Baba Yaga : La forêt des damnés de Svyatoslav Podgayevskiy

Date de sortie 12/10/2021 Au cinéma
Titre original Yaga. Koshmar tyomnogo lesa  
Réalisé par Svyatoslav Podgayevskiy 
Avec Svetlana Ustinova, Maryana Spivak, Denis Shvedov
Genre Drame, Fantastique, Horreur, Suspense
Nationalité Russie

 

 

 

Synopsis

Dans une ville à l’apparence tranquille, les enfants ne cessent de disparaître et sont oubliés par leurs parents. Lorsque la petite sœur d’Egor disparaît à son tour, le jeune garçon se lance dans une quête qui le conduira jusqu’à un univers parallèle froid et inquiétant. Où se trouve sa sœur ? Comment la sauver ? Aidé par ses amis, Egor réalise vite qu’une puissance démoniaque vivant dans la forêt se nourrit des enfants, ne laissant derrière elle que l’oubli. Cette puissance démoniaque répond au nom de Baba Yaga.

L’Avis d’Orel

Le cinéma fantastique ou même les séries s’intéressent aux univers parallèles et c’est un peu le cas, dans ce film de Svyatoslav Podgayevskiy, un cinéaste russe qui en est à son troisième long-métrage horrifique. Cependant Baba Yaga s’il reste un film horrifique, il reste plutôt sage, car il n’y a aucune scène gore, et peu de jumps-scares tout repose principalement sur l’ambiance du film. Pour son nouveau film, le réalisateur s’inspire de la sorcière Baba Yaga légende Slave, cette dernière apparaît souvent dans les contes russes ou Polonais. Une légende peu connue, ou tout de même un film américain, déjà, s’en était inspiré en 2017. Dans cette adaptation russe, on suit Egor un jeune garçon, qui doit sauver sa petite sœur enlevée par une sorcière ayant pris la forme de la nourrice de sa sœur. Egor sera aidé par Dasha une amie qui habite son quartier, mais aussi Anton un petit voyou qui deviendra son allié.

Egor a perdu sa mère, et son père s’est remarié avec Yuliya avec qui il a beaucoup de mal à communiquer. Cette dernière et son père ont eu un bébé, et afin de s’occuper d’elle, ils font appel à une nourrice. Mais Egor voit en elle une menace, très vite les inquiétudes d’Egor se révèle être vrai, elle donne des visions au jeune garçon. Plus tard dans son quartier, il fait la rencontre d’une jeune fille Dasha, dont il tombe sous le charme, cette dernière est agressé par Anton un voyou et ses copains, en voulant défendre Dasha, Egor devient la cible du jeune voyou. La menace de la sorcière plane toujours plus, sur la famille d’Egor et sa petite sœur est enlevé et ses parents oublie tout d’elle, comme si elle n’avait jamais existé. Dasha, ensorcelé par la sorcière, est libéré par Egor, et elle se souvient que ce dernier avait une petite sœur. Quand Anton les retrouve, il leur demande de rentrer dans une maison appartenant à un étrange homme ayant perdu sa petite fille. C’est alors que les trois jeunes gens découvrent au cœur de la forêt, une étrange cabane où se trouve une cage, qui conduit dans un autre monde : celui de la sorcière. Ce monde parallèle ou s’aventurent Egor, Dasha et Anton appartient à la sorcière, et c’est là que se trouve la sœur d’Egor. Baba Yaga :la forêt des damnés est un petit film d’épouvante, qui fait son effet même, si ce n’est pas parfait, il y a des séquences très réussies. Le cinéaste Svyatoslav Podgayevskiy n’est pas un novice, dans le cinéma d’horreur sa mise en scène, mise surtout sur l’ambiance instaurée, peu de jumps-scares et c’est tant mieux et quand y en a, ils sont justifiés.

Au scénario Svyatoslav Podgayevskiy, Natalya Duboyava et Ivan Kapitonov, qui s’intéressent tout d’abord a Egor et le deuil qu’il traverse en rapport avec sa mère. Il a beaucoup de mal à communiquer avec sa belle-mère, qui a eu un bébé avec son père. Cet équilibre familial, déjà fragile, va être encore plus fragilisé à cause de l’enlèvement de sa petite sœur par une sorcière. Bien évidemment, son père et sa belle-mère, ne le croiront pas, car ils ont tout oublié de l’existence de la petite. De plus, son père se retrouvera ensorcelé par la sorcière, qui le poussera à tuer son propre fils. Des liens entre Egor et Dasha se tissent, et cette dernière apportera son aide à Egor pour retrouver sa petite sœur. C’est l’évolution d’Anton, qui reste aussi très intéressante, car ce petit voyou, qui ne cesser d’embêter Egor et Dasha se retrouvera a apporter son aide a Egor et au final ils deviendront des amis. Un casting de jeunes comédiens convaincants avec : Oleg Chugunov jouant Egor, Glafira Golubeva interprète Dasha et Artem Zhigulin joue Anton. La sortie DVD de Baba Yaga : la forêt des damnés, est une chance pour ce dernier de se faire plus connaître, car il a le mérite d’être une œuvre qui apporte sa touche dans le cinéma de genre russe.

 

L’Avis de Nicolas. P

Baba Yaga, la forêt des damnés de Svyatoslav Podgayevskiy est l’opportunité de découvrir un petit film d’horreur assez sympathique qui reprend le folklore d’Europe de l’Est avec la célèbre sorcière Baba Yaga.

L’intérêt de ce film se situe dans sa manière de construire une atmosphère pesante en évitant les clichés de mise en scène qui nous proviennent de l’horreur Etats-unienne. Le film prend son temps lorsqu’il développe son atmosphère et préfère articuler l’horreur autour de quelque chose d’assez naïf et fantaisiste qui rappel souvent le conte.

Le seul emprunt au cinéma d’Outre Atlantique est tout ce qui entoure les enfants. Le protagoniste se fait martyriser au lycée comme un bon nombre de personnages enfants des années 80. Ce cliché n’enlève pas la principale qualité du film qui est la transposition d’un conte traditionnel dans la modernité du 21ème siècle. Le film s’attarde à filmer l’espace urbain comme une maison de poupée géante où la sorcière serait constamment présente.

Un autre élément assez beau et emprunt aux contes et la peur de l’oublie des enfants par leurs parents. Les enfants emmenées dans le monde de la sorcière sont oubliés par leurs parents ce qui rappel une thématique bien présente dans les contes de fées européens.
Bien que Baba Yaga, la forêt des damnées ne soit pas un film mémorable qui repose sur un héritage un peu lourd de l’horreur tout en allant plus loin et en tentant des expérimentations plus intéressantes qui ne virent jamais vers le mépris du fantastique, cela reste une petite œuvre très appréciable qu’il faut découvrir.

 

Détails DVD

Rapport de forme ‏ : ‎ 2.35:1
Classé ‏ : ‎ Tous publics
Dimensions du colis ‏ : ‎ 18.9 x 13.7 x 1.7 cm; 80 grammes
Réalisateur ‏ : ‎ Svyatoslav Podgaevskiy, Nathalia Hencker
Format ‏ : ‎ Couleur, Cinémascope, PAL
Durée ‏ : ‎ 1 heure et 33 minutes
Date de sortie ‏ : ‎ 21 octobre 2022
Acteurs ‏ : ‎ Oleg Chugunov, Glafira Golubeva, Artem Zhigulin, Svetlana Ustinova, Aleksey Rozin
Doublé : ‏ : ‎ Français, Russe
Sous-titres : ‏ : ‎ Français
Langue ‏ : ‎ Français (Dolby Digital 5.1), Russe (Dolby Digital 5.1)
Studio ‏ : ‎ Condor Entertainment
ASIN ‏ : ‎ B0B5P9RSZN
Pays d’origine ‏ : ‎ France
Nombre de disques ‏ : ‎ 1

Orel

Orel Durden (Créateur du site ,rédacteur en chef) Passionné ,cinéphile ,cinévore depuis petit ma passion pour le cinéma est immense mon réalisateur favori Steven Spielberg mon film culte de sa filmo E.T je ne m’en lasse pas ainsi que Jaws .Mon film culte préféré Fight Club de Fincher mon deuxuième réalisateur favori ,dont Zodiac s’ajoute a mes favoris de sa filmographie .Les films comme Alien de Ridley Scott ,Elephant de Gus Van Sant ,Into the Wild de Sean Penn ou encore Requiem for a dream de Aronofsky sont les oeuvres auquel je ne me lasse pas .Sinon si je devais ,dire deux film de Hitchcock ça serait « Psychose »et « les oiseaux » tout simplement des chef d’oeuvres .J’espère que ce site vous satisfait ,merci a vous et vive le cinéma .

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :