Éditeur : Spike Chunsoft
Développeur : Too Kyo Games, Spike Chunsoft
Genre : Aventure, Enquête…
Sortie : 30 Juin 2023
Support : Switch

 

L’année 2023 n’est certes pas fini, mais je crois pouvoir affirmer que je tiens mon jeu de l’année. Oui, en Juillet. Et ce n’est ni une suite, ni un remake.

Comme je l’ai dit lors d’une précédente critique, cette année est  une année faste pour les joueurs. Sorti d’un peu nulle part, Master Detective Archives : Raincode, est une exclusivité Switch sorti le 30 Juin 2023, du studio Spike Chunsoft (Pokémon Donjon mystère, Danganronpa…) qui nous offre là, un magnifique home run.

Le jeu vous permet d’incarner Yuma Kokohead, jeune Maître détective en devenir, et amnésique suite à son pacte avec Shinigami, une déesse de la mort. Ses pas le conduiront très vite à Kanai Ward, ville perpétuellement pluvieuse, où les seules sources de lumières sont artificielles. Là, Yuma et l’agence de détectives locale vont commencer à enquêter sur de mystérieux meurtres, mais se confronteront à l’Amaterasu Corporation, multinationale tenant Kanai Ward par l’entremise des Pacificateurs, police locale proche de l’inquisition.

Je ne peux pas en dire beaucoup plus. Si Master Detective est aussi bon, c’est en grande partie grâce à l’intelligence de son écriture et au plaisir de la découverte.

Master Detective ressemble à l’enfant qu’aurait pu avoir la saga Ace Attorney si elle s’était accouplée avec Deadly Premonition. Et pourtant, ce jeu ne ressemble à aucun autre.

Car outre, des qualités scénaristiques époustouflantes, et un casting exceptionnel (tous les personnages, absolument tous les personnages sont richement travaillés. Mention spéciale à Shinigami, inoubliable et savoureuse), le gameplay est de prime abord déroutant. Pour faire simple, quand un meurtre a lieu, vous devez enquêter. Pour cela, vous devez observer votre environnement et prendre en compte les éléments primordiaux, qui deviendront des clés énigmes. Quand l’enquête touche à sa fin, Shinigami génère une dimension parallèle qui représente la psyché du tueur. À vous alors, de vous servir de vos clés à bon escient pour révéler le meurtrier dans des combats de mots.

Vous avez le droit de lever un sourcil circonspect. Et de fait, le premier affrontement risque de vous surprendre. Mais en gros vous ferez face à des contradicteurs qui vous enverrons littéralement des phrases à la gueule. À vous de les esquivez, ou si vous y trouvez une contradiction, de contre attaquer avec l’une de vos clés solution, jusqu’à la reddition de votre adversaire. Si comme je l’ai dit, la première confrontation peut laisser pantois, cela devient assez rapidement addictif quand on découvre toutes les subtilités des « combats ».

Même si ce jeu est excellent, il convient de noter quelques petits bémols, comme des graphismes un peu flous et des quêtes annexes peu inspirées. Mais si vous passez outre ces menus défauts, le jeu risque bien de vous tenir en haleine durant ses six longs chapitres (5 chapitres plus un prologue).

Comptez une vingtaine d’heure pour en venir à bout. Et croyez moi, vous ne regretterez pas le voyage à Kanai Ward.

Bien, comme je l’ai dit, la qualité première du jeu est l’excellence de son écriture. Du coup, comme je pense que le mieux est de découvrir par vous-même, je ne vais pas trop spoiler l’histoire. Mais, il ne faut pas vous fiez aux graphismes plutôt mignons, le jeu est très, très sombre. En effet, chaque fois que vous résolvez une affaire, et que vous faites éclater la vérité, Shinigami va faucher la vie du responsable. Si dans les premières enquêtes on ne fait pas trop de cas, le jeu va progressivement vous mettre dans un grand embarras moral quand les tueurs seront moins manichéens que prévu. Même si Yuma est quelqu’un de profondément sympathique, sa quête de vérité à tout prix, le met dans une position proche du fanatisme qui crée ainsi un parallèle avec la milice d’Amaterasu. Si leur actes sont absolument gratuits et mauvais, on ne peut s’empêcher de penser qu’en des circonstances différentes Yuma aurait pu basculer du « côté obscur ».

Vraiment, ce jeu est ma claque de l’année, je vous le recommande chaudement.

Article précédentResident Evil Death Island, d’Eiichiro Hasumi
Article suivantI, Robot d’Alex Proyas

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici