Date de sortie : 28 février 2018 (Belgique, Indonésie, …), 4 avril 2018 (France)
Réalisateur : Francis Lawrence
Acteurs principaux : Jennifer Lawrence, Joel Edgerton, Matthias Schoenaerts, Charlotte Rampling
Genre : Thriller, espionnage
Nationalité : Américain
Compositeur : James Newton Howard

 

L’art n’est qu’un prétexte.

Adapté du roman éponyme de Jason Matthews, Red Sparrow est un thriller d’espionnage dans lequel Jennifer Lawrence (Joy, Passengers, Mother !) incarne une jeune danseuse étoile du nom de Dominika, dont la carrière se brise après que son partenaire du Bolchoï lui casse accidentellement le tibia lors d’une représentation. Pour continuer de subvenir aux besoins de sa mère, son oncle Ivan lui propose de travailler pour le service de renseignement extérieur, qui a succédé à la première direction du KGB depuis la chute de l’URSS. Il l’inscrit alors à l’école des moineaux, où de jeunes recrues apprennent à utiliser leurs charmes et leurs corps comme des armes de séduction afin d’obtenir des renseignements sur des ennemis de la patrie. Elle reçoit alors les instructions de la très rigide Matron, interprétée par Charlotte Rampling (Basic Instinct 2, Assassin’s Creed, Benedetta), dans une violence parfois humiliante où les jeunes femmes sont amenées à réaliser toutes sortes de pratiques sexuelles devant les autres afin de se faire valoir. D’autres personnalités comme le mystérieux général Korchnoi, joué par Jeremy Irons (Faux-Semblants, Appaloosa, Batman V Superman), semblent veiller à ce que chaque recrue soit utilisée comme la maison l’entend.

La séduction, arme fatale…
La reine dans le palais des courants d’air.

Alors que Dominika doit séduire et extorquer un agent infiltré de la CIA interprété par Joel Edgerton (Star Wars II et III, The Thing 2011, It comes at Night) en utilisant un faux nom, elle met au point une stratégie afin de se retourner contre ses véritables ennemis. Mené avec brio pendant plus de deux heures, le scénario est assez solide et maintient une bonne intrigue entre manipulation et sauvagerie. La violence elle tellement représentée qu’elle fait partie intégrante de l’esthétique du film avec beaucoup de sang qui coule, des meurtres impitoyables (étranglement à la ficelle, coups aux outils tranchants, torture) et une brutalité sexuelle bien marquée. Le fait qu’un scénario se déroulant en Russie soit mis en scène par des Américains peut toutefois laisser penser que cette violence contient sa part de caricature. Mais malgré une histoire assez classique, sa complexité tire son épingle du jeu et Red Sparrow se veut très réussi, Jennifer Lawrence arborant une fois de plus une incroyable prestance.

Piéger ou être piégée…


Article précédentL’Empereur de Paris, de Jean-François Richet
Article suivantFLOP FILMS 2018 de la rédaction
Emmanuel Delextrat
Salut à tous ! Fasciné par le monde du cinéma depuis toujours, j’ai fait mes débuts avec Mary Poppins et La Soupe aux Choux, mais avec aussi de nombreux dessins animés comme les courts métrages Disney avec Mickey, Donald et Dingo, les longs métrages Disney avec Alice au Pays des Merveilles en tête, les animés japonais comme Sailor Moon et Dragon Ball Z ainsi que d’autres séries comme Batman et Tintin. Mes années 90 ont été bercées par les comédies avec Jim Carrey (Dumb & Dumber en tête) ou d’autres films que j’adore comme Les Valeurs de la Famille Addams, Street Fighter, Mortal Kombat, Casper et Mary à Tout Prix. C’est pourtant bel et bien Batman Returns qui figure en haut de mon classement, suivi de près par Casino Royale, Et Pour Quelques Dollars de Plus, Kill Bill ou encore Rambo. Collectionneur, j’attache de l’importance au matériel et j’ai réuni trois étagères pleines de films classés par ordre chronologique. Et plus on découvre de nouveaux films, plus on se rend compte qu’il nous en reste en fait énormément à voir…

Laisser un commentaire