Kill Bill: Volume 1 de Quentin Tarantino

Date de reprise 28 avril 2004 (1h 52min)
Date de sortie 26 novembre 2003 (1h 52min)
De Quentin Tarantino
Avec Uma Thurman, Sonny Chiba, Lucy Liu, Daryl Hannah, David Carradine, Michael Madsen, Vivicia.A.Fox, Julie Dreyfus, Michael Parks…
Genres Action, Thriller
Nationalité Américain
Musique Robert Fitzgerald Diggs

 

Black Mamba a la vengeance dans la peau

 

Synopsis

Au cours d’une cérémonie de mariage en plein désert, un commando fait irruption dans la chapelle et tire sur les convives. Laissée pour morte, la Mariée enceinte retrouve ses esprits après un coma de quatre ans.
Celle qui a auparavant exercé les fonctions de tueuse à gages au sein du Détachement International des Vipères Assassines n’a alors plus qu’une seule idée en tête : venger la mort de ses proches en éliminant tous les membres de l’organisation criminelle, dont leur chef Bill qu’elle se réserve pour la fin.

Chaque Tarantino qui sort est un évènement, Kill Bill est le quatrième film du réalisateur même s’il fut très attendu il ne connut pas le succès voulu. Un quatrième film, divisé en deux volumes, car trop long pour tenir en un film. Le film est sortie en 2004, le dernier sorti avant était Jackie Brown en 1997 ça faisait donc un moment que le réalisateur n’était pas revenu à la réalisation. Comme beaucoup de ses films Quentin Tarantino, aborde la vengeance une fois de plus son thème de prédilection. Une vengeance menée par Uma Thurman, que Tarantino avait dirigé dans Pulp Fiction son deuxième long-métrage. On sait aussi que le réalisateur aime l’hémoglobine, en témoigne encore ces derniers films ou le sang est partout. Kill Bill c’est le cas, comme c’est une histoire de vengeance en plus forcément ça fait mal. Mais Quentin Tarantino ne se contente pas, que de filmer des litres de sang puisqu’il rend hommage aussi au Japon et à la culture venue de là-bas, plus particulièrement les samouraïs le volume 2 est encore plus ancré dans cette culture. Kill Bill c’est l’histoire d’une femme, qui veut rendre justice à elle-même quand toute sa famille fut assassinée ainsi que le bébé qu’elle portait. Elle doit tuer Bill, son mentor qui fait partie de l’organisation dont elle faisait partie, avant des tués elle doit assassiner ses anciennes collègues qui ont participer au massacre où elle fit laisser pour morte.

Dans le désert américain, une mariée et tous ses invités ainsi que le mari sont sauvagement assassinés. Sur les lieux quand la police arrive, ils s’aperçoivent que cette dernière est encore en vie. Cette dernière était enceinte, lors du massacre elle a perdu, après un long coma elle se réveille et évidemment sous le choc. Elle tue un homme, qui tenté de la violée alors qu’elle était en plein coma, et celui qui donnait l’accès en étant payé pour que l’autre puisse la violer. Le nom de la mariée est Black Mamba, elle exercée auparavant, des fonctions de tueuse à gages, au sein de l’organisation des vipères assassines. Le chef de cette organisation est Bill, et Black Mamba a quitté l’organisation pour se vouer à sa famille ce qui n’a pas plu à Bill qui était amoureux d’elle. Le but de Black Mamba, est la vengeance tuée tous ceux et celle qui ont participé au massacre pour finir par Bill. Elle commencera sa quête de vengeance par Vernita Green alias vipère cuivrée, puis ensuite O-Ren Ishii une des plus redoutables. Black Mamba se fait même fabriquer son propre sabre, qui lui permettra de terrasser ses ennemis. Une fois de plus la vengeance est au coeur, du film de Quentin Tarantino ou cette fois une femme est au coeur du récit et elle est assoiffée de vengeance. Comment tout perdre, et se reconstruire par vengeance c’est ce que raconte le film et Quentin Tarantino le fait très bien. Bien évidemment le film n’est pas tendre dans sa mise en scène, car comme beaucoup de films du réalisateur il y a beaucoup d’hémoglobines. On retiendra la scène où Black Mamba voyage, pour combattre O-Ren Ishii, elle se bat dans une pièce qui se transforme en boucherie. Une séquence est en animation aussi, rendant hommage à la culture manga, ce passage animé reviens sur l’enfance d’O-Ren où l’on découvre pourquoi elle est devenue ce qu’elle est. Une animation violente, mais maîtrisé tout comme toutes les scènes de combat aux chorégraphies impressionantes.

Il est évident aussi que ce film, est aussi un hommage à la culture japonaise rien qu’avec la séquence d’animation. Mais aussi, les combats au sabre ou même certaines musiques. Quentin Tarantino et Uma Thurman, sont à l’écriture du film, et ils ne signent pas un simple film de vengeance. Nous y découvrons une femme, plus forte qu’elle n’y paraît, elle est redoutable et elle est habitée par une immense vengeance. Comme beaucoup de ses films, il y a des chapitres, ce qui détaille toujours plus le récit. Lors de sa quête, la culture japonaise est mise en avant et de façon très intéressante sans en faire des tonnes. Ce premier volume de Kill Bill, se concentre vraiment sur le début d’une vengeance qui est loin d’être terminée. Le casting est aussi formidable, comme tous les Tarantino d’ailleurs Uma Thurman interprète Black Mamba, Lucy Liu joue O-Ren une des adversaires les plus redoutables de Black Mamba. Mais aussi au casting Daryl Hannah, Michael Madsen ou encore David Carradine dans le rôle de Bill dont ne voit pas le visage une seule fois durant le film. Le film nous laisse, sur notre faim et pour ça il faudra visionner rapidement le volume 2, qui met un point final à la quête de Black Mamba. Ce premier volume de Kill Bill, est jouissif et incroyable dans sa mise en scène, et ça reste l’un des meilleurs films de Quentin Tarantino.

 

Bande annonce

Orel
Orel Durden (Créateur du site ,rédacteur en chef) Passionné ,cinéphile ,cinévore depuis petit ma passion pour le cinéma est immense mon réalisateur favori Steven Spielberg mon film culte de sa filmo E.T je ne m’en lasse pas ainsi que Jaws .Mon film culte préféré Fight Club de Fincher mon deuxuième réalisateur favori ,dont Zodiac s’ajoute a mes favoris de sa filmographie .Les films comme Alien de Ridley Scott ,Elephant de Gus Van Sant ,Into the Wild de Sean Penn ou encore Requiem for a dream de Aronofsky sont les oeuvres auquel je ne me lasse pas .Sinon si je devais ,dire deux film de Hitchcock ça serait « Psychose »et « les oiseaux » tout simplement des chef d’oeuvres .J’espère que ce site vous satisfait ,merci a vous et vive le cinéma .

Laisser un commentaire