré au MCU et complètement raté, aucune épaisseur dans son écriture. Sans parler du scénario complètement anecdotique et du casting qui est vraiment mal dirigé. Heureusement Tom Hiddelston et son personnage de Loki arrivent à surnager au milieu du naufrage.

 

Justice League de Zack Snyder et Joss Whedon :

Fruit d’une production chaotique, Justice League ne rend pas du tout honneur à cette équipe de super-héros totalement mythique. Un script retravaillé, des séances de reshoots à foison, des effets spéciaux pas terminés, un casting très mal exploité et un scénario qui a subi les affres des réécritures auront eu raison de ce film. Vivement la Snyder Cut.

 

Suicide Squad de David Ayer :

Autre projet DC qui aura subi les contraintes d’une production compliquée. Suite aux mauvaises critiques de Batman V Superman, la Warner ordonna plusieurs séances de reshoots pour rendre le long-métrage plus  » fun  ». Résultat : un film le cul entre les deux chaises qui hésite s’il doit être sombre ou fun et qui se plante en plein dans le mur. Reste Margot Robbie et Viola Davis en Harley Quinn et Amanda Waller qui surnagent au milieu du naufrage.

 

Les 4 Fantastiques de Josh Trank :

Pour son deuxième film, Josh Trank a eu droit à un sacré baptême du feu. La production a tellement était mouvementée que le réalisateur a même quitté le plateau de tournage pendant un temps. Et malheureusement cela se ressent sur le film que l’on a pu voir. La première heure se déroule sans trop de complications, c’est quand l’écriteau  »1 an plus tard  » qu’on se rend compte que c’est à ce moment-là que les différends créatifs entre feu la Fox et Josh Trank. 45 minutes auraient été coupées ou non tournées et malheureusement le long-métrage en prend un sacré coup avec un final tout simplement raté et expédié. Dommage car le film avait un certain potentiel et surtout nous faire oublier les deux horreurs de Tim Story.

 

Ghost Rider 2 : l’esprit de vengeance de Mark Neveldine

Déjà que le premier film ne volait pas très haut, cette suite achève le tableau. Si le premier métrage ne brillait pas par son scénario, il avait le mérite d’être à peu près correct, avec ce deuxième opus on cherche encore le scénario. On a plus l’impression d’être devant un enchaînement de péripéties qu’autre chose. Nicolas Cage est encore plus en roue libre que sur le premier film, sans parler du reste du casting. Reste un côté « nanar » qui peut divertir si vous êtes entre potes, avec quelques bières.

https://www.youtube.com/watch?v=4pUChUR1-NM

 

Shazam de David F.Sandberg :

Même en 2020, je me demande encore comment ce film a pu être si bien reçu par le public et la critique. Entre une mise en scène digne d’un épisode d’Arrow et Flash, un casting complètement à la ramasse (sauf Zachary Levi et Asher Angel), un antagoniste cliché interprété par un Mark Strong à qui on aurait aspiré son âme. Sans parler bien évidemment des effets visuels complètement daubés.

 

Captain America Civil War des frères Russo :

Comment avec un budget de 250 millions de dollars, on peut pondre un film aussi insipide visuellement. Pour citer le vidéaste  » Intercut  », Captain America Civil War est un téléfilm à 250 M$. Avec ce long-métrage, on voit bien que les Russo viennent de la Sitcom, une grande majorité des scènes sont filmées de manière tellement mollassonne que le film n’a aucune ampleur. Ce côté téléfilm se voit aussi dans la photographie, basique au possible, le décor le plus travaillé est un bureau (un putain de bureau!!!!!!!) c’est dire le niveau de j’m’en foutisme du film. On repassera sur un scénario très mal écrit et des effets visuels indignes d’un tel budget. On retiendra le combat final entre Iron Man, Captain America et Winter Soldier qui est plutôt pas mal.

 

X-Men Dark Phoenix de Simon Kimberg :

Le départ de Byran Singer a vraiment fait du mal à ce film. Simon Kimberg montre qu’il n’a pas les épaules pour réaliser des longs-métrages. Dans X-Men Dark Phoenix le scénario est complètement inexistant, les personnages n’évoluent pas et on sent que le film va trop vite. Ce qui ne permet pas développer correctement l’arc  » Dark Phoenix  ». L’antagoniste est vraiment inutile, on aurait pu enlever son personnage du film sans que cela est d’incidence (pauvre Jessica Chastain, qu’est-tu venu faire dans cette galère ?) Reste une scène d’action finale plutôt plaisante et une Sophie Turner qui se débrouille plutôt bien après Famke Jensen.

 

Hellboy de Neil Marshall :

Sans aller chercher la comparaison avec les deux précédents films réalisés par Guillermo Del Toro, cette version de 2019 est un ratage total. David Harbour était un bon choix pour passer après Ron Perlman, mais force est de constater que l’acteur n’est vraiment pas bon dans ce film. Il en va de même pour le reste du casting, avec Milla jovovich, comme à son habitude, très mauvaise actrice. Les effets spéciaux sont tout bonnement horribles, on sent le manque de budget. La direction artistique est aux abonnés absents, on est loin des couleurs chatoyantes des deux précédents films.