L’étudiante et monsieur Henri

147417

De: Ivan Calbérac avec: Claude  Brasseur, Noemie Schmidt, Guillaume de Tonquenec, Fréderic Bel.. (1h38) comédie. A cause de sa santé vacillante, Monsieur Henri ne peut plus vivre seul dans son appartement parisien. Particulièrement bougon, il finit néanmoins par accepter la proposition de son fils Paul de louer une chambre à une jeune étudiante. Loin de tomber sous le charme, Henri va se servir d’elle pour créer un véritable chaos familial…

PORTRAIT-CLAUDE-BRASSEUR-COMEDIEN-©-Christophe-Pit-All-Rights-Reserved-01-960x960Il y a des jours difficiles et à chaque fois le cinéma m’a relevé, ce fut le cas avec ce film vu hier soir. En allant voir une comédie que j’attendais depuis un petit moment sans m’imaginer être véritablement conquit de bout en bout, j’ai nommé: L’étudiante et monsieur Henri, film du réalisateur Ivan Calbérac notamment vu à l’oeuvre dans Une semaine sur deux et la moitié des vacances scolaires avec Mathilde Seigner et Bernard Campan signe là un petit chef d’oeuvre du genre. 3 raisons qui me donnaient envie de voir ce film c’était: 1. Claude Brasseur 2: Guillaume de Tonquenec 2 grands acteurs. On commence par Claude Brasseur, tout d’abord pour sa carrière, c’est un timbre de voix c’est un personnage à lui seul et un acteur extraordinaire qui n’a plus rien à prouver à personne. Guillaume de Tonquenec c’est un nouveau dans le milieu de cinéma mais qui a vite prit ses aises et qui a prit sa place, un acteur généreux et talentueux. Ses deux grands acteurs portent la sympathie en eux et l’amour du jeu, de leur métier.  3ème raison la bande annonce par elle même qui respirait la fraicheur et c’est bien ce qui en émane de ce film et on est loin du résultat final, on passe par toutes les émotions: humour, subtilité, beautée dans les paroles, et les thèmes qu’il aborde juste avec la vraie vie et qui vous feront probablement souvent écho. L’alchimie entre les acteurs est délicieuse, le réalisateur a fait un film remarquablement touchant, drôle et émouvant au point de me happer de tout son long.guillaume-le-conquerant,M176404

Il y a beaucoup de musique dans ce film, de la belle musique, de la musique qui porte qu’on est du piano en fond ou un titre de chanson choisit nous n’entendrons plus nos personnages, la musique parlant pour et ou l’image en fait écho. Ce film utilise plusieurs fois ce procédé et c’est quelque chose que j’adore dans un film j’adore ça je trouve que quand c’est bien choisit ça donne un charme fou en plus au film, avec ce film il le fait à merveille. Comme je le disais également on rit beaucoup dans ce film car le scénario très habile sait avec subtilité utilisé les mots et les doser. Claude Brasseur rejoue un rôle bougon comme il sait tant les faire qui on le devine facilement à un grand coeur. Cela se joue à une petite phrase « n’attrape pas froid ».  » N’attrape pas froid » voilà après avoir lancé tout un tas de saloperies une phrase qui montre tout l’amour qu’il ne montre pas et garde au fond de lui. Guillaume de Tonquenec joue les simplets enfin c’est comme ça que dans le film son père le décrirait. C’est un rôle qu’on lui colle souvent mais il le joue divinement bien, il est vrai, il est touchant mais le plus gros coup de coeur de ce film porte bien un tout autre nom.

1937213-noemie-schmidt-enregistrement-de-950x0-1Elle se nomme Noémie Schmidt elle fait ses premiers pas au cinéma et est également au casting de la série Versailles qu’elle me donne envie de découvrir car elle est tout simplement fabuleuse. Je l’a découvre avec ce film, elle m’a hypnotisée nul doute qu’une grande carrière l’attend et je lui souhaite de tout coeur tant le talent brut est là devant nous et je crois qu’elle peut largement être une candidate très sérieuse pour le césar du meilleur espoir féminin, elle le mériterait amplement, elle me fait penser à Emma Watson, elle a un charme fou. Elle ne fait pas tout le film bien évidement et c’est bien parce que le film est d’une incroyable poésie qu’elle n’est qu’embellie dans ce rôle. Jusqu’à son final dont je m’attendais, beau, bien joué, une comédie belle et intelligente à l’image de sa bande annonce. Le cinéma français refleurit avec ce film j’en suis ressorti ému et encore plus déterminée d’y trouver ma place. Foncez le voir.!

 

xavier dc

Une passion depuis tout petit, qui a grandi avec les films de De Funès et Bourvil que ma grand-mère me faisait découvrir. J’ai toujours aimé cet univers... Leonardo Dicaprio ou Tom Hanks ont contribué à me faire rêver année après année. J’ai écrit au lycée un court-métrage dans le cadre de l'option "audio-visuel", puis on s’est attelé à le réaliser. Je suis passé par la caméra - devant ou derrière, du casque-son à la perche. Toutes les étapes étaient plaisantes à faire et cela a confirmé que je voulais continuer dans cet univers car c’est le mien tout simplement, c’est la ou je me sens bien. Le futur je ne le vois que dans le cinéma. J’ai toujours voulu être acteur, quand je vois un film, il y a toujours un rôle ou je me dis : "tiens, j’aurais aimé être ce personnage !" Ce sont bizarrement rarement les 1er rôles que je trouve les plus intéressants. J’ai écris un scénario pour un jour, si je perce, pouvoir le réaliser... après avoir passé quelques années à apprendre avant bien évidement ! J'ai tourné dans un court métrage du réalisateur Florian Hessique qui avait pour titre "je ne dirai plus jamais je t'aime" dont la photo est d'ailleurs tirée. J'ai figuré dans la web série"Germains germaines" dont les réalisateurs sont maintenant des amis... Et je suis preneur de tous projets ! Le cinéma, il n’y a pas une journée sans que j’en parle ; ça fait tout simplement partie de moi ! une citation de Marin Scorcese m'aide à avancer chaque jour "Je faisais mon chemin mais le cinéma était une obsession".

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :