Date de sortie 19 juin 1996 (1h 33min)
De Danny Boyle
Avec Ewan McGregor, Ewen Bremner, Jonny Lee Miller, Kevin McKidd, Robert Carlyle, Kelly Macdonald, Shirley Henderson, Peter Mullan …
Genres Drame, Policier
Nationalité Britannique
Musique : Brian Eno, Karl Hyde et Rick Smith

La drogue c’est mal, mais le film est excellent

Synopsis

Interdit aux moins de 16 ans
Les aventures tragi-comiques de Mark Renton, junkie d’Edimbourg, qui va tenter de se séparer de sa bande de copains, losers, menteurs, psychopathes et voleurs.

Après Petits meurtres entre amis en 1994, Danny Boyle signe son deuxième film, Trainspotting, adapté de l’oeuvre de Irvine Welsh. Un film marquant et original en son genre, traitant de la drogue de manière humoristique et aussi dramatique. Une bande de potes qui ne sont que des junkies, vivent dans un appartement sale où un bébé fait du quatre patte dans les quatres coins de la pièce. Sa mère aussi est une junkie, le personnage principal est Mark Renton, qui au début a dans l’idée de décrocher de la drogue, chose qu’il ne fera évidemment pas. Le film nous présente tout les personnges qui entourent la vie de Mark, tous sont aussi paumés que lui, le moins junkie de tous, Francis, est quant a lui un véritable psycopathe qui frappe sur tout ce qui bouge dès qu’il entre dans un bar. Le film est plutôt barré, dans sa façon dont il traîte le sujet, mais c’est aussi ce qui fais le charme de ce film de Danny Boyle, qui n’est alors encore qu’a ses débuts.

Dans la bande de Mark il y’a : Daniel ‘Spud’ Murphy, Simon David ‘Sick Boy’ Williamson et Francis ‘Franco’ Begbie. Tous sont des junkies complètement paumés, Mark veut arrêter alors la drogue et s’éloigner de ses amis pour tenter d’être dans le droit chemin, mais ce ne sont que des paroles. Mark est sans doutes le plus junkie de la bande : ce ne sont pas des drogues douces que s’injecte la bande de potes non… Des drogues pures et dures, par seringue et puis ils s’évadent ensuite là où leur esprit les conduira. On n’oubliera pas la séquence où Mark rentre dans la cuvette des toilettes pour ensuite nager dans les profondeurs à la recherche des drogues perdues. La scène la plus marquante du film restera celle d’un bébé mort dans son berceau tué par overdose, cette image horrible nous montre bien que oui la drogue, c’est mal … Malgré tout ce qui se passe, Mark continue de se droguer, sa bande d’amis aussi, on rigolera avec les scènes concernant Daniel Murphy, l’idiot de la bande. Un idiot qui lors d’une scène fais ses gros besoins dans les draps du lit, sous l’effet des drogues de la veille. Je vous laisse imaginer le reste, quand la belle-mère de ce dernier propose de lui laver ses draps sans qu’elle ne sache ce qu’il vient de faire dedans, la scène est absoument dégoutante mais tellement drôle. Les débuts de Danny Boyle sont plutôt prometteur, le réalisateur nous avais donné un avant goût de son talent avec : Petits meurtres entre amis. La mise en scène est tout simplement exemplaire, ce qui donnera des films excellent par la suite. Le réalisateur arrive a nous faire rire, et aussi peur sur ce sujet délicat à aborder, le film le plus original sur le sujet où Danny Boyle aborde le sujet avec subtilité, en arrivant parfaitement a captiver le spectateur.

Le scénario est signé John Hodge, qui adapte l’oeuvre de Irvine Welsh en nous décrivant des personnages hauts en couleurs, à qui on porte beaucoup d’interêt. Le récit est aussi fantastique, où l’humour est bien introduit dans ce sujet pas forcément facile a maîtriser. Le casting est brillant, où l’on découvre a ses tout débuts Ewan McGregor jouant Mark Renton, qui livre une prestation parfaite. On remarquera aussi dans des prestations toutes aussi parfaites : Ewen Bremner, Jonny Lee Miller et Robert Carlyle : toute la bande sera présente dans la suite en salle cette année sous la direction toujours de Danny Boyle. Trainspotting reste cependant une référence, du cinéma des années 90, un film Britannique qui aura marqué des générations par son sujet mais aussi par une bande originale splendide, où Lou Reed, Brian Eno ou encore Underworld brille par leur voix dans ce film devenu plus que culte tout simplement une référence du cinéma Britannique.

Relecture David

Bande annonce


Article précédentCalvaire de Fabrice Du Welz
Article suivantEn mars sur Netflix
Orel Durden (Créateur du site ,rédacteur en chef) Passionné ,cinéphile ,cinévore depuis petit ma passion pour le cinéma est immense mon réalisateur favori Steven Spielberg mon film culte de sa filmo E.T je ne m’en lasse pas ainsi que Jaws .Mon film culte préféré Fight Club de Fincher mon deuxuième réalisateur favori ,dont Zodiac s’ajoute a mes favoris de sa filmographie .Les films comme Alien de Ridley Scott ,Elephant de Gus Van Sant ,Into the Wild de Sean Penn ou encore Requiem for a dream de Aronofsky sont les oeuvres auquel je ne me lasse pas .Sinon si je devais ,dire deux film de Hitchcock ça serait « Psychose »et « les oiseaux » tout simplement des chef d’oeuvres .J’espère que ce site vous satisfait ,merci a vous et vive le cinéma .

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici