Les héros ne meurent jamais d’Aude-Léa Rapin

Pays France, Belgique, Bosnie
Année 2020
Casting Adèle Haenel, Jonathan Couzinié, Antonia Buresi, …
Genre Drame

On aurait dû parler plus tôt de ce film détonnant usant de son format pour mieux parler de fantômes.

Dans une rue de Paris, un inconnu croit reconnaître en Joachim un soldat mort en Bosnie le 21 août 1983. Or, le 21 août 1983 est le jour même de la naissance de Joachim ! Troublé par la possibilité d’être la réincarnation de cet homme, il décide de partir pour Sarajevo avec ses amies Alice et Virginie. Dans ce pays hanté par les fantômes de la guerre, ils se lancent corps et âme sur les traces de la vie antérieure de Joachim.

Les fantômes sont au centre de l’histoire. On ne parle pas réellement de cinéma fantastique ou d’apparitions telles quelles mais d’autres formes d’ectoplasmes pour mieux interroger sur le passé et le futur. Le passé, c’est celui d’un pays aux plaies encore béantes malgré les années, où la violence se ressent encore et où le temps ne guérit rien, au contraire. Le futur, c’est celui qui nous unit tous, une perte d’existence qui crée la crainte de l’oubli, de la disparition à travers les années, comme une trace de pas dans le sable effacée par les vagues incessantes.

La tournure documentaire prise par Aude-Léa Rapin pour son premier long-métrage est alors intéressante, jouant sur le questionnement de la nature réelle de l’image avec un ton oscillant entre l’amusant et le dur. Le personnage incarné par la toujours excellente Adèle Haenel se fait alors vecteur de questions sur la mise en scène de la vérité du conflit ou du potentiel mensonge de réincarnation. Le tout se trouble dans un trajet qui n’est pas des plus réjouissants ni facile mais pourtant toujours fort dans ce qu’il souhaite raconter.

C’est donc un joli premier film qui se dessine devant nos yeux avec « Les héros ne meurent jamais », mélangeant des craintes à plusieurs niveaux pour doucement mais sûrement nous bouleverser. On s’en voudra donc de l’avoir manqué lors de sa sortie salles et on espère que cette découverte chez Le Pacte lui permettra de connaître une carrière aussi équivalente que la réussite du film.

Liam Debruel

Amoureux du cinéma. À la recherche de films de qualités en tout genre,qu'importe la catégorie dans laquelle il faut le ranger. Le cinéma est selon moi un art qui peut changer notre vision du monde ou du moins nous faire voyager quelques heures. Fan notamment de JJ Abrams,Christopher Nolan, Edgar Wright,Fabrice Du Welz,Denis Villeneuve, Steven Spielberg,Alfred Hitchcock,Pascal Laugier, Brad Bird ,Guillermo Del Toro, Tim Burton,Quentin Tarantino et Alexandre Bustillo et julien Maury notamment.Écrit aussi pour les sites Church of nowhere et Le quotidien du cinéma. Je m'occupe également des Sinistres Purges où j'essaie d'aborder avec humour un film que je trouve personnellement mauvais tout en essayant de rester le plus objectif possible :)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :