Enemy de Denis Villeneuve

Réalisateur : Denis Villeneuve

Année de sortie : 2014

Pays : Etats-Unis

Casting : Jack Gyllenhaal, Sarah Gadon, Mélanie Laurent, Isabella Rossellini

enemycritique3

Nous sommes à une époque où tout doit être dit. Difficile de compter de nos jours sur des œuvres où plane encore une part de mystère. Les bandes annonces dévoilent souvent l’intégralité de l’intrigue et il est compliqué de ne baser son récit que par la mise en scène. Et pourtant, nous avons encore droit à de nombreuses pépites cinématographiques qui osent ne pas tenir la main de ses spectateurs. Parmi ces œuvres, on peut citer quelques titres tels que « Mad Max : Fury Road », « Gravity », « The neon demon » ou encore notre film du jour, « Enemy ».
enemycritique1

Adam est un professeur réservé, coincé dans son morne quotidien. Un jour, il découvre l’existence d’Anthony, un acteur lui ressemblant trait pour trait. S’ensuit alors une quête sur l’identité l’un de l’autre…
enemycritique2

Enemy est un film construit tel un puzzle pour le spectateur. Mais ce n’est guère le puzzle qui devient clair à la fin. Il faut s’immerger intégralement, ne pas perdre une miette de scène pour l’appréhender. La mise en scène subtile de Villeneuve nous donne des clefs mais pas toutes. C’est à nous de nous forger notre idée, notre théorie sur l’énigme de son intrigue. Au gré de séquences où l’univers d’Adam nous écrase, on tente de reconstruire le récit grâce à chaque détail disséminé. Jumeaux ? Schizophrénie ? C’est en le visionnant que vous vous décidez, tout en étant mis en face de la solution que semble nous donner Villeneuve.
enemy16

Enemy, c’est un cauchemar vivant. Nous sommes, comme nos (notre?) héros, prisonnier(s) de la toile de ces araignées qui apparaissent ci et là. Nous sommes dans le sensitif, la vue obstruée par le filtre jaunâtre du quotidien. La peur prend plusieurs formes, mais surtout féminines. Autour d’Adam/Anthony gravitent des femmes castratrices à différents niveaux. Que ce soit la mère, l’épouse enceinte ou la maîtresse, toutes semblent imposer le contrôle sur leur univers, où la sexualité n’est jamais pleinement libérée. Il faut un club pour se réfugier, où l’araignée se voit détruite par une figure sexualisée.
enemycritique4

Enemy, c’est un Jack Gyllenhaal des plus impressionnants. Il est Adam et il est Anthony, chacun facilement reconnaissable dans leur attitude. Passant aisément de proie à prédateur, de professeur à acteur, deux faces d’une même pièce. Mais Enemy, c’est aussi une Sara Gadon perdue face à une situation qui la dépasse, effrayée par ce à quoi elle fait face. C’est une Mélanie Laurent en réflexion de ce symbole marital mais tout aussi restrictive. C’est une Isabella Rossellini intervenant en milieu de récit dans une scène pivot permettant une certaine compréhension.

enemycritique5

Enemy, c’est un visuel marquant. On ne soulignera jamais assez le talent de Villeneuve dans sa mise en scène. C’est pourtant lui l’artisan de cette œuvre, le marionnettiste qui se permet de nous questionner sur son film. C’est lui qui transforme cette ville de Toronto en cauchemar urbain où nous sommes obligatoirement coincés. C’est lui qui nous bloque dans ce récit en cycle, où la tragédie va devenir farce de par la répétition. Villeneuve nous piège dans son intrigue et nous pousse à dépasser notre rôle de spectateur passif pour chercher sa signification. Aucune prétention artistique, juste une confiance aveugle en ceux qui oseront s’attaquer à son casse-tête.
enemyg

Œuvre jouant sur la répétition, la dualité et une forme de chaos en réaction à un contrôle trop pesant, Enemy mérite d’être vécu. De toute façon, une fois piégé dans sa toile, impossible de s’en échapper. Car Enemy, c’est un puzzle réflexif que l’on doit construire sans boîte. Et face à des produits cinématographiques construits à la chaîne, se laisser perdre devient une sensation des plus grisantes…

 

5-sur-5

 

Liam Debruel

Amoureux du cinéma. À la recherche de films de qualités en tout genre,qu'importe la catégorie dans laquelle il faut le ranger. Le cinéma est selon moi un art qui peut changer notre vision du monde ou du moins nous faire voyager quelques heures. Fan notamment de JJ Abrams,Christopher Nolan, Edgar Wright,Fabrice Du Welz,Denis Villeneuve, Steven Spielberg,Alfred Hitchcock,Pascal Laugier, Brad Bird ,Guillermo Del Toro, Tim Burton,Quentin Tarantino et Alexandre Bustillo et julien Maury notamment.Écrit aussi pour les sites Church of nowhere et Le quotidien du cinéma. Je m'occupe également des Sinistres Purges où j'essaie d'aborder avec humour un film que je trouve personnellement mauvais tout en essayant de rester le plus objectif possible :)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :