Aller à la barre d’outils

Color Out Of Space de Richard Stanley

Sortie Prochainement
Durée 1h 53min
Genre Epouvante-horreur, Science fiction
De Richard Stanley
Avec Nicolas Cage, Q’Orianka Kilcher, Joely Richardson, Madeleine Arthur, Tommy Chong, Elliot Knight, Brendan Meyer…
Nationalités Américain, Malaisien, Portugais
Musique Colin Stetson

 

La vie, la mort en couleur

Synopsis

Interdit aux moins de 16 ans

D’après la nouvelle La Couleur tombée du ciel de Howard Phillips Lovecraft sortie en 1927.

Les Gardner ont à peine le temps de s’habituer à la vie de la campagne qu’une météorite explose dans leur jardin en pleine nuit, dans un halo d’une lumière qui n’existe pas. Peu à peu, la propriété familiale semble contaminée par un mal indicible, qui affecte la flore, la faune… et les Gardner.

Réalisateur, scénariste et même acteur Richard Stanley, n’en est donc pas à sa première réalisation avec Color Out of Space. Il s’illustre beaucoup dans des films fantastiques, horreur un genre qu’il semble beaucoup aimer. Son premier film date de 1991, puis peu de films après ça. Cette année marque son retour, avec l’adaptation d’une nouvelle d’Howard Philipps Lovecraft, qui se nomme « la couleur tombée du ciel« . Nicolas Cage dans le rôle principal, qui depuis Mandy s’illustre dans des rôles plus intéressants même si quelquefois il joue encore dans des navets. Color Out of Space, n’est pas un film comme les autres c’est le moins qu’on puisse dire et on ne peut être insensible à ce genre d’oeuvre. Difficile de catégoriser ce genre de films, en premier on pourrait dire qu’il s’agit de science-fiction, horreur mais le film est tellement riche qu’il faudrait de nouveaux mots, pour vraiment lui donner un genre. Ce film de Richard Stanley, est évidemment pour un public averti beaucoup n’adhérons pas au style, parce que c’est violent, gore et même dérangeant parfois. Si vous avez aimé Mandy, peut-être que ce style certes différent vous plaira.

 

La famille Gardner vit dans une maison, en pleine campagne isolée dans la ville d’Arkam. Nathan le père tente avec sa femme de se retrouver après que cette dernière s’est faite opéré d’un cancer. Ses enfants deux ados, plus un jeune garçon. Sa fille est intéressée par ce qui est rituel, tandis que son fils est fasciné par les trous noirs, le plus jeune lui est craintif et secret. Une nuit alors que la famille s’apprête à s’endormir, une météorite s’écrase juste devant chez eux. Leurs plus jeune garçon semble perturbé, par ce qui vient de ce passé. Le lendemain le maire de la ville vient sur les lieux, avec le shérif, puis un hydrologue venu en ville pour faire des tests sur l’eau de la ville. Cette météorite semble étrange, elle semble vivante, et semble renfermée de nombreuses choses. Peu après le crash, de cette dernière le comportement des Gardner change, et de façon plutôt inquiétante cette météorite en serait la cause. Celle-ci parfois dégage une forte lumière rose, et semble happée ce qui se trouve autour elle semble même hypnotisée et donner des hallucinations. Color Out of Space, et un film prenant on n’en ressort pas indemne l’expérience est tellement particulière comme Mandy, de Panos Cosmatos, mais ici le style et le genre est différent. L’expérience est parfois dérangeante, surtout dans la dernière partie du film. Visuellement c’est incroyable, une photographie incroyable de toute beauté ou la couleur ne fait qu’accentué tout ça. Une mise en scène que Richard Stanley maîtrise, dans chaque plan et on savoure tellement c’est maîtrisé. On ne vous cachera pas que le film est violent, avec des images parfois très dérangeante et malsain. C’est une réalisation pleine de mystères, où l’on se pose plein de questions.

 

Venue d’ailleurs cette météorite est d’origine extraterrestre, cette chose semble vouloir happer, tout ce qui se trouve autour mais elle ne fait pas que ça c’est une menace bien plus redoutable. Cette menace, fait du mal, aux humains et aux animaux aussi. Une chose venue d’ailleurs, qui a aussi le pouvoir de joué avec le temps, le manipulé afin de faire perdre toute conscience. L’effet du long-métrage est psychédélique, on n’est totalement  ailleurs durant la durée du film. L’écriture est de Richard Stanley et Scarlett Amaris, ou le traitement des personnages est plutôt intéressant. Mais le film nous interroge sur certaines choses, comme la place que nous avons sur la planète, ou bien sur ce que nous sommes. Avec l’arrivée de cette chose, le comportement des Gardner change sans qu’ils ne s’en rendent compte. Face à cette menace inconnue, les Gardner n’ont aucun contrôle, il n’aura fallu que quelques heures à cette chose pour que la vie de cette famille deviennent un véritable cauchemar. Eux qui venaient de traversée une épreuve difficile, ils étaient maintenant face à quelque chose d’inimaginable. C’est une écriture très riche, sur toutes ces choses que le film possède. Nicolas Cage s’en sors à merveille, dans le rôle de ce père de famille qui vacille peu à peu. Joely Richardson est éblouissante, dans le rôle de la femme de Nathan. On pourra retenir les prestations, des trois enfants Madeleine Arthur, Brendan Meyer et Julian Hilliard. Richard Stanley adapte l’oeuvre de H. P. Lovecraft, dans un style extraordinaire. L’aspect technique est irréprochable, c’est d’ailleurs un des points forts du film, on ne peut être que subjugué. Même si y a de la beauté dans tout ça, c’est une menace et elle est redoutable. Richard Stanley signe un film, ou je pense qu’en plusieurs visionnages on découvre de nouvelles choses tellement le film est riche. Hypnotisant, malsain et dérangeant Colour Out of Space, est une expérience à vivre tellement elle est intense et vous n’oubliez pas.

 

Bande annonce

Orel

Orel Durden (Créateur du site ,rédacteur en chef) Passionné ,cinéphile ,cinévore depuis petit ma passion pour le cinéma est immense mon réalisateur favori Steven Spielberg mon film culte de sa filmo E.T je ne m’en lasse pas ainsi que Jaws .Mon film culte préféré Fight Club de Fincher mon deuxuième réalisateur favori ,dont Zodiac s’ajoute a mes favoris de sa filmographie .Les films comme Alien de Ridley Scott ,Elephant de Gus Van Sant ,Into the Wild de Sean Penn ou encore Requiem for a dream de Aronofsky sont les oeuvres auquel je ne me lasse pas .Sinon si je devais ,dire deux film de Hitchcock ça serait « Psychose »et « les oiseaux » tout simplement des chef d’oeuvres .J’espère que ce site vous satisfait ,merci a vous et vive le cinéma .

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :