Les 8 Salopards

 

Titre original

The Hateful Eight

Réalisation Quentin Tarantino

Scénario :Quentin Tarantino

Musique: Ennio Morricone

Acteurs principaux

Samuel L. Jackson
Kurt Russell
Jennifer Jason Leigh
Walton Goggins
Tim Roth

Sociétés de production: The Weinstein Company

Pays d’origine: États-Unis

Genre :western

Durée :167 minutes

Sortie: 2015

Après un grand western de la part de Tarantino, il décide de continuer avec ce genre.

En tout cas selon lui, Tarantino repart à ses sources le 8 clos, mais ici avec le contexte de l’après-guerre de Sécession, Tarantino continue à utiliser la figure du chasseur de primes après Shultz et Django, nous avons affaire à 2 autres chasseurs de prime : Marquis Warren et Ruth le bourreau.

Beaucoup de rumeurs disent que le personnage était à la base Django de plus la selle de Warren serait la même que Django de plus ce film traite aussi en fond du traitement des noirs dans l’histoire de l Amérique ici après la guerre de Secession.

Mais ce film aurait ne pas voir le jour, c est e regarder des séries et surtout des épisodes spécifiques où il y avait présence de personnes infectes de vrai salopards donc il se mit à imaginer un film qu avec des salopards enfermé entre eux mais un jour lorsque le scénario fut finit, un site de rumeur diffuse le scenario et donne à Tarantino l envie de tout arrêter sur ce film mais c est en le faisant jouer au théâtre avec la plupart des acteurs que Tarantino decida de reprendre le projet et de modifier un peu le scénario.

Aussi une première dans la filmographie, ce film va avoir sa propre bande son original qui de plus est composé par Ennio Morricone mais Morricone pour la B.O du film transforma un morceau inutilisé dans The Thing de John Carpenter.

C’est un film qui mélange les références.C’est une œuvre hybride.On a l’impression d être dans du Agatha Christie, dans un Leone, dans une série B, dans un John Carpenter, dans un film historique avec un fond politique.

Ce film nous emmène chez Agatha Christie, dans une sorte de cluedo mais ici le crime n’est pas encore commis. La seule chose de criminel sont les personnages.Des chasseurs de prime, des imposteurs, des criminels.

On n’est même pas sûr qu il y ait vraiment quelqu un pour délivrer Daisy mais comme ici tous les personnages sont des gens détestables, on ne peut faire confiance à personne.

Cela rappelle un autre film où on ne peut faire confiance à personne, aussi avec du Morricone en fond, The Thing de John Carpenter dans ce film.

Nous avons des chercheurs aussi un contexte météorologique fortement enneigé, un parasite s’infiltre entre eux, et tout le monde peut être un hôte de la chose.

Dans ce film, personne peut faire confiance à personne tout comme le spectateur qui peut faire confiance à personne et c est la même chose dans les 8 salopards.

Le titre n’est pas celui-là pour rien, c’est des gens détestables, des salopards, prêt à faire des coups bas.
Mise à part ces villains personnages, nous avons un film assez politique qui suit la continuité de Django,ce film evoque l après esclavage , l après guerre de Secession, on voit encore les traces de cette guerre dans cefilm grâce à l utilisation de l espace Tarantino nous présente à travers ces personnages les relations sociales de l époque , la relation avec les afro américain  encore mis de côté, le racisme est présent et on aurait tendance de s appitoyer mais lui Tarantino nous propose un protagoniste fort, malicieux.
Samuel L Jackson, l’alter ego de Quentin Tarantino
L’homme qui comprend le délire Tarantinesque
Cet homme qui interprète à chaque fois des personnages forts chez Tarantino.
Dans ce Tarantino, nous avons un sujet très politique encore d’actualité de nos jours comme l’art de paraître, la peine de mort et le racisme.
Ce film est l’oeuvre la plus convaincante de Tarantino sur sa période engagé avec les marginaux de la société.
Ce film est sublimé dans tous ces aspects que cela soit par son fond comme sa forme.
La meilleure photographie chez Tarantino avec Robert Richardson
Une bande originale signée par le légendaire Ennio Morricone
Le casting rempli d’excellent acteur ed’ acteurs connu chez Tarantino
Et bien sûr un Tarantino très mature sur son scénario ainsi que sa mise en scène
Tarantino a montré avec ce film qu’il pouvait faire un film très mature et engagé tout en utilisant son style unique. Cette maturité qui nous a montré comme Jackie Brown, que Tarantino, c’est peut-être parfois de la violence, du sang, de la vengeance, mais surtout un cinéma engagé plus profond.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :