Date de sortie : 11 juin 2022 (Japon), 5 octobre 2022 (France)
Réalisateur : Tetsuro Kodama
Doubleurs VO : Masako Nozawa, Toshio Furukawa, Yūko Minaguchi, Aya Hisakawa
Genre : Animation, action
Nationalité : Japonais
Compositeur : Naoki Satō

De nouveaux cyborgs au design pas très inspiré…

Près de quatre ans après avoir décrédibilisé le personnage de Broly dans un film à la qualité limitée, Dragon Ball Super signe un quatrième long métrage imaginant une nouvelle reconstruction de l’armée du Ruban Rouge. Il est en effet question de Magenta, fils du général Red, qui cherche à redorer le blason de la société en créant les cyborgs Gamma 1 et Gamma 2, dont la puissance dépasse de loin les capacités de Cell. Il s’allie pour cela au docteur Hedo, petit-fils du docteur Gero, qu’il charge de développer une arme ultime pour lutter contre le Capsule Corp et ses alliés.

Le cliché du méchant dans toute sa splendeur !
Un personnage qui nous avait manqué !

Après une introduction bienvenue qui résume toute l’histoire de l’armée du Ruban Rouge, le spectateur découvre pour la première fois un film Dragon Ball entièrement réalisé en images de synthèse. Correctement animé sans imposer de couleurs flashy dans tous les sens, Dragon Ball Super : Super Hero fait également l’effort de se concentrer sur la relation entre Piccolo et Sangohan en impliquant plusieurs personnages secondaires, Sangoku et Vegeta étant pour une fois relégués au second plan. On a même le plaisir de retrouver la petite Pan, présente dans les derniers épisodes décanonisés de Dragon Ball Z.

Un combat final complètement surfait.

Film sympathique sans prétention, Dragon Ball Super : Super Hero se veut aussi très axé humour, à commencer par l’infiltration grossière de Piccolo en soldat du Ruban Rouge. On trouve même Gotrunks qui finit les fesses à l’air, un gros plan sur le derrière de Bulma et cette dernière qui demande à Shenron qu’il lui fasse un fessier plus rebondissant. Présentant de nouveaux personnages très corrects, le film enfonce toutefois toujours plus Broly dans le ridicule, son design étant d’une laideur sans nom. Si les transformations Orange Piccolo et Sangohan Beast font leur petit effet, on se demande vraiment quand les scénaristes arrêteront de tirer sur la corde. Quant à Cell Max, il est tellement surfait que son retour n’était vraiment pas nécessaire dans ces conditions. Un film plaisant, à défaut d’être indispensable.

https://bleachmx.fr/wp-content/uploads/Dragon-Ball-Super-Cell-Max-Piccolo-Orange-Beast-Gohan-Final.png


Article précédentCross the Line de David Victori
Article suivantLes sorties cinéma du 05 octobre
Salut à tous ! Fasciné par le monde du cinéma depuis toujours, j’ai fait mes débuts avec Mary Poppins et La Soupe aux Choux, mais avec aussi de nombreux dessins animés comme les courts métrages Disney avec Mickey, Donald et Dingo, les longs métrages Disney avec Alice au Pays des Merveilles en tête, les animés japonais comme Sailor Moon et Dragon Ball Z ainsi que d’autres séries comme Batman et Tintin. Mes années 90 ont été bercées par les comédies avec Jim Carrey (Dumb & Dumber en tête) ou d’autres films que j’adore comme Les Valeurs de la Famille Addams, Street Fighter, Mortal Kombat, Casper et Mary à Tout Prix. C’est pourtant bel et bien Batman Returns qui figure en haut de mon classement, suivi de près par Casino Royale, Et Pour Quelques Dollars de Plus, Kill Bill ou encore Rambo. Collectionneur, j’attache de l’importance au matériel et j’ai réuni trois étagères pleines de films classés par ordre chronologique. Et plus on découvre de nouveaux films, plus on se rend compte qu’il nous en reste en fait énormément à voir…

Laisser un commentaire