Date de sortie 04/09/2004
Durée(02h08)
Titre original The Terminal
Réalisé par Steven Spielberg
Avec Tom Hanks , Catherine Zeta-Jones , Stanley Tucci , Chi McBride , Diego Luna , Barry Shabaka Henley , Kumar Pallana , Zoe Saldana , Eddie Jones , Jude Ciccolella , Corey Reynolds , I Guillermo Díaz , Rini Bell , Stephen Mendel , Michael Nouri , Sasha Spielberg , John Eddins , Valeriy Nikolaev , Lydia Blanco Garza , Ryan Stockstad , Susan Slome , Kenneth Choi , Scott Adsit , Eddie Santiago
Genre Comédie dramatique
Nationalité États-Unis
Musique John Williams

 

Un homme perdu

Synopsis

Viktor Navorski est l’un de ces milliers de touristes, venus des quatre coins du monde, qui débarquent chaque jour à l’Aéroport JFK de New York. Mais, à quelques heures de son arrivée, voilà qu’un coup d’État bouleverse sa petite république d’Europe Centrale, mettant celle-ci au ban des nations et faisant de Viktor… un apatride. Les portes de l’Amérique se ferment devant lui, alors même que se bouclent les frontières de son pays: Viktor est bel et bien coincé…

Le film le terminal aura vingt déjà ans l’année prochaine, et reste un film de Steven Spielberg important. Il y a quelques années à la découverte du long-métrage, le film ne m’avait pas convaincu, mais un nouveau visionnage changea mon avis sur le film et plus je le vois plus je l’apprécie. Dans ce long-métrage, Steven Spielberg s’inspire de Mehran Karimi Nasseri un réfugié iranien qui fut bloqué à l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle de 1988 a 2006, il y vivait donc encore à la sortie du film. À la suite de ça Mehran Karimi Nasseri a écrit une biographie. Dans le film, Tom Hanks se nomme Viktor Narvoski un habitant de Krakozie qui est un pays fictif imaginé pour le film. Ce pays ou vit Viktor est en pleine guerre civile à cause d’un soulèvement de l’intérieur à cause de ça, ce dernier ne peut sortir de l’aéroport ce qui met Dixon directeur temporaire de l’aéroport dans l’embarras. Ce n’est pas la première fois que Steven Spielberg dirige Tom Hanks, car il avait dirigé ce dernier dans Il faut sauver le soldat Ryan. Dans ce long-métrage, le comédien y est extrêmement touchant, car au début, le personnage qu’il interprète ne comprend pas ce qui se passe. Steven Spielberg nous propose de suivre ce personnage avec beaucoup d’émotion, mais aussi humour et c’est réussi.

Viktor Narvoski est un habitant de Krakozie qui débarque à l’aéroport John-Fitzgerald-Kennedy, il compte se rendre à un hôtel ou se joue un concert de jazz, car il doit obtenir une dédicace de Benny Golson en hommage à son père décédé qui était fan de jazz et c’était la dernière signature qu’il manquait. Mais Viktor se voit confisqué ses papiers dont son passeport son pays est en pleine guerre civile à cause d’un soulèvement de l’intérieur et donc plus de gouvernement et si ses papiers sont confisqués, c’est à cause de sa difficulté à communiquer en langue anglaise. Le directeur de l’aéroport Frank Dixon convoque Viktor, dans son bureau et tente de lui expliquer tant bien que mal ce qui se passe dans son pays et qu’il ne peut pas sortir de l’aéroport à cause de ça. Cependant, Viktor ne semble pas comprendre ce que lui a expliquer Dixon, c’est en déambulant dans l’aéroport sur les écrans aux informations que Viktor comprend ce qui se passe dans son pays.

 

La panique s’empare de lui, mais aussi la tristesse, car il est impuissant face à ce qui se passe dans son pays. Viktor n’a même pas la possibilité de manger, car il n’a que très peu d’argent donc il se nourrit avec ce qu’il peut et trouve des combines pour gagner un peu d’argent. Afin de pouvoir vivre au mieux dans cet aéroport, il s’installe dans une section fermée du terminal la porte d’embarquement 67. Seulement, voilà Dixon ne supporte plus de voir cet homme dans son aéroport et va faire le nécessaire pour qu’il commette une erreur. C’est aussi dans cet aéroport que Viktor va faire la rencontre d’Amélia Warren une hôtesse de l’air dont il va tomber sous le charme. Avec le terminal, Steven Spielberg s’inspire d’un personnage qui a vécu cette histoire le récit ici se déroule à l’aéroport JFK le film apporte son lot de scènes comiques, mais le film comporte aussi des scènes romantiques ou au début même l’aspect dramatique de la situation dans laquelle se trouve Vicktor est bien représenté. Cet aspect dramatique est d’ailleurs très important, car il montre bien la détresse dans laquelle se trouve Viktor. Il en ressort une séquence très émouvante très forte ou la musique de John Williams y joue un rôle important.

Dans ce film Steven Spielberg, maîtrise une fois de plus sa mise en scène en offrant des scènes mémorables. Au scénario du film, on n’y retrouve Sacha Gervasi, Jeff Nathanson d’après l’œuvre d’Andrew Niccol réalisateur du film Bienvenue a Gattaca. Ils abordent beaucoup de choses importantes comme la situation dans laquelle se trouve Viktor, car pour des raisons politiques ne peut retourner dans son pays en guerre civile. Viktor est un homme seul face au monde, mais au sein cet aéroport, il va se faire des amis qui vont lui apporter de l’aide. Tous les personnages sont brillamment écrits comme Dixon le directeur de l’aéroport un homme qui se révèle désagréable et qui ne supporte pas sans raison valable Viktor. Pour ce qui est de Viktor, on ne peut qu’être touché par ce personnage qui est perdu et qui sans le vouloir commet des erreurs. La petite romance entre Viktor et Amélia est aussi agréable, car même si cette romance n’aura pas d’avenir, elle reste très belle. Les scénaristes arrivent parfaitement à mélanger comédie et drame et Steven Spielberg retranscrit tout cela parfaitement a l’écran. Le jazz est à l’honneur, car au final Viktor a fait ce voyage pour ça, car il doit obtenir l’autographe de Benny Golson et c’est le seul qu’il manquait à son père avant qu’il ne meure. Cette nouvelle collaboration entre Spielberg et Tom Hanks est une réussite et ce ne sera pas la dernière puisque Spielberg dirigera le comédien à nouveau dans le pont des espions en 2015. Tom Hanks apporte beaucoup d’empathie a son personnage, Catherine Zeta-Jones joue Amélia Warren, Stanley Tucci interprète Dixon. Zoé Saldana est l’officier Dolorès Torres dont Enrique Cruz est fou amoureux et dont ce dernier est interprété par Diego Luna. Avec la filmographie que possède le grand Steven Spielberg, Le Terminal reste cependant, l’un de ses plus beaux films où l’on passe par un tas d’émotions en plus de deux heures.

Bande annonce


Article précédentLes Trois Mousquetaires : D’Artagnan et Milady, de Martin Bourboulon
Article suivantLes sorties cinéma du 26 avril
Orel Durden (Créateur du site ,rédacteur en chef) Passionné ,cinéphile ,cinévore depuis petit ma passion pour le cinéma est immense mon réalisateur favori Steven Spielberg mon film culte de sa filmo E.T je ne m’en lasse pas ainsi que Jaws .Mon film culte préféré Fight Club de Fincher mon deuxuième réalisateur favori ,dont Zodiac s’ajoute a mes favoris de sa filmographie .Les films comme Alien de Ridley Scott ,Elephant de Gus Van Sant ,Into the Wild de Sean Penn ou encore Requiem for a dream de Aronofsky sont les oeuvres auquel je ne me lasse pas .Sinon si je devais ,dire deux film de Hitchcock ça serait « Psychose »et « les oiseaux » tout simplement des chef d’oeuvres .J’espère que ce site vous satisfait ,merci a vous et vive le cinéma .

Laisser un commentaire