Date de sortie 25/05/2012 Au cinéma
Durée(01h49)
Titre original Cosmopolis
Réalisé par David Cronenberg
Avec Robert Pattinson , Juliette Binoche , Paul Giamatti , Sarah Gadon , Samantha Morton , Jay Baruchel , Kevin Durand , Mathieu Amalric , Patricia McKenzie , Emily Hampshire , George Touliatos , Abdul Ayoola , Jadyn Wong , David Schaap , Philip Nozuka , Gouchy Boy , Željko Kecojević , Bob Bainborough , Warren Chow , Ryan Kelly , Nadeem Umar-Khitab , K’Naan , John Batkis , Saad Siddiqui , Anna Hardwick , Milton Barnes , Albert Gomez , Jonathan Seinen , Inessa Frantowski
Genre Thriller
Nationalité Canada, France
Musique Howard Shore & Metric

 

L’empire du chaos

 

Synopsis

Dans un New York en ébullition, l’ère du capitalisme touche à sa fin. Eric Packer, golden boy de la haute finance, s’engouffre dans sa limousine blanche. Alors que la visite du président des Etats-Unis paralyse Manhattan, Eric Packer n’a qu’une seule obsession : une coupe de cheveux chez son coiffeur à l’autre bout de la ville. Au fur et à mesure de la journée, le chaos s’installe, et il assiste, impuissant, à l’effondrement de son empire. Il est aussi certain qu’on va l’assassiner. Quand ? Où ? Il s’apprête à vivre les 24 heures les plus importantes de sa vie.

Il n’est pas évident d’écrire quelque chose sur le film Cosmopolis de David Cronenberg, adaptation du livre de Don DeLillo film qui fête ses onze ans déjà cette année avec en-tête d’affiche Robert Pattinson qui commençait son ascension en tournant avec des réalisateurs reconnu. Le comédien en a fait du chemin depuis d’ailleurs avec Cosmopolis, il prouvait ainsi qu’il était très doué ou l’acteur était bien décidé à faire oublier son rôle dans Twilight. Cosmopolis est un film complexe adapté d’un livre qui l’est également et c’est difficilement adaptable, mais David Cronenberg l’a fait. Une collaboration avec Robert Pattinson qui ne sera pas la dernière puisqu’il dirigera à nouveau le comédien dans Maps to the Stars qui a un rôle moins important. Dans Cosmopolis Robert Pattinson joue un golden-boy sûr de lui, mais qui en si peu de temps est en train de tout perdre dans cet empire qu’est la finance. Le long-métrage se déroule en partie dans la limousine qui conduit Eric là où il veut. Cosmopolis brille par son casting, mais aussi par sa complexité qu’il est agréable de tenter de comprendre, car David Cronenberg avec sa maîtrise nous captive.

Nous sommes à New-York Eric Packer un jeune Goden-boy fortuné est sûr de lui et son empire, et ce jour-là, il souhaite se rendre chez son coiffeur à l’autre bout de la ville tandis que la ville est en ébullition. La visite du président est proche et le jeune homme est persuadé qu’il sera pris dans les bouchons de la ville. C’est en discutant avec son ami Shiner dans la limousine qu’Eric fait savoir à ce dernier qu’il a peur d’être assassiné dans les vingt-quatre heures à venir. Pensant être plus en sécurité dans sa limousine, il reçoit ses contacts à l’intérieur y compris Didi Francher avec qui il couche dans le véhicule. L’esprit tourmenté par la peur d’être tué Eric ira même jusqu’à commettre un meurtre devant des témoins. Dans les rares fois où Eric descendra de son véhicule, il ira à la rencontre de son ex compagne Elise où il parle de leur relation passée. Puis il apprendra la mort du rappeur Brutha Fez et puis au fur et à mesure le chaos s’installe en ville et Eric commence à comprendre que son empire s’effondre et que l’heure de sa mort n’a jamais été aussi proche. Don DeDillo disait de son livre qu’il était inadaptable parce que la majorité du récit se déroule dans une limousine. Le cinéaste Steven Knight avait filmé Tom Hardy durant une heure et demie dans l’habitacle d’une voiture et c’était une réussite. Mais là, c’est de David Cronenberg dont nous parlons et Cosmopolis reste un film important encore plus aujourd’hui. Par sa maîtrise David Cronenberg signe une mise en scène dantesque ou la majorité des scènes se déroule dans une limousine, car quelques fois, le personnage d’Eric descendra de son véhicule afin d’affronter la réalité, car au final, il eut un impact néfaste sur des personnes qu’il a pu côtoyer.

 

C’est David Cronenberg qui adapte l’œuvre de Don DeLillo, le réalisateur n’avait pas lu le livre avant de l’adapté et il dut le lire afin de retranscrire au mieux cette ambiance. Le récit reste assez complexe dans son ensemble, mais on arrive à en saisir là où veut en venir le réalisateur grâce au traitement de son personnage principal. On suit durant le film Eric Packer un jeune homme de vingt-huit ans, c’est un golden-boy riche qui obtient ce qu’il veut. Mais quand l’effondrement de l’empire où il travaille a lieu Eric est en proie à la peur et une part de folie prend place dans son esprit. Il assiste impuissant a tout ça tandis que le peuple gronde dehors. La peur de mourir David Cronenberg commencera a aborder ce thème-là, mais la peur de mourir par le meurtre, car Eric sait que beaucoup de gens le haïssent. À la fin du film, il se retrouvera au banc de la mort face à l’un de ses ex-employés en colère. Le film aborde aussi la richesse des hommes dans ce monde ou la pauvreté ne fait que s’accroître de jour en jour, mais Eric qui était sûr de lui marchant confiant dans son empire de la haute finance verra les conséquences.

David Cronenberg maîtrise parfaitement bien l’évolution de son personnage dans son écriture ou finalement, Eric ne sera que l’ombre de lui-même. La folie prendra place également ou Eric, peu à peu, perdra le contrôle de son esprit et ira jusqu’à tuer son garde du corps soudainement sans vraiment de raisons puis se tirera une balle dans la main dans la dernière partie du film. Le mal est fait et rien ne pourra y faire ce qui est fait est fait et le film le montre clairement. Cosmopolis est la représentation d’un monde qui court à sa perte ce qui est déjà le cas actuellement. Robert Pattinson interprète Eric ou le comédien joue son premier rôle important, Juliette Binoche joue Didi Fancher. Sarah Gadon est Elise l’ex compagne d’Eric. Mathieu Amalric tient un petit rôle, mais néanmoins intéressant. Également a l’affiche Jay Baruchel, Samantha Morton puis Paul Giamatti qui apparaît à la fin du long-métrage dans une scène assez mémorable. Cosmopolis est un peu le film oublié de David Cronenberg même avec son passage à Cannes, mais il reste pourtant bien plus qu’un simple film du réalisateur.

 

Bande annonce


Article précédentThe Son de Florian Zeller
Article suivant[Sortie Blu-ray/DVD] Abattoir 5 de George Roy Hill
Orel Durden (Créateur du site ,rédacteur en chef) Passionné ,cinéphile ,cinévore depuis petit ma passion pour le cinéma est immense mon réalisateur favori Steven Spielberg mon film culte de sa filmo E.T je ne m’en lasse pas ainsi que Jaws .Mon film culte préféré Fight Club de Fincher mon deuxuième réalisateur favori ,dont Zodiac s’ajoute a mes favoris de sa filmographie .Les films comme Alien de Ridley Scott ,Elephant de Gus Van Sant ,Into the Wild de Sean Penn ou encore Requiem for a dream de Aronofsky sont les oeuvres auquel je ne me lasse pas .Sinon si je devais ,dire deux film de Hitchcock ça serait « Psychose »et « les oiseaux » tout simplement des chef d’oeuvres .J’espère que ce site vous satisfait ,merci a vous et vive le cinéma .

Laisser un commentaire