Greta de Neil Jordan

Origine : États-Unis
Casting : Isabelle Huppert, Chloë Grace Moretz, Maika Monroe
Durée : 1h38
Sortie : 12 juin 2019
Genre : Thriller

Synopsis

Quand Frances trouve un sac à main égaré dans le métro de New York, elle trouve naturel de le rapporter à sa propriétaire. C’est ainsi qu’elle rencontre Greta, veuve esseulée aussi excentrique que mystérieuse. L’une ne demandant qu’à se faire une amie et l’autre fragilisée par la mort récente de sa mère, les deux femmes vont vite se lier d’amitié comblant ainsi les manques de leurs existences. Mais Frances n’aurait-elle pas mordu trop vite à l’hameçon ?

36277616_Greta_P4

5510

Si le synopsis de Greta ne semble pas particulièrement original et ne présage rien de foncièrement inattendu, il peut néanmoins faire espérer un bon thriller, servi par des actrices de talent.

La première partie nous présente essentiellement le personnage interprété par Chloé Grace Moretz (actrice fort appréciée, mais qui ne semble pas toujours avoir la possibilité de donner à voir l’étendue de son talent, faut de films convaincants). Frances est une jeune femme qui vient de s’installer à New-York (dans l’appartement d’une de ses amie, cadeau de son père, (on n’a pas tous la même vie)), gentille et un peu naïve, elle devient la cible parfaite de Greta. Une ambiance malsaine et inquiétante s’instaure au fil de leurs rencontres, le spectateur commence à s’interroger pour démêler le faux du vrai et tente de comprendre le personnage énigmatique et effrayant interprété par Isabelle Huppert.

Malheureusement, passé cette première partie que l’on pourrait qualifier « d’introduction », l’on s’éloigne progressivement (et malheureusement) de nos espérances. En effet, à force de faux rebondissements plus illogiques qu’inattendus, le film finit par souffrir de gros problèmes de rythme extrêmement dommageables. Aussi, le film accumule les incohérences, vraisemblablement par paresse d’écriture. Le spectateur a ainsi l’impression à plusieurs reprises que le film lui dit « c’est bon comme ça, ne réfléchissons pas trop ». Contrairement à la bande-annonce, nous ne souhaitons pas trop en « divulgâcher », mais disons seulement que l’intrigue se voit ainsi simplifiée, en évacuant des points pourtant centraux. Cette schématisation à outrance engendre un autre problème : l’anticipation de presque chaque élément de la part du spectateur, qui risque bien de finir par s’ennuyer devant un film qui semblait somme toute prometteur.

Restent toutefois Isabelle Huppert, très convaincante dans son rôle de vieille dame pas si gentille ni innocente et Chloë Grace Moretz, tout aussi douée dans son rôle de jeune femme fraîchement débarquée dans une ville inconnue, et qui se fie trop facilement à tout le monde.

Sans être totalement mauvais, Greta est un film dont on sort déçu, se disant qu’il aurait pu être réussi. Il permet néanmoins de passer un moment qui n’est pas désagréable, sans vraiment s’effrayer ni se prendre la tête… mais sans non plus être témoin d’une œuvre qui fera date.

greta22

Anne-Laure
Passionnée de culture en général et notamment de cinéma. J’apprécie autant découvrir et parler de grands classiques, de films « à succès » ou de petites pépites (presque) inconnues, de toute époque et de tout genre, avec sans doute un amour plus particulier pour le cinéma d’animation. Les découvertes, leur transmission et leur partage m'intéressent plus que tout et j'aime me dire que je peux y contribuer.

Laisser un commentaire