• The Bikeriders de Jeff Nichols

          0
          Date de sortie 19/06/2024 Durée (01:56:00) Titre original The Bikeriders Genre Drame Avec Jodie Comer, Austin Butler, Tom Hardy, Michael Shannon, Boyd Holbrook, Beau Knapp, Mike Faist, Norman...
        • Outer Range : Bilan de la saison 2 une série toujours...

          0
          Depuis 2022 Format 50 min Genre Drame, Thriller, Fantastique Créée par Brian Watkins Avec Josh Brolin, Imogen Poots, Tamara Podemski Nationalité U.S.A.   Synopsis Royal Abbott est un éleveur du Wyoming. Il...
        • En juillet sur Netflix

          0
          LES FILMS DE JUILLET D'où l'on vient (1er juillet) Percy Jackson : Le voleur de foudre (1er juillet) Percy Jackson : la mer des monstres (1er juillet) Une...
        • En juin sur Netflix

          En mai sur Netflix

          En avril sur Netflix

        • [Sortie Blu-ray/DVD] Un Silence de Joachim Lafosse

          0
          Sortie : 10 janvier 2024 en salles et 21 mai 2024 en DVD Durée : 1h39 Genre : Drame De Joachim Lafosse Avec Daniel Auteuil, Emmanuelle Devos, Matthieu Galoux,...
        • Les sorties jeux vidéo du mois de juin

          0
          The Elder Scrolls Online : Gold Road The Elder Scrolls Online : Gold Road est l'extension de 2024 de TESO. Elle suit les événements s'étant...
        • L’œuvre de Daryl Delight (spécial Halloween)

          0
          Et si pour Halloween, on parlait un peu de littérature horrifique ? Et si au lieu de parler de H.P Lovecraft, Stephen King ou...
Home Auteurs Publication de Bertrand Houpert

Bertrand Houpert

Bertrand Houpert
3 PUBLICATION 0 COMMENTAIRES

Le trailer de Star Wars VIII est la !

0

Comme chaque année a lieu le/la Star Wars Célébration, cette année signe les 40 ans de la saga Star Wars et évidemment, la convention des fans de la saga galactique est bourrée de surprise.
Et c’est durant ce genre d’évènement que survient souvent, le pleins d’informations, le trailer etc … sur Star Wars !

Et aujourd’hui à 17h, a été dévoilé le premier trailer de Star Wars VIII, la suite tant attendu !

Plein de question et réponse laisser en suspens à la fin de Star Wars VII et ce nom énigmatique « Les Derniers Jedi » ! Comme à son habitude le doute place et les spéculations vont bon train !

Love par Judd Apatow

0

 

judd-apatows-netflix-original-series-love-gets-february-19-release-date

Création : Judd Apatow, Paul Rust et Leslie Arfin

Réalisation : Dean Holland, John Slattery, Maggie Carey, Joe Swanberg et Michael Showalter

Avec : Gillian Jacobs (Mickey Dobs), Paul Rust (Gus Cruikshank), Claudia O’Doherty (Bertie)


Synopsis : À Los Angeles, deux trentenaires, Gus, professeur particulier sur le tournage d’une série télévisée et Mickey, programmatrice dans une radio par satellite, ressortent chacun d’une relation difficile. Leur rencontre va être mouvementée.


« Love » ou l’amour selon Netflix

Aujourd’hui qui ne connaît pas Netflix ? Plateforme de streaming par abonnement Outre-Atlantique est arrivé chez nous en Septembre 2014 tout autant que la Belgique, la suisses et autres pays européens. En nous promettant les mêmes séries qu’en Amérique sauf exception (House of Card série made in Netflix dont Canal + détient les droits en France). Nous avons les séries et films en même temps que nos collègues américains !
Mais Netflix propose aussi du contenu produit et créé par « eux-mêmes ». Et c’est en ce mois de Février 2016 que sort « Love » la série créer par Judd Apatow. L’homme derrière « 40 ans toujours puceaux » ou autres « En cloque mode d’emploie« . Le monsieur de la comédie cru made in America, délivrant des longs-métrages pseudo comédie dramatique et comédie avec dans son fond des messages fort et authentique essayant de toucher les humains que nous sommes. Ici par des morals sur les rêves de l’amour etc … mais de réels paroles humaines.

Donc c’est avec intérêt que je regarda « Love ». Et quelle surprise ! je me suis retrouvé à dévorer l’intégralité des 10 épisodes en 3 jours, j’aurais pu le faire en 2 mais mon emploi du temps ne me le permettais pas.
Nous avons tous l’art de l’écriture de Judd Apatow ! Une histoire des plus banales ! Un homme et une femme vivent chacun une rupture et se retrouve par le destin à se rencontrer ! Mickey la fille totalement rebelle à se droguer dès qu’elle peut ou le spectateur découvre même des problèmes d’alcool par le passé. Travaillant comme directrice des programme dans une radio local.
Et Gus, le cliché typique du nerd ! Mais pas tant que sa, ce n’est pas un geek dans le sens gaming du terme mais disons l’homme passionné par les films, les série etc Un homme dans l’air de son temps ! Quand à lui travaillant comme professeur pour les enfants star des chaines de télévision (Genre Violetta ou Anna Montana)

Love

Mais ne ce n’est pas simplement l’histoire de deux être tombant amoureux vulgairement. Disons qu’on passe par l’État de la « Friend Zone » à l’état de « Tiens si je tentais ma chance avec lui/elle ».
C’est un réel conte des cœurs qui nous est livré. On sent qu’Apatow et son équipe se sont lâché dans les messages et l’histoire qui veulent nous transmettre. À un moment, le personnage de Gus jette sa collection de bluray par la fenêtre en disant par exemple « Pretty Woman ? Comment une pute peut tomber amoureux ? Ça n’existe pas ce sont des conneries ». Une ligne de dialogue fort en sens !

Le fait que ça soit Netlfix qui produit laisse toute censure de coté contrairement au cinéma ou autres shows télévisés. Le personnage de Gus et de Mickey a des languages très vulgaires, il y a des scènes de sexe à jalouser Game of Throne !
« Love » montre une réelle authenticité dans son histoire et la façon dont elle est racontée. Les personnages sont attachants et laissent entrevoir soit un lourd passé amoureux et un passé amoureux décu est dans la lignée du mensonge.

Love-de-Judd-Apatow-se-estrenara-en-febrero-en-Netflix_landscape

Les acteurs au passage sont très bons, Gillian Jacobs connu pour son rôle dans la série humoristique « Community » (Que je conseille fortement) montre qu’elle n’est pas que pour son physique de blonde sulfureuse. C’est une femme qui n’est quasiment jamais maquillée dans la série et a presque une tête de drogué ! Il ne la rend pas forcément attirante mais son personnage à son charme à lui.
Tandis que le personnage de Gus jouée par Paul Rust qui est aussi l’un des créateurs et auteur de série. Joue à merveille le nerd en manque de confiance en soi qui essaye d’assurer dans les domaines qu’il peut afin de plaire à la belle !

Avec sa, Netflix arrive encore une fois à proposer une série de qualité auprès de ses spectateurs. Love est une série j’ai eu du mal à trouver des infos, la pub faite autour n’est pas très importante, tout le budget serait-il passé dans la future saison 2 de « Daredevil » ?
En tout cas je vous conseille fortement cette balade rafraichissante et amoureuse que Judd Apatow et son équipe nous livrent à merveille et qui se dévore le dimanche seul ou accompagné. Apatow livre tout son art et tout ce qu’il veut essayer de faire passer au spectateur. Une série forte et poignante a regarder seule ou a plusieurs !

Dofus, Livre 1 : Julith

0

 

 

  140611_dofus_livre1_julith 

Réalisation : Anthony Roux et Jean-Jacques Denis

Avec : Laetitia Lefebvre (Julith), Sauvane Delanoë (Joris), Jean-Claude Donda (Kerubim Crépin), François Siener (Luis), Emmanuel Gradi (Khan Karkass).


Synopsis : Dans la majestueuse cité de Bonta, Joris coule des jours heureux, aux côtés de Kerubim Crépin, son papycha adoptif. Mais tout bascule lorsque Joris, bravant l’interdiction de papycha, tente d’approcher son idole de toujours, la mégastar du Boufbowl, Khan Karkass. De son côté, Julith, la sorcière, revient avec une revanche à prendre et un objectif : anéantir Bonta. Joris et ses amis arriveront-ils à sauver la cité et tous ses habitants ?


 

DOFUS, LIVRE 1 : JULITH OU L’ANIMATION MADE IN FRANCE !

Avant toutes choses, j’aimerais clarifié le fait que je ne suis pas du tout fan du jeu, j’ai dû m’y essayer quand j’étais plus jeune mais sans plus. Mais je m’étais intéressé au Studio derrière, le studio « Ankama » à l’origine de cet univers. Car Dofus, ce n’est pas seulement un jeu ou un film, c’est une série, des BD, des comics, même des mangas … J’avais par curiosité regarder la série animé « Wakfu » dans la même veine que le film, alors que ce fut une série destinée aux enfants, je fus surpris de la qualité de cette dernière tant bien par l’animation que par l’histoire mature qui avance au fur et à mesure des épisodes. Donc ce fut avec grande curiosité, que je me rendis au cinéma et que je regardai avec grand intérêt le film Dofus.

Et quelle surprise que ce film Dofus … Un univers crédible qui nous est expliqué dès les premières secondes du long métrage. Montrant un héros orphelin à la recherche de ses origines … Un scénario digne des grandes épopées épiques du cinéma. Certes un schéma simple, trouvez un objet A pour contrer l’objet B … Mais ces avec les recettes les plus simples que l’on fait les meilleurs plats non ?
Attention je ne crie pas au chef-d’œuvre, mais le scénario simpliste est complété par des personnages fort attachants. Un Joris orphelin inventant une vie imaginaire a ses parents. Son amie Lilotte, orpheline elle aussi à la recherche d’une famille qui ne l’abandonnera pas, un « Papychat » comme ils l’appellent dans le film, qui aux fur et à mesure des années s’attache aux deux orphelins dont il s’occupe. Un Kan Karkass qui malgré la grande confiance en lui qu’il montre est un personnage qui a peur d’être seul et mal aimé., une Bakara, remplaçante de son frère, le héros sauveur de la ville ….
Plein d’élément qu’Ankama arrive à maitriser afin de nous livrer une histoire forte et émouvante. Ou chacun recherche quelque chose que cette aventure leur apportera peut etre.

dofus-livre-1-julith

Mais parlons de l’animation, oui une animation au petit oignon (ou ognon ?). Fait par les studios même d’Ankama. Ils ne nous déçoivent pas, habitué à la qualité de l’animation « Wakfu », on se retrouve ici avec une animation exemplaire. Des décors en 2D mais l’action faite en 3D, avec les moments de flash back fait pas des dessins un peu à l’encre de chine. Simple mais efficace. Ankama montre que l’animation européenne n’a rien a envie nos collègues d’outre-Atlantique qui nous en mette pleins la vue à chaque sortie chez nous. Une animation française exemplaire, quand on voit que des films comme « pourquoi je n’ai pas mangé mon père » arrive avec une animation de jeux vidéo des années 2000. Qui doit apprendre de qui ?

Avec des scènes d’action très bien faite, l’action n’est pas brouillonne, on comprend tout ce qui sa passe. Et une bataille de fin incroyable, qui mêle drôlerie pour les plus petits et épic pour les plus grands. Avec une Julith dans le rôle de l’ennemie de nos héros, totalement tourmenté et qui éprouvent une haine profonde envers le peuple qui juge trop vite les gens par rapport a leurs passé. Une morale digne des meilleurs Pixar.dofus-livre-1-julith-15-748x399

Malgré Tout, le film reste basique dans sa construction. Le scénario est vite prévisible, les personnages sont déjà vu dans divers autres films… Mais la maitrise de ses divers éléments fait qu’on passe un excellent moment et qu’a cette laisse emportée par l’univers qu’il nous est donné. On comprend qu’un univers complexe est caché derrière mais le simpliste avec lequel on nous l’explique honorable. Il devrait plaire aux fans du jeu qui se retrouve à un univers qu’ils connaissent et peut plaire à n’importe quelle publique comme moi-même. On espère vite trouver un livre 2 car on aimerait en connaître davantage sur l’univers qu’il est présenté et surtout revoir une démonstration de l’animation Made in France !