Vox Lux de Brady Corbet

Sortie 2 octobre 2019 en DVD
Durée 1h 50min
Genre Drame, Musical
De Brady Corbet
Avec Natalie Portman, Jude Law, Stacy Martin, Raffrey Cassidy, Jennifer Ehle, Maria Dizzia, Daniel London…
Musique Scott Walker et SIA

 

La musique pour se reconstruire

 

 

Synopsis

Etats-Unis, 1999. Armé d’un fusil d’assaut, un élève fait irruption dans une salle de classe et mitraille ses camarades. Touchée au cou, Céleste survit miraculeusement, mais ses blessures sont profondes. L’adolescente accepte de chanter lors d’une cérémonie commémorative. Cette performance va changer le cours de sa vie.

 

Aujourd’hui, on va parler d’un film un peu particulier, un long-métrage qui n’a pas connu de sortie en salles, mais une sortie directement en VOD. Peut-être que c’est mieux ainsi, au vu des critiques négatives que le film a reçu même encore aujourd’hui. Le film est signé Brady Corbet, mais il est surtout comédien pour être honnête, et avec Vox Lux il en est à son deuxième long-métrage. En tant qu’acteur, vous l’aurez vu peut-être dans : Eden, Funny Games U.S, Saint-Laurent ou encore Sils Maria et quelques autres. Avec Vox Lux, on est plongé dans l’univers de la musique pop, autant vous dire que d’ailleurs ce n’est pas vraiment appréciable, en ce qui concerne mes goûts. Il n’y aura que le titre Wrapped Up qu’on pourra retenir, parce que c’est un point de départ important aussi du récit. C’est un titre qui donne une certaine intensité, dans la scène, car la scène est assez émouvante. Le film parle de musique oui, mais aussi de terrorisme, ou l’on suit une jeune fille de 15 ans victime d’un attentat dans son établissement qui lui laissera des séquelles le reste de sa vie. Le film parle de reconstruction de soi-même, mais aborde aussi le terrorisme. On notera également que la tuerie dans l’école se déroule en 1999, l’année ou eu lieu la tuerie de Columbine. Ce n’est pas sans doute, pas par hasard, si l’année est la même que la tuerie cela peut-être une sorte d’hommage. Vox Lux a certainement de bonnes idées, ici et là, mais c’est loin d’être le film parfait.

 

Le point de départ de Vox Lux est le terrorisme, ainsi, on y découvre Céleste une adolescente de 15 ans, qui semble être une jeune fille exemplaire ou sa vie va prendre un tournant dramatique. Puis également au début, on suit rapidement aussi, un homme qui gare un véhicule à côté de l’établissement ou est scolarisé Céleste puis il descend du véhicule et s’en va. Ce véhicule fait partie de l’attaque que prépare l’un des élèves, pour tous les élèves de l’établissement, c’est la rentrée après des vacances. Un élève fait irruption dans la classe, il est armé et tire sur la prof puis braque son arme sur les élèves de la classe qui se réfugie au fond. Céleste, elle ne bouge pas, mais se retrouve contrainte de suivre ses camarades pour être exécutée. La jeune fille tente de résonner le jeune terroriste, mais il ne veut rien entendre et tire dans le cou de Céleste. Peu après les forces de police, entrent dans l’établissement, mais il est déjà trop tard. Le terroriste a exécuté les élèves de la classe, puis s’est tué, mais Céleste a miraculeusement survécu. Mais la jeune est grièvement blessée, sa blessure au cou se ressentira toute sa vie, il lui aura fallu de la rééducation pour s’en remettre ainsi qu’une période en fauteuil roulant. Lors de la commémoration, plutôt que de faire un discours Céleste chante une chanson, qui deviendra une hymne pour beaucoup et qui marquera le début d’une carrière dans la musique pour elle. Céleste est alors accompagné d’un agent, qui apporte son aide pour que la future carrière de Céleste se déroule au mieux. Si jeune au côté de sa sœur, elle connaît la gloire, elle tourne des clips, doit apprendre a danser, mais sa blessure la fait toujours souffrir. Pendant quinze ans, nous suivons l’ascension de Céleste dans le monde de la musique. La deuxième partie du film, se concentre sur sa vie d’adulte, ou elle prépare un gros concert en Croatie. Sur une plage du pays, des terroristes font irruption et exécute les nombreuses personnes qui s’y trouvent. Les terroristes portent les masques qui sont le symbole, du groupe musical de Céleste. Ce drame fait alors ressurgir, les blessures profondément enfouies en elle. Dans la deuxième partie, toujours, on y découvre une autre Céleste elle est bien plus célèbre et elle a un grand succès. Elle et sa sœur sont en conflit, alors qu’elles étaient proches dans le passé, d’ailleurs, Céleste est particulièrement méchante avec sa sœur qui s’occupe d’Albertine la fille de Céleste. Le film se divise en trois parties : la genèse, la re-génèse et le final, une façon intéressante d’aborder l’évolution de Céleste.

 

La mise en scène est aussi intéressante parfois, notamment au début où il y a des idées. Mais le film souffre de longueurs évidentes, parfois qu’on s’y perdrais mais le narrateur est là. Brady Corbet écrit le scénario de son film, en abordant avec intérêt la reconstruction d’une jeune fille, qui a subit un traumatisme le personnage de Céleste est vraiment bien développer. Dans la deuxième partie du film, il est difficile d’apprécier Céleste dans la façon dont elle traite sa sœur. Puis sa célébrité semble l’avoir rendu vraiment désagréable, les blessures sont certes encore là, mais est-ce une raison ? On découvre également une Céleste, mère d’une jeune fille de 15 ans, très peu présente pour cette dernière et qui dans son rôle de mère est loin d’être parfaite. On saura à la fin du film, ce que Céleste avait dit a sa sœur en début de film. Car en effet Céleste avait révélé à sa sœur, qu’elle avait signée un pacte avec le diable. Ce pacte ou elle avait comme devoir, d’avoir de l’argent puis faire carrière dans la musique et être célèbre. On retiendra avec ce film que la célébrité, peut rendre désagréable. Cependant, les parties du film décrivent, bien l’évolution du personnage de Céleste. La fin du film s’étire avec des mauvaises chansons, ou rien qu’a l’entente le film renvoi un aspect très commercial de ce genre de musique, pas étonnant quand on voit que SIA est la compositrice des musiques. Natalie Portman chante bien oui, mais son jeu est parfois limite, Stacy Martin est beaucoup plus agréable. Jude Law n’apporte pas vraiment grand chose au récit, il est parfois inutile, mais son jeu reste appréciable. Willem Dafoe en narrateur en revanche est parfait, j’aime beaucoup sa voix qui apporte beaucoup au film. Vox Lux n’est pas un mauvais film, mais ce n’est pas un bon film non plus malgré ses qualités.

 

Bande annonce

Orel

Orel Durden (Créateur du site ,rédacteur en chef) Passionné ,cinéphile ,cinévore depuis petit ma passion pour le cinéma est immense mon réalisateur favori Steven Spielberg mon film culte de sa filmo E.T je ne m’en lasse pas ainsi que Jaws .Mon film culte préféré Fight Club de Fincher mon deuxuième réalisateur favori ,dont Zodiac s’ajoute a mes favoris de sa filmographie .Les films comme Alien de Ridley Scott ,Elephant de Gus Van Sant ,Into the Wild de Sean Penn ou encore Requiem for a dream de Aronofsky sont les oeuvres auquel je ne me lasse pas .Sinon si je devais ,dire deux film de Hitchcock ça serait « Psychose »et « les oiseaux » tout simplement des chef d’oeuvres .J’espère que ce site vous satisfait ,merci a vous et vive le cinéma .

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :