Des fleurs pour un espion d’Umberto Lenzi

Pays Italie
Année 1966
Casting Daniele Vargas, Roger Browne, Emma Danieli, …
Genre Espionnage

Découverte d’un film d’espionnage italien mené par le réalisateur de « L’avion de l’Apocalypse ».

Une arme secrète capable de neutraliser tout courant électrique dans un large rayon, l’Electroscomètre, a été volée. Les Services Spéciaux britanniques mettent leur meilleur agent sur la piste : Martin Stevens. À Genève, il va rencontrer la belle journaliste Geneviève qui se propose de l’aider. Les deux s’envolent donc pour Athènes suite à un mystérieux message codé : « Les roses bleues sont arrivées ce matin. »

À l’instar de Jess Franco dans notre chronique de la semaine passée sur « Opération Re Mida » (de la même collection Euro Spy chez Artus), Umberto Lenzi est un nom reconnu dans le cinéma de genre et bis. S’ouvrant sur un assassinat mis en lien avec un combat de torero, « Des fleurs pour un espion » pourrait laisser circonspect par un ton se voulant par moments trop sérieux pour la teneur de sa narration. C’est d’ailleurs quand il revendique plus son second degré que le film fonctionne au mieux.

« Des fleurs pour un espion » s’inscrit pleinement dans la forme du Euro Spy, notamment par son traitement quasiment touristique des décors européens. On pense à cette poursuite dans la foire ou plus particulièrement toute la partie helléniste du récit. En ce sens, Umberto Lenzi fait clairement le travail derrière la caméra. Le film s’avère visuellement bien rythmé, profitant de quelques mouvements de mise en scène pour mieux embraser son histoire, donnant un résultat qui s’avère des plus amusants pour tenir tout au long de son heure et demi. L’édition fournie par Artus porte agréablement le master 2K restauré et parvient à souligner l’efficacité du long-métrage.

« Des fleurs pour un espion » s’avère une sympathique trouvaille dans le domaine du récit d’espionnage. Sans être indispensable, il parvient à conforter le sentiment positif que l’on développe pour le cinéma d’Umberto Lenzi et parvient à remplir ses promesses avec un divertissement certain.

Liam Debruel

Amoureux du cinéma. À la recherche de films de qualités en tout genre,qu'importe la catégorie dans laquelle il faut le ranger. Le cinéma est selon moi un art qui peut changer notre vision du monde ou du moins nous faire voyager quelques heures. Fan notamment de JJ Abrams,Christopher Nolan, Edgar Wright,Fabrice Du Welz,Denis Villeneuve, Steven Spielberg,Alfred Hitchcock,Pascal Laugier, Brad Bird ,Guillermo Del Toro, Tim Burton,Quentin Tarantino et Alexandre Bustillo et julien Maury notamment.Écrit aussi pour les sites Church of nowhere et Le quotidien du cinéma. Je m'occupe également des Sinistres Purges où j'essaie d'aborder avec humour un film que je trouve personnellement mauvais tout en essayant de rester le plus objectif possible :)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :