La Boum 2, de Claude Pinoteau

 

Date de sortie : 8 décembre 1982 (1h 43min)
Réalisateur : Claude Pinoteau
Acteurs principaux : Sophie Marceau, Pierre Cosso, Claude Brasseur, Brigitte Fossey, Denise Grey
Genre : Comédie romantique
Nationalité : Français
Compositeur : Vladimir Cosma, Cook da Books (chanson)

On croirait presque cet inconnu qu’elle dévisageait subrepticement à la toute fin du premier film…

Dans la pure tradition de son prédécesseur, La Boum 2 se déroule deux années plus tard alors que Vic, toujours jouée par Sophie Marceau, rentre en classe de seconde comme l’illustrent les incontournables Lagarde et Michard qu’elle balade dans les couloirs. Alors âgée de quinze ans et demi, elle échange par mégarde son passeport avec celui de Philippe, un jeune garçon joué par Pierre Cosso, au retour d’un voyage en Allemagne. Pratiquant la boxe française et affichant un sérieux air de beau gosse, Vic en tombe rapidement amoureuse, ce qui tombe à pic car il se trouve que ça fait déjà un an qu’elle n’est pas sortie avec un garçon ! Plus que jamais de connivence avec son arrière-petite-fille, Poupette n’en perd pas une tandis qu’elle l’encourage à déguster des sucreries en plein opéra en plus de lui donner de précieux conseils concernant son amie Pénélope (« Eh ben alors tu sors avec lui et si elle t’en veut c’est une conne ! »).

« – Bah alors c’est pas fini ? – Je t’ai jamais dit ça : avec toi c’est soit on se couche, soit on se plaque ! – Bah oui ! »
Jouer aux grandes, ou l’insouciance de la jeunesse…

La romance entre Vic et Philippe est bien sûr soulignée par une nouvelle musique lors d’un concert de rock du groupe Cook da Books. Si le film est marqué par des chansons telles que « Get It Together » et « Silverman », c’est bien « Your Eyes » qui accompagne les slows sous la mélodie romantique de Vladimir Cosma. Le plus amusant reste que « Reality », qui a fait les beaux jours du premier film, est carrément huée par les amis de Vic afin d’insister sur les modes qui se ringardisent en un rien de temps aux yeux des jeunes. Toujours aussi précoce, Samantha en vient rapidement à insulter sa sœur alors qu’elle la surprend à embrasser un garçon malgré son jeune âge (« Ben quoi j’ai treize ans j’ai le droit ! »). Le jeu des défis l’amène même à faire semblant de racoler les rues pendant trois minutes avec Vic, provoquant ainsi une bagarre de rue avec des bruitages de coups de poing particulièrement kitsch.

« T’es malade, en panne, enceinte, droguée, un coup dur : tu téléphones ! »

Le scénario traite des relations entre les adolescents d’une manière un peu plus mature que son aîné tout en conservant les inévitables jalousies entre filles (« Tu peux y aller j’en ai rien à f***** ! »), mais aussi entre Philippe et Vic lorsque cette dernière retrouve son ex pendant une soirée. Les expériences étant au cœur de la jeunesse, elle va jusqu’à ressentir une attirance envers un musicien de vingt-et-un an, sous les traits du jeune Lambert Wilson, avant de se rendre compte qu’elle a visé bien trop haut durant un repas trop ennuyeux pour elle. Dans la droite lignée de La Boum, cette suite en améliore la formule grâce à des scènes encore plus marquantes et à un scénario moins alambiqué concernant les quiproquos entre ses parents. Un césar du meilleur espoir féminin bien mérité pour la jeune Sophie Marceau, qui poursuit alors une carrière d’envergure en France puis à l’international.

Emmanuel Delextrat

Salut à tous ! Fasciné par le monde du cinéma depuis toujours, j'ai fait mes débuts avec Mary Poppins et La soupe aux choux, mais aussi de nombreux dessins animés (courts métrages Disney avec Mickey, Donald et Dingo ; longs métrages Disney avec Alice au pays des merveilles en tête ; animés japonais avec Sailor Moon et Dragon Ball Z ; j'aime aussi particulièrement Batman et Tintin). Mes années 90 ont été bercées par les comédies de Jim Carrey (Dumb & Dumber en tête), ou d'autres films que j'adore comme Les valeurs de la famille Addams, Street Fighter, Mortal Kombat, Casper et Mary à tout prix). C'est pourtant bel et bien Batman Returns qui figure en haut de mon classement, suivi de près par The Dark Knight, Casino Royale, Dragon l'histoire de Bruce Lee ou encore Rambo. Collectionneur, j'attache de l'importance au matériel et j'ai réuni deux étagères pleines de films classés par ordre chronologique. Il va sans dire qu'il m'en reste encore beaucoup à voir...

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :