Date de sortie : 20 juillet 2016 – Durée : 2h01 – Film d’action/SF américain

Réalisé par Roland Emmerich

Avec Lim Hemsworth, Jeff Goldblum, Bill Pullman, Maica Monroe, Jessie Usher

20 ans après, l’idée est venue de faire une suite, avant que ce concept « original » ne devienne une franchise d’au moins trois opus ! A l’époque, le film était sorti juste avant le Mars Attacks. On disait alors que là où Tim Burton misait sur la fantaisie, Roland Emmerich mettait en valeur l’aspect sérieux de cette invasion extraterrestre.

Independance Day 1

Déjà, à l’époque, les Américains étaient forts. Très forts même. On avait un peu tremblé devant ces méchants aliens, les destructions s’avéraient importantes, mais Will Smith (en Capitaine Steven Hiller, pas en Agent J) et ces copains-héros de la bannière étoilée avaient trouvé le moyen de repousser les vilains ovnis. Mais comme l’on pouvait s’y attendre, ils sont de retour. Les ovnis, pas Will Smith, visiblement trop gourmand pour Hollywood. Tant pis, on va dire qu’il est mort, et puis on nommera son fils chef de l’armée spatiale !

Independance Day 2

Quoi de neuf pour cette Resurgence ? Et bien grand-chose à vrai dire. Une troupe de jeunes pilotes emmenés par un Liam Hemsworth encore plus cool que Tom Cruise dans Top Gun. Des effets spéciaux toujours plus spectaculaires. Et une sorte d’intelligence virtuelle – sorte de Pokéball – qui nous prépare très naturellement un troisième épisode.

INDEPENDENCE DAY: RESURGENCE

A part ça ? Emmerich met une bonne heure à poser l’intrigue, entre l’introduction des nouveaux personnages et l’explication de ce que sont devenus les anciens. Le « scénario » , très fortement calqué sur celui de 1996, est très prévisible. On a de la destruction massive, des scènes d’action avec des pilotes qui attaquent l’Etoile Noire, euh le vaisseau mère, des relations pleines d’amour et de bons sentiments. Bref, pas grand-chose.

Les Américains sont toujours aussi grands et courageux. Ils osent même un discours sur le besoin pour notre monde de s’unir car ensemble, on est plus fort (avec un plan final qui nous offre une Tour Eiffel…). Un énième blockbuster pour faire du fric, inutile pour le spectateur.

 


Article précédentL’origine de la violence (2016)
Article suivantStar Wars le réveil de la force de JJ Abrams
City Zen
Nicolas, 37 ans, du Nord de la France. Professeur des écoles. Je suis un cinéphile éclectique qui peut alterner entre blockbusters, films d’auteur, films français, américains, petits films étrangers, classiques du cinéma. J’aime quand les films ont de la matière : matière à discussion, à interprétation, à observation, à réflexion… Quelques films que j’adore pour cerner un peu mes goûts : Matrix, Mommy, Timbuktu, la Cité de la Peur, Mission Cléopâtre, Ennemy, Seven, Fight Club, Usual Suspect, Truman Show, Demain, Big fish, La Haine, La Vie est belle, Django, Rubber, Shutter Island...

Laisser un commentaire