The Irrationnal Man

066511065261.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx*

Professeur de philosophie, Abe Lucas est un homme dévasté sur le plan affectif, qui a perdu toute joie de vivre. Il a le sentiment que quoi qu’il ait entrepris – militantisme politique ou enseignement – n’a servi à rien.Peu de temps après son arrivée dans l’université d’une petite ville, Abe entame deux liaisons. D’abord, avec Rita Richards, collègue en manque de compagnie qui compte sur lui pour lui faire oublier son mariage désastreux. Ensuite, avec Jill Pollard, sa meilleure étudiante, qui devient aussi sa meilleure amie. Si Jill est amoureuse de son petit copain Roy, elle trouve irrésistibles le tempérament torturé et fantasque d’Abe, comme son passé exotique. Et tandis que les troubles psychologiques de ce dernier s’intensifient, Jill est de plus en plus fascinée par lui. Mais quand elle commence à lui témoigner ses sentiments, il la rejette. C’est alors que le hasard le plus total bouscule le destin de nos personnages dès lors qu’Abe et Jill surprennent la conversation d’un étranger et s’y intéressent tout particulièrement. Après avoir pris une décision cruciale, Abe est de nouveau à même de jouir pleinement de la vie. Mais ce choix déclenche une série d’événements qui le marqueront, lui, Jill et Rita à tout jamais. De Woody Allen Avec: Joaquin Phoenix Emma stone..Genre: Drame Thriller Romance 1h35.

Woody Allen m’a réellement étonné après m’avoir quelque peu déçu avec Magic in the moonlight avec sa muse Emma Stone (Birdman) et le brillantissime et oscarisé Colin Firth (Le discours d’un roi, Kingsman). Woody Allen est un homme étonnant et fascinant devant écrire un film par an a peu près depuis maintenant quelques années mettant en scène ses propres scénarios il est toujours à court de nouvelles idées mais ses films ont une couleur qui lui sont propres. Mon préféré à ce jour étant Minuit à Parisminuit-a-paris-a36 avec la divine et non moins excellente actrice Rachele Mc Adams (Sherlock Holmes, True detective II bientot à l’affiche pour Marvel: Dr Strange) et le talentueux Owen Wilson ( Starsky & Hutch, la nuit au musée) film qui m’avait séduit par son lieu évidement Paris. Magnifiquement filmée Paris devient une personnalité à par entière du film regorgeant de mystères et de magies, lieu de tous les miracles ou évidement tout peut arriver.

Minuit-a-Paris-VOST-Ext-2_reference

minuitParis8_thumb minuit-à-paris

Ce film était Une déclaration d’amour de Woody Allen à Paris, ville magique ! Un conte de fées des temps modernes fantastique et surréaliste un ton totalement décalé mais qui lui est propre burlesque à bien des moments  ou la nostalgie, l’art, l’amour et le vide de l’existence, avec voyage dans le temps sont à la clé. D’une belle légèreté, intelligent. C’est une patte Woody Allen, une manière d’écrire des répliques pour qu’elles fassent écho. Tous ces films ont cette force, on le retrouve à chaque coup à sa manière d’éclairer ses films d’y inviter la lumière, la couleur..De les mettre en scène.

595346Magic in the moonlight était en dessous de ce que j’attends d’un Woody Allen, trop peut être car tout ce qui fait le charme d’un film Woody Allen était bien là: C’est joli, c’est bien écrit, une romance élégante pleine de grâce. Interprétation tout en retenue de Colin Firth ou Emma Stone en ressort radieuse. Un film délicieux pleins de magie dont un je ne sais quoi m’avait manqué pour le hisser au top de ses films, rassurez vous il est quand même dans mon top 3.

This image released by Sony Pictures Classics shows director Woody Allen, center, with actors Emma Stone, left, and Colin Firth on the set of "Magic in the Moonlight." (AP Photo/Sony Pictures Classics, Jack English)/NYET412/639205900593/AP PROVIDES ACCESS TO THIS HANDOUT PHOTO TO BE USED SOLELY TO ILLUSTRATE NEWS REPORTING OR COMMENTARY ON THE FACTS OR EVENTS DEPICTED IN THIS IMAGE. THIS IMAGE MAY ONLY BE USED FOR 14 DAYS FROM TIME OF TRANSMISSION; NO ARCHIVING; NO LICENSING./1407241913
Woody Allen au milieu dirigeant les acteurs

 

WA14_D24_0464Tout cela pour en revenir à L’homme Irrationnel comme je disais on retrouve tous les codes qui font du cinéma de Woody Allen si unique mais il rajoute une pointe d’humour noir encore plus dosée que ces précédents films et ses dialogues philosophiques m’ont réellement captivés. Un homme totalement insensible au bonheur de la vie ne l’a comprenant pas et donnant de la romance à la mort. Un prof de philosophie qui malgré tout cela serait prit pour un génie auprès de ceux qui le rencontrerait. Ce qui m’a surpris avec ce film c’est au final tout ce qu’il cache, ce qu’au final la bande annonce ne nous montre pas et c’est peut être cette surprise qui a fait que ce fut un réel coup de coeur plus que pour son précédent plus prévisible d’un certain côté. Moi qui croyait une romance des plus « déja vu » je ne pouvais pas plus me tromper que cela. Joaquin Phoenix ( Gladiator, Her, The master) y est saisissant on le voit ventre bien portant, son interprétation physique étant compréhensible au personnage qu’il incarne désabusé et déconnecté du monde qui l’entoure. Emma Stone sa muse comme je disais plus tôt a été décrite par W. Allen parfaite pour le cinéma et il pense qu’elle sera la plus grande star féminine aux Etats-Unis dans les prochaines années à venir. Sacré compliment. Il exploite celle ci sous tous ses angles tant il sait la pépite qu’il a sous la main. Des scènes magiques y ressortent comme celle de la roulette russe ou le professeur joué par Joaquin Phoenix prend le flingue pour réellement attenté à sa vie s’il tombe sous la balle à sa vie.. Il précise qu’il a une chance sur deux de vivre ou mourir, une chance que dans d’autres conditions bien des hommes n’ont pas. Ce qui lui redonne gout à la vie m’a énormément fait rire aussi, comme le dit très bien l’affiche « Brillant, Cynique, Intelligent » et c’est justement ce cynisme prononcé qui fait tout le charme du film. Mr Allen continuer le cinéma le plus longtemps possible, on ne se lasse jamais.

455092.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxemma_stone_png_2__by_missselgomez-d5enssr

 

 

xavier dc

Une passion depuis tout petit, qui a grandi avec les films de De Funès et Bourvil que ma grand-mère me faisait découvrir. J’ai toujours aimé cet univers... Leonardo Dicaprio ou Tom Hanks ont contribué à me faire rêver année après année. J’ai écrit au lycée un court-métrage dans le cadre de l'option "audio-visuel", puis on s’est attelé à le réaliser. Je suis passé par la caméra - devant ou derrière, du casque-son à la perche. Toutes les étapes étaient plaisantes à faire et cela a confirmé que je voulais continuer dans cet univers car c’est le mien tout simplement, c’est la ou je me sens bien. Le futur je ne le vois que dans le cinéma. J’ai toujours voulu être acteur, quand je vois un film, il y a toujours un rôle ou je me dis : "tiens, j’aurais aimé être ce personnage !" Ce sont bizarrement rarement les 1er rôles que je trouve les plus intéressants. J’ai écris un scénario pour un jour, si je perce, pouvoir le réaliser... après avoir passé quelques années à apprendre avant bien évidement ! J'ai tourné dans un court métrage du réalisateur Florian Hessique qui avait pour titre "je ne dirai plus jamais je t'aime" dont la photo est d'ailleurs tirée. J'ai figuré dans la web série"Germains germaines" dont les réalisateurs sont maintenant des amis... Et je suis preneur de tous projets ! Le cinéma, il n’y a pas une journée sans que j’en parle ; ça fait tout simplement partie de moi ! une citation de Marin Scorcese m'aide à avancer chaque jour "Je faisais mon chemin mais le cinéma était une obsession".

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :