Les Mutinés du Téméraire de Lewis Gilbert

Réalisé par Lewis Gilbert

Sorti en 1962

Avec, Alec Guinness, Dirk Bogarde, Maurice Denham, Nigel Stock

Genre : Aventure, Guerre

 

 

La critique de Liam,

 

La guerre et l’isolement maritime poussent les personnes dans leurs retranchements. C’est dans cette incertitude géographique et morale que se dessinent les destins et que se concrétisent les comportements de chacun au vu de ces contextes destructeurs. Il n’est pas étonnant dès lors d’avoir vu en quelques temps de distance trois longs-métrages suivant une mutinerie : « Les révoltés du Bounty » par Lewis Milestone, « Billy Bud » de Peter Ustinov et le film qui nous intéresse aujourd’hui, « Les mutinés du téméraire » de Lewis Gilbert.

Le film profite déjà de la présence au casting des charismatiques Alec Guinness et Dirk Bogarde, dont l’affrontement rythmera une bonne partie du film. Le duel se fait ainsi jeu d’échec dans les rapports humains, dans les stratégies adoptées par chacun sur ce bateau étouffant. L’aspect social est au cœur de l’intrigue et joue de ce rapport de force avec une lutte aussi acharnée que celle que l’armée souhaiterait faire passer chez ses membres.

Le ramassage des gens à la sortie des tavernes et l’obligation de se diriger vers les flots des combats n’est qu’une des raisons derrière cette mutinerie, cette colère sourde qui finit par gronder au fur et à mesure de l’accumulation du traitement mécanique qu’ils subissent. Gilbert parvient à capter cela avec assez d’action et de manigances pour aller plus loin que l’affrontement manichéen de départ et aller vers quelque chose de bien plus intéressant sur les situations sociales des personnages.

 

Les deux acteurs qui portent le film sur leurs épaules

Cette édition proposée par Rimini est donc une belle occasion de découvrir ce film pour la première fois en haute définition en France, avec comme bonus une interview d’Agnès Blandeau, maître de conférence en anglais à l’université de Nantes. Bien moins reconnu que le film de Lewis Milestone avec Marlon Brando, « Les Mutinés du Téméraire » est une belle proposition oscillant entre l’aventure et la confrontation psychologique qui n’a pas trop mal vieilli.

 

 

 

 

 

 

 

La critique de Nicolas,

Réalisateur de trois James Bond, Lewis Gilbert livre avec Les Mutinés du Téméraire un film maritime fascinant et profondément humain.

S’intéressant à la guerre napoléonienne, le film suit la déambulation d’un navire de guerre Anglais, Le Téméraire, et son équipage.
Se déroulant en 1797, le film s’intéresse à une mutinerie fomentée par l’équipage du navire. Celle-ci est liée aux tensions provoquées par le commandant Lieutenant Scott-Padget.
Le lieutenant est un personnage particulièrement cruel qui n’hésitera pas à user d’une violence particulièrement sauvage sur ses hommes pour les punir.

La mutinerie explosera lorsque Scott-Padget prendra la place du Capitaine Crawford puisque ce dernier a été blessé lors d’un assaut à l’encontre d’un navire Français.

Crawford s’avère être le contraire de Scott-Padget en terme de conception morale et militaire.

Une opposition marquée par la mise en scène du film

 

 

 

 

Lewis Gilbert marquera donc dès l’ouverture du film une opposition entre les deux hommes. Opposition qui annoncera la mutinerie puisque le navire repose sur des bases fragiles.
Le Téméraire apparaît donc comme une micro-société. Gilbert accentue ce fait en filmant les marins dans un espace fermé et peu éclairé contrairement aux quartiers des supérieurs qui sont situés au-dessus de la coque et donc équipés de fenêtres.

On pourrait y voir des points communs avec le traitement de l’opposition marins/commandants déjà exprimées dans le très grand Cuirassé Potemkine de Sergueï Eisenstein.
Les Mutinés du Téméraire exprime la même volonté de montrer la violence du traitement des marins par les instances supérieures symbolisées ici par Scott-Padget pour emporter le spectateur dans son propos.

Gilbert filme de face le mépris et les violences subies par l’équipage pour créer un rapport émotionnel entre les spectateurs et les victimes de Scott-Padget. On pensera à la séquence où ce dernier fait corriger un enfant.

 

 

 

 

Le film comporte également des séquences de batailles navales

époustouflantes et particulièrement immersives .

 

 

 

 

Alec Guinness et Dirk Bogarde incarnent tout les deux très bien leurs personnages et livrent un duo en opposition d’une grande puissance qui représentera l’équilibre du navire. C’est en cela que Gilbert propose un film profondément humain surtout avec ce final particulièrement émouvant.

Les Mutinés du Téméraire est donc un film à voir de toute urgence sachant qu’il débarque dans une version restaurée d’une grande qualité chez Rimini accompagné d’un livret et d’une interview vidéo d’Agnès Blandeau, maître de conférence en anglais.

Le film sortira le 2 juin dans toutes les enseignes culturelles.

Nicolas Perreau

Le cinéma c'est ma vie !! J'aime beaucoup de réalisateurs, Ridley Scott, David Lynch, Bong Joo Ho, Hayao Miyazaki etc... Et mon film ultime c'est Blade Runner ! Bonne lectures de mes modestes articles !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :