Aller à la barre d’outils

Le peuple de l’enfer de Virgil W. Vogel

Pays États-Unis
Année 1956
Casting John Agar, Cynthia Patrick, Hughes Beaumont,…
Genre Science-fiction, Aventure

On continue d’aborder les sorties d’Elephant Films avec une série B qui aura su gagner en popularité.

Des archéologues découvrent un peuple d’êtres humains albinos vivant sous la terre.

Après « Le monstre de l’abîme », nous voilà de retour pour prolonger notre découverte de films classiques proposés par Elephant Films avec un film qui a su glaner ses jalons de classique sous son nom original, « The mole people ». Pourtant, on ressent assez souvent le budget étriqué avec lequel l’équipe a dû faire face, notamment en essayant de se rapprocher du style plus maîtrisé d’un Jack Arnold. Néanmoins, on sent l’envie d’aventure et de divertissement avec une envie de sérieux, tel qu’illustré par l’ouverture faite par un professeur voulant rappeler à quel point l’histoire est à prendre au premier degré.

Les ravages du temps l’inscrivent néanmoins dans quelque chose moins à l’avenant scientifique que ce qui est tenté ici mais cela n’empêche pas d’apprécier le film tant celui-ci parvient à s’inscrire dans une imagerie assez intéressante pour que l’heure 17 de métrage passe de façon très rapide. Les aficionados des films de monstre des années 50 devraient être conquis, surtout par les toujours bonnes éditions offertes par Elephant Films, notamment grâce à l’appréciable introduction de Jean-Pierre Dionnet et l’excellente facture technique du disque reçu.

Il y a de quoi se faire une agréable (re)découverte avec cette édition du « Peuple de l’Enfer », sympathique série B qui s’avérera intéressante pour ses éponymes Mole people et son divertissement malgré qu’il soit clairement marqué dans des archétypes du film de monstre, bien qu’il soit loin de se limiter à cet aspect. De quoi enrichir sa culture du fantastique des années 50 avec une bande pas prétentieuse malgré son ouverture et dont le visionnage procure toutes les promesses qu’un tel film puisse offrir.

Liam Debruel

Amoureux du cinéma. À la recherche de films de qualités en tout genre,qu'importe la catégorie dans laquelle il faut le ranger. Le cinéma est selon moi un art qui peut changer notre vision du monde ou du moins nous faire voyager quelques heures. Fan notamment de JJ Abrams,Christopher Nolan, Edgar Wright,Fabrice Du Welz,Denis Villeneuve, Steven Spielberg,Alfred Hitchcock,Pascal Laugier, Brad Bird ,Guillermo Del Toro, Tim Burton,Quentin Tarantino et Alexandre Bustillo et julien Maury notamment.Écrit aussi pour les sites Church of nowhere et Le quotidien du cinéma. Je m'occupe également des Sinistres Purges où j'essaie d'aborder avec humour un film que je trouve personnellement mauvais tout en essayant de rester le plus objectif possible :)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :