Une merveilleuse histoire du temps de James Marsh

Date de sortie : 21 janvier 2015 (2h03min)
Réalisateur : James Marsh
Acteurs principaux : Eddie Redmayne, Felicity Jones, Charlie Cox, Emily Watson
Genre : Biographique
Pays d’origine : Royaume-Uni
Compositeur : Johann Johannsson

 

Une merveilleuse histoire du temps nous raconte l’histoire de l’un des physiciens les plus connus après Albert Einstein, nous parlons évidemment de Stephen Hawking.
Tout d’abord il faut savoir que le nom du film fait référence à l’ouvrage phare de Hawking écrit en 1988 : Une brève histoire du temps. Le mot « brève » utilisé pour des termes scientifiques, est ici remplacé par « merveilleuse » pour mettre en avant, l’histoire vécu par ce couple hors du commun. L’histoire du film a été inspirée par le livre le plus vendu de Jane Wilde Hawking « Travelling to infinity, my life with Stephen ».

Réaliser un film biographique est toujours une épreuve difficile, certes le scénario est (en général) plus simple à écrire car il dispose d’une base solide et des faits concrets, il n’en reste pas moins difficiles de réduire la vie d’une personne à un film de 1h50.
Certains film s’y sont cassés les dents, d’autres ont performés, certains font le choix de se focaliser sur une partie de la vie la personne en question (De Gaulle, Rocketman), d’autre sur leur vie entière mais en passant rapidement des étapes de leurs histoires (Cloclo, J.Edgar).

Pour celui-ci, James Marsh a fait le choix de nous replonger en 1963, Stephen a 21 ans et est à l’université de Cambridge, il est un brillant étudiant en cosmologie et entend bien donner une réponse simple et efficace au mystère de la création de l’univers. On y découvre un étudiant un peu maladroit, timide et charmant, avec un cerveau génial mais pas beaucoup de compétences sociales.
Tout en préparant son doctorat en physique quantique il va faire la rencontre d’une étudiante déterminée, Jane Wilde, lors d’une fête et va follement en tomber amoureux. Elle est l’une des rares femmes qu’il a rencontrées et qui arrivait à l’intriguer et le captiver, elle pouvait engager son intellect dans des discutions sur la religion, la poésie et la science. Il était tout simplement fasciner par elle.

Puis alors que leur relation prend de l’ampleur, Stephen va recevoir un coup terrible, il va chuter dans la cour de l’université, sa tête va heurter le sol et ses lunettes vont se briser. Il lui sera par la suite diagnostiqué une dystrophie neuromusculaire plus connue sous le nom de maladie de Charcot, qui va s’attaquer à ses membres, sa motricité, et son élocution, et finira par le tuer en l’espace de deux ans.
Malgré cette terrible nouvelle, et grace à l’amour indéfectible qu’elle lui porte et par son courage, Jane décide, contre toute attente de l’épouser et ils entament tous les deux un nouveau combat afin de repousser l’inéluctable. Jane l’encourage à terminer son doctorat, et alors qu’ils commencent une vie de famille, Stephen, doctorat en poche va s’attaquer aux recherches sur ce qu’il a de plus précieux : le temps.
Alors que son corps se dégrade, son cerveau fait reculer les frontières les plus éloignées de la physique. Ensemble, ils vont révolutionner le monde de la médecine et de la science, pour aller au-delà de ce qu’ils auraient pu imaginer : le vingt et unième siècle.

Comme souvent dans des films biographiques, le réalisateur et le scénariste se sont permis quelques libertés, certaines parties du film diffèrent un peu de la réalité pour donner un côté encore plus dramatique au film. Comme par exemple quand Jane danse au bal avec lui et commence par la suite à sortir avec, elle savait déjà, qu’il était atteint de cette maladie, contrairement au film qui attends la chute de Stephen pour lui diagnostiquer la maladie.

L’acteur britannique Eddie Redmayne (que l’on retrouve après My week with Marilyn et Les misérables) est boulervsant, il nous livre une incroyable prestation. Sa compatriote britannique Felicity Jones n’est pas en reste non plus, elle y est éblouissante.

A noter la scène finale du film qui est tout simplement magnifique, avec une des plus belles musiques signée Johann Johannsson.
Visuellement très imaginatif, Une merveilleuse histoire du temps est une histoire vraie inhabituellement convaincante, d’un couple extraordinaire, triomphant de l’adversité.

Bande-annonce :

Pierre

Bonjour à tous, Comme toutes les personnes présentes sur ce site, je suis un passionné de cinéma. Cela a commencé très jeune pour moi, bercé dans les cinémas et les VHS, j’y ai découvert un univers passionnant. Ouvert à tous les genres de films, des blockbusters américains aux cinémas d’auteurs en passant par la case MARVEL/DC. J’ai une petite préférence quand même pour les films qui arrivent à nous surprendre et ceux qui mettent nos cerveaux en ébullition (comme les films psychologiques). Voilà en bref, je suis un cinéphile amateur qui adore aussi les séries et surtout discuter, échanger sur le 7ème art.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :