Dr Strange de Scott Derrickson : Critique de la rédaction

Dr Strange de Scott Derrickson

518191

Fiche technique:

Réalisateur: Scott Derrickson

Casting: Benedict Cumberbatch, Chiwetel Ejiofor, Tilda Swinton, Rachel McAdams, Mads Mikkelsen, Scott Adkins, Amy Landecker et Benedict Wong

Budget: environ 160 000 000$

Date de sortie cinéma: 26 octobre 2016

Genre: Science-Fiction, Aventure, Action

Nationalité: Américain

Durée: 1h55

 

str

 

orel

Après Civil War en avril dernier, voici Dr Strange dernier né de l’écurie Marvel, sous les traits du Dr Strange Benedict Cumberbatch (Sherlock,Star Trek into darkness). Après Civil War, loin d’être parfait, il fallait faire mieux avec Dr Strange. A la réalisation c’est Scott Derrickson qui s’y colle, un peu effrayant vu le remake assez minable du film « Le jour où la terre s’arrêta », mais bon on y va quand même. Le film nous présente le Dr Steven Strange, un grand neurochirurgien arrogant un peu comme Tony Stark aussi désagréable que lui : ils devraient bien s’entendre pour les films MCU, où il se rencontreront sans doute. Puis un jour il a un grave accident de voiture, où l’usage de ses mains est très limité, et c’est difficile vu son métier. Après cet accident il devient de plus en plus désagréable, même avec Christine Palmer une collègue et amie pour qui il a des sentiments. Ne sachant plus où il en est, et désespéré, Strange quitte New-York pour Katmandou pour rencontrer L’ancien qui s’avère être une femme.Il y fait la rencontre de Mordo qui seconde l’ancien et le bibliothécaire qui se nomme Wong. L’ancien va lui faire découvrir les mondes parallèles qui s’ouvrent à lui une fois qu’il pourra contrôler ses pouvoirs.

Lui, l’ancien et Mordo sont contraints de combattre Kaecilius, ancien élève de l’ancien qui veut se venger pour s’être senti trahi par cette dernière et Strange doit se confronter à lui et les hommes de Kaecilius. Autant dire que ce Marvel en met plein la vue, et bien plus encore en 3D, car oui je ne suis pas trop 3D… mais là c’est très réussi on ne peut le nier, c’est du grand spectacle. On l’impression d’être certaines fois dans un trip hallucinogène, tellement il y a toute ces couleurs et ces univers étranges. Dès le début du film, on est plongé dedans, on se croirait limite dans Inception dans la plupart des plans, et ce n’est pas mal du tout ,bien au contraire. C’est donc au niveau du visuel, que le film marque le plus de points ,pas de doute là-dessus. Comme tous les films Marvel, on aura droit au caméo de Stan Lee et ce n’est pas une surprise. Le reste du film est très intéressant et reste pour cette raison un des meilleurs Marvel, les touches d’humour sont bien dosées pour ne pas en faire trop et collent bien avec la personnalité de Strange. Bien qu’il ait beaucoup de points communs avec Stark, il est quand même plus sociable. Un Marvel qui finalement ravit visuellement surtout, mais là où le film fait des erreurs, c’est une fois de plus avec le super-vilain.

Les scénaristes MARVEL, doivent avoir un problème avec les méchants. Il semble qu’ils ne savent pas les développer .Ici pour Dr Strange, Kaecilius est le nouveau méchant. Les raisons qu’il a de se venger sont bonnes et ce n’est pas le problème. Il est là pour faire le méchant rien de plus, pas plus développé que ça, et c’est Mads Mikkelsen. Il aurait mérité mieux quand même. Bien que le film possède une mise en scène spectaculaire, le scénario se débrouille pas mal aussi, même si ce n’est pas le scénario du siècle, mais on ne demande pas grand-chose non plus. A l’écriture Jon Spaith, Thomas Dean Donnely et Joshua Oppenheimer, une écriture soignée, où le personnage de Strange est plutôt bien exploité. Le récit n’est pas mal, et offre une histoire forte intéressante, pas trop complexe ,c’est plutôt satisfaisant. Bien qu’on ait un méchant crédible, comme beaucoup de Marvel il manque de développement c’est assez navrant car il y avait du potentiel. Le casting quant à lui est assez grandiose, avec Benedict Cumberbatch en Dr Strange qui assure : c’est lui qu’il fallait . Tilda Swinton joue l’ancienne qui attise la colère de Kaecilius. Egalement au casting Chiwetel Ejiofor et Mads Mikkelsen en Kaecilius, une très bonne prestation comme d’habitude. Michael Giacchino, signe une fois de plus une très bonne bande originale, aux partitions épiques. Un Marvel qui nous offre, deux scènes post-générique mais je ne dis rien, si vous n’avez pas encore vu le film. Deux Marvel cette année Civil War et Dr Strange et c’est Strange, qui offre le meilleur long-métrage .Comme quoi ,en n’en faisant pas des tonnes, on livre quelque chose de meilleur.

Note attribuée: 14081295_10154495495274802_1005739519_n

 

Marvel's DOCTOR STRANGE..Doctor Stephen Strange (Benedict Cumberbatch)..Photo Credit: Film Frame ..©2016 Marvel. All Rights Reserved.

nico

Premier opus : comment introduire un nouveau perso tout en servant assez d’action ?

Troisième phase MCU, 14ème film, 7ème nouveau personnage (après Iron Man, Hulk, Thor, Captain America, les Gardiens et Ant Man et on ne compte même pas Deadpool), Scott Derrickson s’attaque à l’habituel défi : comment organiser la narration où il faut à la fois expliquer l’origine des pouvoirs du p’tit nouveau tout en servant la dose d’action indispensable ?

Après une scène d’intro où des forces mystérieuses s’opposent dans des dimensions mouvantes à la Inception, on entre dans le schéma classique. Le Docteur Stephen Strange – aussi talentueux que mégalo – se plante en voiture et perd l’usage de ses mains. Il rejoint le mystérieux Kamar Taj et devient rapidement un grand sorcier, sachant que le précédent disciple – Kaecilius – s’est retourné contre l’Ancien. L’affrontement est inévitable.

Rien de nouveau sous le soleil, ça fonctionne plutôt bien. L’arrivée du méchant se fait plutôt naturellement, et même si la première partie traine un peu, le film reste bien équilibré sur une durée raisonnable (1h55).

De vrais acteurs dans un blockbuster, ça donne quoi ?

Benedict Cumberbatch dans un Marvel, il fallait y penser ! Le Britannique délivre une prestation proche de la perfection, dans la lignée de Robert Downey et de son Tony Stark (les similitudes sont nombreuses entre les deux personnages). C’est assurément un point fort du film.

Tilda Swinton devient – à 55 ans – une reine des arts martiaux et de l’occulte. Elle qui nous a habitués à des rôles fouillés se montre également très crédible, dans un rôle plus complexe qu’il n’y parait à première vue.

Chiwetel Ejiofor (qui croisait déjà Cumberlatch dans 12 years of slave) incarne le Baron Mordo, bras droit de l’Ancien. L’acteur est ici sous exploité, coincé dans un registre trop secondaire. Mais la dernière post scène nous promet sûrement plus d’épaisseur dans le 2ème opus…

On peut citer rapidement Rachel Mc Adams, qui ne démérite pas dans le petit rôle de faire-valoir du chirurgien, ou Benedict Wong en Alfred version bonze qui a le mérite de proposer quelque chose.

Peut-on faire un bon film de super-héros sans bon(s) méchant(s) ?

Doctor Strange affronte Kaecilius, incarné par un Mads Mikkelsen peu inspiré. Le super vilain ne sert pas à grand-chose et n’apporte rien de nouveau dans l’univers Marvel. Les scènes de combat ne sont pas extraordinaires, même si l’aspect magie et effets spéciaux apportent une diversité toute bienvenue. Le personnage n’est pas fouillé, ne possède aucune originalité, ni un grand charisme. Ses pouvoirs sont habituels et le tout ne pousse pas le super-gentil à se transcender (même si on peut noter le passage plutôt réussi où la cape choisit Strange).

On finit par plonger dans la Dimension noire, avec le grand méchant Dormammu pour un enchainement digne d’un Jour sans fin au milieu des effets spéciaux. La scène n’est pas mal faite et vient apporter un peu de diversité à tous ces enchainements de distorsions du réel (dans la vie, tout est bon sauf l’abus !).

Quoi de neuf à Hollywood ?

Au final, le cahier des charges du bon film de super-héros est rempli. Les concepteurs n’ont pas oublié de glisser les inévitables touches d’humour (c’est même un peu trop quand on arrive à Kamar Taj) et on alterne entre les moments d’action et les moments de narration.

Le côté mystique et magie apporte une petite touche d’originalité (et permet de faire le lien entre le côté terrestre des Iron Man, Captain America et compagnie et la dimension extra-terrestre de Thor et des Gardiens).

On reste bien évidemment dans les standards calibrés du film Marvel avec les gentils qui combattent les méchants avec – comme d’habitude – des liens lointains unissant Doctor Strange avec les autres Avengers. Les fans apprécieront, les autres vont commencer à se lasser !

Note attribuée3-5

 

006

 

valentin

Doctor Strane de Scott Derrickson est le 2ème film Marvel de la Phase 3. Après un Civi-War plus que décevant mais qui fit exploser le Box-Office en rapportant plus d’un milliard de dollars dans le monde. Doctor Strange débarque dans le MCU un peu à la façon du film Guardians of the Galaxy en son temps. Il est censé apporter un vent de fraicheur dans le Marvel Cinematic Universe, qui en a cruellement besoin depuis Avengers Age of Ultron. Alors pari réussi pour Marvel ? Ou est-ce encore un film formaté ?

Le film est un peu le cul entre deux chaises. Car d’un côté il apporte son lot de nouveautés mais reste dans la veine des productions précédentes qui consistent à proposer un film tout public avec de l’humour et de l’action. On va commencer par les mauvais points du film. Le long métrage est comme la plupart des anciens films. Il est handicapé par l’humour trop présent et qui désamorce l’action quand quelque chose est sérieux. Même si certaines blagues fonctionnent bien comme celle sur le  » Wi-Fi  » qui est plutôt drôle pour le coup. Autre défaut récurent aux productions Marvel/Disney, c’est l’antagoniste qui est une fois de plus anecdotique, même si ses motivations reste compréhensibles. Mais là où est le problème, c’est qu’on ne demande pas à un tel acteur pour jouer un personnage lambda, car c’est Monsieur Mads Mikkelsen (Casino Royale, série Hannibal) qui l’interprète. Nous pouvons passer cette fois aux qualités. Tout d’abord ce qui saute aux yeux, c’est que le film propose ENFIN une direction artistique qui était aux abonnés absent depuis Guardians of the Galaxy. Enfin un long métrage qui est coloré et pas tout gris (hein Civil War) et qui possède des décors naturels. Et cette fois ce n’est pas un YESMAN derrière la caméra, pas comme les frères Russos, Peyton Reed ou encore Alan Taylor. Scott Derrickson à qui l’on doit « Sinister » et « Délivrez nous du Mal » a très bien pensé son film. Le film possède enfin une vraie mise en scène, avec de sublimes mouvements de caméra, les scènes où la réalité est altérée sont juste sublimes (mention spéciale à la course poursuite entre Kaecilius et Stefen Strange dans les rues de New-York). Les effets visuels sont sans surprise somptueux. Mais là où le film parvient à tirer son épingle du jeu en termes de qualités d’effets visuels, c’est qu’il reste selon moi le long métrage le plus jolie qu’est fait Marvel dans toute l’entièreté du MCU. Et pourtant le film a couté 2x moins chère que les films Avengers. Du coté des personnages c’est presque un sans-faute, Steven Strange ( merci la VF –’) aka Doctor Strange a des similitudes avec le personnage de Tony Stark, car il est arrogant, imbu de sa personne. Mais les similitudes avec le personnage de Stark s’arrête là, car ce personnage a perdu ce qu’il avait de plus précieux au monde : ses mains qui lui servent pour son métier de Neuro-Chirugien. Au début le personnage est réfractaire à l’univers magique et mystique, car il résonne de manière scientifique, mais au fil du film, il apprendra que la logique n’a pas sa place dans cet univers et qu’il faut se laisser guider. Le reste des personnages est plutôt bien développé et très intéressant pour certains. Comme l’Ancien joué par Tilda Swinton (la sorcière blanche dans le Monde de Narnia) est intéressant car le personnage cache un lourd secret qui va à l’encontre des règles qu’elle a fixé au sein du temple. Mordo est lui aussi intéressant car même si à la fin Doctor Strange arrive à défaire Kaecilius et l’entité maléfique Dormammu, le personnage ne trouve pas que c’est une victoire car l’Ancien lui à mentit et Strange a enfreint les règles pour sauver le monde. Mais comme dit Mordo, tout se paye un jour ou l’autre. Au niveau de l’histoire, c’est une origin story, mais une origin story bien construite et bien emmenée, dommage que par moment le film ne va pas assez loin. Même si l’histoire est bien écrite en soit. 

Note attribuée:bien

 

 

002

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Orel

Orel Durden (Créateur du site ,rédacteur en chef) Passionné ,cinéphile ,cinévore depuis petit ma passion pour le cinéma est immense mon réalisateur favori Steven Spielberg mon film culte de sa filmo E.T je ne m’en lasse pas ainsi que Jaws .Mon film culte préféré Fight Club de Fincher mon deuxuième réalisateur favori ,dont Zodiac s’ajoute a mes favoris de sa filmographie .Les films comme Alien de Ridley Scott ,Elephant de Gus Van Sant ,Into the Wild de Sean Penn ou encore Requiem for a dream de Aronofsky sont les oeuvres auquel je ne me lasse pas .Sinon si je devais ,dire deux film de Hitchcock ça serait « Psychose »et « les oiseaux » tout simplement des chef d’oeuvres .J’espère que ce site vous satisfait ,merci a vous et vive le cinéma .

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :