077831.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Réalisé par Ridley Scott Avec Matt Damon, Jessica Chastain, Kristen Wiig, Jeff Daniels.. Genre : Science fiction (2h25)

Lors d’une expédition sur Mars, une tempête oblige les astronautes à quitter d’urgence la planète et d’abandonner l’un des leurs Mark Whatney, laissé pour mort lors de l’incident. Contre toute attente, l’astronaute a survécut et est désormais seul sur la planète, sans aucun moyen de la quitter. Il devra faire appelle à son intelligence pour tenter de survivre sur cette planète hostile et trouver un moyen d’entrer en communication avec la Terre avec le matériel restant sur Mars. De leur cotés, sur Terre, les dirigeants de la Nasa, prennent connaissance de la survie de l’astronaute et devront tenter le tout pour le tout afin de lui porter secours. Une organisation d’une grande envergure se prépare alors.

Seul sur Mars ou de son vrai titre qui en jette bien plus The Martian qui montre avec ce titre l’homme qui occupe cette planète est le dernier film de Ridley Scott qui ne m’aura au final que peu marqué (si vous voulez une critique approfondie qui rejoind mon avis et plus détaillé je ne voudrai pas reprendre tout ce qu’il dit malgré que je crains n’avoir le même avis sur la globalité. Je vais donc essayer de faire plus court: http://lecoindescritiquescine.com/les-critiques/seul-sur-mars-de-ridley-scott/)On est loin du chef d’oeuvre de Christopher Nolan, Interstellar. Interstellar, qui m’avait bouleversé, qui me bouleverse encore quand je le visionne, car au final de ce film ce qui en ressort c’est au final son histoire de famille qui derrière cette histoire de découverte de d’autres planètes et le fondement du film. ceux sur lequel toute l’émotion était connectée et ou la musique se trouvait elle, brutal pour montrer la nature, d’une délicatesse rare pour les moments de famille et hypnotisante dans sa totalité.

ridley-scott-seul-sur-mars-choix-realisation Le film ne ment cependant pas à travers sa bande annonce, il montre exactement le décalage qui émane de tout son long de ce film mais j’ai été déçu après son exodus gods and kings qui malgré des décors plus qu’époustouflant ainsi que les costumes en oublier le fondement, cette famille royale divisée et en baclant cette histoire leurs liens à montrer à l’écran ne serait que plus difficile. Il est bien loin le réalisateur de Gladiator qui avait permit à Ridley Scott une ascension vers la reconnaissance et une critique saluée pour ce qui restera comme son chef d’oeuvre brut car depuis il n’a plus eu de grandeur dans ses projet.

Seul sur Mars n’en est pas pour autant un mauvais film, Seul sur Mars divertit. Le ton du film est léger, ponctué de beaucoup d’humour et d’un ton plus sérieux quand on revient sur Terre et des grands dirigeants NASA ect.. Un ton léger plutôt culotté face au sujet qu’il aborde et c’est bien dans ce ton que vient pour moi tout le problème car on en oublie, la tension, la souffrance que vit notre personnage principal abandonné et attendant d’être secouru. Une tension qui ne prend que peu souvent car trop peu exploitée mais qui, quand elle est traitée le fait très bien. Matt Damon y fait son taff mais son personnage n’est que trop peu écrit et il n’évolue quasiment pas sur la totalité du film. Parce que le gros problème du film se situe dans ses coupures entre Mars et la Terre. Le ton léger qui intervient le plus souvent sur Mars et le ton très sérieux des scientifiques préparant le retour de notre homme fait une cassure qui rend le tout inégal. Il y a trop de débats pour trop peu de moments avec notre personnage principal, on est pas assez avec lui ça m’a vraiment frustré et ça donne une impression d’inachevée. On ne peut pas se donner une idée plus importante de ce qu’il endure et donc on est que trop peu dans l’émotion avec lui, même dans son final. La musique disco mise a amené un moment sympathique à l’image de ce que le film voulait dans son ton mais il m’a manqué un vrai thème, un vrai compositeur.
la-mission-des-astronautes-de-seul-sur-mars-de-ridley-scott Le casting du film avait pourtant été un régal à suivre tant il avait d’acteurs d’envergures à commencer par mon actrice favorite Jessica Chastain déja à l’écran pour Interstellar occupant le rôle de commandant ou encore Michael Pena ou Kate Mara et Chiwetel Ejiofor pour ce qui est de l’équipe de base qui s’était posé sur Mars avec Matt Damon et repartit sans. Les personnages ne sont pas traités et manque de profondeur et d’importance toute cette équipe n’apparait que trop peu à l’écran par rapport à la place capitale qu’elle occupe et là aussi leur temps à l’écran n’en est qu’inégal. Ils sont trop peu mit en avant.  Les autres acteurs secondaires comme Jeff Daniels (dumb & dumber), Sean Bean (Game of thrones, seigneur des anneaux) ou encore pour ne citer qu’elle Kristen Wiig (Les cerveaux, Dragons 2) tous ses acteurs secondaires occupant de gros postes au niveau de la Nasa ne vous marqueront pas c’est à l’image de tous les personnages malheureusement..

The-Martian-Matt-Damon-Hamilton-Watch-5 De ce qui est de Mars il en dégage, une image sublime, filmée comme rarement, elle deviendra un personnage a par entière et c’est évidement voulu. Un orange opressant, étoufflant mais dont on ne se lasserait pas, un habitat que l’on ne pourrait montrer tel qu’il est dans le film être un habitat pour l’homme tant il est menaçant, rocheux, hostile en restant fascinant ainsi que le prépare le début du film notamment.

On pourrait croire avec tout cela que je n’en ai pas aimé le film ce n’est pas le cas c’est que j’en attendais beaucoup trop comme sur la plupart des films que je vais voir d’ailleurs, j’imaginais le ton léger que pour de rares moments, privilégiant l’axe dramatique et les moments de notre botaniste qui captivent mine de rien. Malgré que les personnages soient peu traités il n’en est pas moins que l’on est ravi de retrouver tous ces bons acteurs et qu’ils font leur boulot, ils sont investis on ne peut pas en dire le contraire. L’instinct de survie trop peu mit en avant vous en ressortirez cependant sans peine car le film passe assez vite et pour ceux qui étaient venus avec moi à la séance ils ont tous aimé le film bien plus que moi je ne l’ai été. Tout cela pour dire que vous devez avant tout vous faire votre propre avis et c’est pourquoi il est indispensable que vous voyiez ce film ;).


Article précédentSeul sur Mars, de Ridley Scott
Article suivantL’étudiante et monsieur Henri
Une passion depuis tout petit, qui a grandi avec les films de De Funès et Bourvil que ma grand-mère me faisait découvrir. J’ai toujours aimé cet univers... Leonardo Dicaprio ou Tom Hanks ont contribué à me faire rêver année après année. J’ai écrit au lycée un court-métrage dans le cadre de l'option "audio-visuel", puis on s’est attelé à le réaliser. Je suis passé par la caméra - devant ou derrière, du casque-son à la perche. Toutes les étapes étaient plaisantes à faire et cela a confirmé que je voulais continuer dans cet univers car c’est le mien tout simplement, c’est la ou je me sens bien. Le futur je ne le vois que dans le cinéma. J’ai toujours voulu être acteur, quand je vois un film, il y a toujours un rôle ou je me dis : "tiens, j’aurais aimé être ce personnage !" Ce sont bizarrement rarement les 1er rôles que je trouve les plus intéressants. J’ai écris un scénario pour un jour, si je perce, pouvoir le réaliser... après avoir passé quelques années à apprendre avant bien évidement ! J'ai tourné dans un court métrage du réalisateur Florian Hessique qui avait pour titre "je ne dirai plus jamais je t'aime" dont la photo est d'ailleurs tirée. J'ai figuré dans la web série"Germains germaines" dont les réalisateurs sont maintenant des amis... Et je suis preneur de tous projets ! Le cinéma, il n’y a pas une journée sans que j’en parle ; ça fait tout simplement partie de moi ! une citation de Marin Scorcese m'aide à avancer chaque jour "Je faisais mon chemin mais le cinéma était une obsession".

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici