Possessor Uncut de Brandon Cronenberg

Sortie avril 2021
De Brandon Cronenberg
Durée 1h 42min
Avec Andrea Riseborough, Jennifer Jason Leigh, Sean Bean, Tuppence Middleton, Christopher Abbott, Rossif Sutherland…
Nationalités Canadien, Britannique
Musique Jim Williams

 

La perte de l’identité par Brandon Cronenberg

 

 

Synopsis

Tasya Vos est agente au sein d’une organisation secrète utilisant une technologie neurologique qui permet d’habiter le corps de n’importe quelle personne et la pousser à commettre des assassinats aux profits de clients très riches. Mais tout se complique pour Tasya lorsqu’elle se retrouve coincée dans le corps d’un suspect involontaire dont l’appétit pour le meurtre et la violence dépasse le sien de très loin.

Le fils de David Cronenberg s’est mis il y a quelques années à la réalisation, premier film en 2012 avec Antiviral et on peut dire que ce film particulier n’aura pas tant fait parler de lui. En 2020 le fils du génie est de retour avec son deuxième long-métrage, qui se nomme Possessor et on peut dire de ce dernier qu’il est aussi particulier que le premier. Malsain et violent sont les deux premiers mots qui viennent à l’esprit, dans ce nouveau film. Il est loin du style de son père, et c’est tant mieux. Possessor est un film qui possède un concept vraiment intéressant, et Brandon Cronenberg l’exploite plutôt bien. Il y a énormément des scènes violentes, et cela dès le début. Mais il est aussi difficile, de comprendre certaines choses qui s’y déroulent. Il se passe de nombreuses choses au cours du long-métrage, mais il maîtrise le concept avec brio. Andrea Riseborough est impressionnante, dans le rôle de Tasya, celle qui perd l’esprit et dont son job en est la cause. Même si Antiviral ne m’avait pas tant plu que ça, Possessor m’a plus marqué par son sujet très bien exploité. Ce qui est sûr, c’est que le fils Cronenberg a du talent tout comme son père avec un style différent.

Une organisation secrète utilise une technique neurologique, et Tasya Vos travaille au sein de cette organisation. Dans cette technique qu’utilise Tasya elle doit habiter le corps d’une personne, et la pousser à commettre des meurtres au profit de clients très riches. Le film s’ouvre sur une exécution d’ailleurs, Tasya habite le corps d’une femme puis assassine un homme lors d’une soirée en public, en enfonçant une fourchette dans la gorge d’un homme. Une fois la personne exécutée elle reprend son corps, cette technique n’est pas sans conséquence car après la mission elle est prise de vomissement et doit passer des tests de mémoires. Ces tests permettent de voir si Tasya garde ses souvenirs, et pas ceux des corps qu’elle a habités. Même si ses souvenirs sont intacts, elle a des flashs violent dans son esprit du meurtre qu’elle a commis. Sa prochaine mission consiste à intégrer le corps de Colin Tate, qui travaille dans la société dont le père de sa fiancée est PDG et c’est donc John Parse qui est la cible. Mais ce job détruit l’esprit de Tasya, et ce bien avant cette nouvelle mission qui n’arrange pas son esprit dégradé. En effet Tasya perd totalement le contrôle de son esprit, en commettant des meurtres des plus horribles façons tout en étant dans le corps de Colin, qui est une personne fragile qui plus est. Ce retour de Brandon Cronenberg, pour son deuxième long-métrage, est une expérience une fois de plus particulière. La mise en scène est unique, le réalisateur impose son propre style et retranscrit parfaitement a l’écran la perte d’identité d’une femme. Une perte de son identité, qui la poussera à commettre l’irréparable envers son ex-mari et son propre fils. Il y a deux esprits pour un seul corps, et Colin n’a pas l’air de se rendre compte immédiatement que Tasya va profiter de ce corps pour assouvir ce besoin de meurtre, qui la ronge. On voit peu à peu, que Colin n’a plus le contrôle de son esprit. La réalisation montre parfaitement comment Tasya perd contrôle, comme cette scène dans la dernière partie du film avec ce masque qui signifie beaucoup de choses. Ce nouveau film de Brandon Cronenberg, cependant n’est pas une oeuvre à mettre sous-tout les yeux.

C’est Brandon Cronenberg qui est a l’écriture du scénario, il maîtrise tout ça et le fait bien. Karim Hussain en directeur de la photographie, livre une ambiance au film assez malsain ce qui donne tout le charme au film. Les couleurs utilisées au cours du film, ont tout leur intérêt car elle donne une identité propre à chaque scène. Le traitement des personnages est incroyable, on y perçoit très bien la dégradation de l’esprit de Tasya à travers le corps de Colin qui lui peu à peu n’aura plus du tout le contrôle. Même si on ne voit pas souvent Tasya, on ressent sa présence. La violence présente dans le film, caractérise très bien a quel point Tasya, n’est plus elle-même les scènes sont d’ailleurs assez choquantes avec beaucoup d’hémoglobines. Andrea Riseborough est grandiose, et donne un aspect terrifiant à son personnage, Christopher Abbott est aussi grandiose dans le rôle de Colin. Sean Bean est aussi à l’affiche, dans le rôle de John Parse, puis Tuppence Middleton joue la fille de John qui lui, ne porte pas vraiment d’amour pour sa fille. On retiendra aussi la prestation de Jennifer Jason Leigh, qui joue la supérieure de Tasya dans cette organisation. Une organisation dont on n’en saura que très peu, c’est surtout cette technologie qui est mise en avant plus que l’organisation en elle-même. Cette entreprise est-elle légale? Quelque chose qu’on ne saura pas également, mais cela n’a pas vraiment d’importance. Une fois que l’on a compris, le fonctionnement de cette technologie la perte d’identité de Tasya est mise en avant. Possessor est un film, où Brandon Cronenberg impose ses idées et traite son sujet comme il faut, un réalisateur qui fait son chemin dont le meilleur est probablement a venir.

 

Bande annonce

Orel

Orel Durden (Créateur du site ,rédacteur en chef) Passionné ,cinéphile ,cinévore depuis petit ma passion pour le cinéma est immense mon réalisateur favori Steven Spielberg mon film culte de sa filmo E.T je ne m’en lasse pas ainsi que Jaws .Mon film culte préféré Fight Club de Fincher mon deuxuième réalisateur favori ,dont Zodiac s’ajoute a mes favoris de sa filmographie .Les films comme Alien de Ridley Scott ,Elephant de Gus Van Sant ,Into the Wild de Sean Penn ou encore Requiem for a dream de Aronofsky sont les oeuvres auquel je ne me lasse pas .Sinon si je devais ,dire deux film de Hitchcock ça serait « Psychose »et « les oiseaux » tout simplement des chef d’oeuvres .J’espère que ce site vous satisfait ,merci a vous et vive le cinéma .

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :