Date de sortie 1 juin 2005 (1h 20min)
De Maurice Barthélémy
Avec Alain Chabat, Martin Combes, Yaël Abecassis, Judith Godrèche …
Genre Comédie dramatique
Nationalité Français

Un road-movie entre père et fils

Synopsis

Louis a un drôle de Papa : toujours souriant, blagueur, rieur. Pourtant, Louis n’a pas très envie de rire.
Sur la route qui les ramène chez eux, le père et son fils vont se retrouver.
Au bout de leur voyage, il y aura la lumière. La vie.

  

Maurice Barthélémy, ex-Robin des bois, sorti tout droit d’une troupe de comiques de Canal + comme Les nuls à l’époque, se met à la réalisation. Mais Papa n’est pas son premier film : juste avant il y eut Casablanca Driver. Ce qui est étonnant avec le réalisateur Maurice Barthélémy, habitué à la comédie, c’est qu’ici il nous livre un film bourré d’émotion, sans tomber dans le larmoyant, tenu par le duo Chabat/Combes. Un père et un fils, sur la route, durant plusieurs jours. Tous deux viennent de vivre une épreuve difficile, on ne sait pas trop quoi mais on l’apprend assez vite. Alain Chabat excelle aussi dans les rôles dramatiques : on y voit une larme couler sur son visage, sans doutes l’un des passages les plus poignants du film. Quand les anciens talents comiques s’essayent à des expériences plus sérieuses, ça donne Papa, et c’est beau. Mais pourquoi ?

Un père et son fils au bord d’une autoroute, voilà comment commence le film. Le père change la roue de la voiture après une crevaison. Ils roulent pour rentrer chez eux, mais il y a quelque chose qui ne va pas. Quelque-chose c’est passé il y a peu de temps. Louis est le petit garçon, le fils qui lui aussi semble touché par ce quelque chose. Durant leur trajet, ils font des arrêts sur des aires d’autoroute. Le papa tente de faire sourire Louis, car il aime faire des blagues et rigoler : parfois il arrive à le faire rire, mais pas toujours. Louis a son caractère, et le papa a parfois du mal à le supporter. Sur la route, ils discutent de tout et de rien, puis on commence à savoir ce qui s’est passé, cause du chagrin de Louis. Tous les deux, le père comme le fils, ont vécu un drame où ils ont perdu un être cher. Pour le père, c’est son fils, qui était le petit frère de Louis. Le papa souriant et blagueur est en réalité très triste, et cache sa douleur face à son fils. Ce long périple qui les ramène chez eux les rapproche. Le film dramatique a ses moments d’humour, il ne faut pas oublier que Maurice Barthélémy est derrière la caméra, et donc que l’humour est sa marque de fabrique. Il est intéressant de voir Maurice Barthélémy dans ce genre : il maîtrise très bien le côté dramatique de son long-métrage, on pourra même apercevoir une larme d’Alain Chabat lors d’une scène poignante entre le papa et son fils. Le film aborde le deuil, discrètement, sans en faire trop, mais c’est surtout la relation père/fils qui est mise en avant, et ce de façon très touchante. Un voyage qui les rapproche, et partage leur douleur pour le même drame. La mise en scène de Maurice Barthélemy n’en fait pas trop, les discussions entre le père et le fils sont amusantes, l’humour prend place quand il faut, ainsi que l’émotion. Le duo fonctionne à merveille, il nous amuse et nous touche, et Barthélémy maîtrise le drame au bon moment. Que ce soit dans la mise en scène ou dans la prestation des comédiens, le film est un vrai plaisir à voir.

 

A l’écriture du film, Maurice Barthélemy : même si ça semble simpliste, ça reste merveilleusement bien écrit. Car oui, l’histoire est simple, mais les situations et tout ce qui arrive sont de bonnes idées scénaristiques. Les discussions entre le père et son fils, mais aussi le fait qu’ils se rapprochent. Une relation touchante, qui se retranscrit très bien à l’image. Le film de Maurice Bathélémy est inspiré d’un court métrage Québecois de Emile Proulx-Cloutier, sorti en 2005, et le film de Barthélémy est sortie la même année. Durant ce long trajet du père et du fils pour rentrer chez eux, on ne saura pas d’où ils venaient, rien ne sera dit à ce sujet. On peut en déduire facilement, cependant, qu’il s’agit d’une sorte de reconstruction d’eux-même afin de surmonter ensemble la même et unique douleur, bien que la mère ne soit pas là, ce qui est assez étrange (à moins qu’elle ne désire que son fils et son mari partagent ensemble ce moment difficile). Le casting du film se tient surtout à Alain Chabat, bouleversant dans son rôle de papa. Le jeune Martin Combes livre une impressionnante prestation. Papa est un film Français comme on aimerait en voir plus souvent, un road-movie a la Française, avec un Alain Chabat parfait et d’un jeune garçon prometteur. A voir absolument.

Relecture: David

Bande annonce


Article précédentPocahontas de Mike Gabriel et Eric Goldberg
Article suivantLe bon retour de Bruce Willis chez Eli Roth ?
Orel Durden (Créateur du site ,rédacteur en chef) Passionné ,cinéphile ,cinévore depuis petit ma passion pour le cinéma est immense mon réalisateur favori Steven Spielberg mon film culte de sa filmo E.T je ne m’en lasse pas ainsi que Jaws .Mon film culte préféré Fight Club de Fincher mon deuxuième réalisateur favori ,dont Zodiac s’ajoute a mes favoris de sa filmographie .Les films comme Alien de Ridley Scott ,Elephant de Gus Van Sant ,Into the Wild de Sean Penn ou encore Requiem for a dream de Aronofsky sont les oeuvres auquel je ne me lasse pas .Sinon si je devais ,dire deux film de Hitchcock ça serait « Psychose »et « les oiseaux » tout simplement des chef d’oeuvres .J’espère que ce site vous satisfait ,merci a vous et vive le cinéma .

Laisser un commentaire