Drame américain réalisé par Destin Daniel Cretton et sorti le 27 septembre 2017 (2h08)

Avec Brie Larson, Woody Harrelson, Naomi Watts

Sorti discrètement ce mercredi, que nous inspire la rencontre entre Brie Larson et son père Woody Harrelson ?

Captain Fantastic et Mister Hyde ?

C’est l’histoire d’un couple, Rose et Rex, qui vit avec sa tribu familiale en changeant de maison régulièrement afin d’éviter les créanciers. Madame peint des toiles plus ou moins expressionnistes et Monsieur se partage entre deux passions : imaginer la future et utopique construction de leur Château de verre et vider des bouteilles d’alcool achetées avec le peu d’argent qu’ils ont. Ce mode de vie marginal va de pair avec une éducation originale, basée sur la lecture érudite, le rejet des normes et la prise de risque (on apprend à nager en se jetant à l’eau, advienne que pourra).

Ce pitch n’est évidemment pas sans rappeler le récent et magnifique Captain Fantastic avec Viggo Mortensen. Mais ici, le côté sombre du papa est beaucoup plus développé, créant un véritable équilibre entre empathie et répulsion. Face à ce système débilisant, on peut vivre autrement… Mais à quel prix ? L’autre différence majeure vient du fait que le Château de verre propose deux timelines : ce qui se passe maintenant alors que Jeannette est sur le point de se marier (propice moment pour que remontent les démons de son enfance) et les moments passés qui expliquent ses rapports avec ses parents et ses frère et sœurs.

Brie Larson & Woody Harrelson : plutôt blockbusters ou films d’auteur ?

A-t-on besoin de présenter Woody Harrelson ? Monsieur Succès du box office : Hunger games, Insaisissables, Planète des singes Suprématie, True Detective, Les Blancs ne savent pas sauter… on en oublierait presque que cet acteur au registre varié a multiplié les projets méconnus et originaux (à voir The Scanner Darkly). Il retrouve ici la toujours juste Brie Larson (connue notamment pour Room et bientôt super-héroïne dans la peau de Captain Marvel) qui revient sous la caméra de Destin Daniel Cretton après leur réussite commune States of Grace, très beau film dans un foyer pour jeunes défavorisés.

Ici, le duo fonctionne à merveille. Dans le rôle du père alcoolique, charismatique et aimant, Woody crève l’écran, sans en faire trop : avec justesse et mesure. Face à lui, Brie Larson incarne avec brio cette rédactrice pleine de contradictions, hantée par cette éducation si particulière. Tout le monde peut se retrouver dans cette histoire vraie : sans avoir vécu ces moments atypiques, qui n’a jamais réfléchi aux apports et aux limites de son éducation ? Nos parents ont-ils été parfaits ? Peut-on rester manichéen face à des réflexions ?

Flashback : épaisseur ou lourdeur ?

Avec beaucoup de caractère, Jeannette Walls a fui son père excessif et sa mère soumise. Elle est sur le point de se marier et vit dans l’opulence à New York, pendant que ses parents habitent dans un taudis bien loin du Château de verre de leurs rêves. Leurs relations sont chaotiques, et on comprend touche par touche les raisons, grâce à de nombreux flashbacks qui retracent les moments forts de l’éducation de notre Jeannette.

Cette deuxième temporalité apporte au film toute sa profondeur et aux situations toute leur complexité. Rex est aussi génial que pénible, son éducation aussi riche que dangereuse. Malheureusement (comme souvent dans ce genre de construction narrative), l’histoire qui se déroule dans le présent reste peu développée par rapport aux flashbacks, et a bien du mal à avancer avec fluidité, la faute à ce rythme sans cesse coupé par les retours en arrière pourtant très bien faits. Ca fonctionne très bien, mais pour avoir un chef d’œuvre, il aurait sûrement fallu mieux équilibrer le tout.

En conclusion, Le Château de verre est un vrai beau film qui nous a beaucoup touchés. Traitant en profondeur les questions de notre rapport à notre propre éducation, il met en scène magnifiquement deux acteurs qui donnent une vraie plus-value au film. Nous regretterons juste le manque d’épaisseur de la partie se déroulant dans le présent et une réalisation assez conventionnelle.

 


Article précédentTrailer : Annihilation d’Alex Garland
Article suivantTrailer: Le Labyrinthe 3 Le Remède Mortel de Wes Ball
City Zen
Nicolas, 37 ans, du Nord de la France. Professeur des écoles. Je suis un cinéphile éclectique qui peut alterner entre blockbusters, films d’auteur, films français, américains, petits films étrangers, classiques du cinéma. J’aime quand les films ont de la matière : matière à discussion, à interprétation, à observation, à réflexion… Quelques films que j’adore pour cerner un peu mes goûts : Matrix, Mommy, Timbuktu, la Cité de la Peur, Mission Cléopâtre, Ennemy, Seven, Fight Club, Usual Suspect, Truman Show, Demain, Big fish, La Haine, La Vie est belle, Django, Rubber, Shutter Island...

Laisser un commentaire