Logan de James Mangold [Critique de la rédaction]

Logan de James Mangold

Fiche Technique:

Réalisateur: James Mangold

Casting: Hugh Jackman, Patrick Stewart, Dafne Keen, Boyd Holbrook, Stephen Merchant, Elizabeth Rodriguez, Richard E.Grant et Eriq La Salle

Scénariste(s): James Mangold, Michael Green et Scott Frank

Directeur de la photographie: John Mathieson

Budget: 127 000 000$

Date de sortie cinéma: 1 mars 2017

Genre: Action, Science-Fiction, Aventure

Nationalité: Américain

Durée: 2h17 min

Synopsis: Dans un futur proche, un certain Logan, épuisé de fatigue, s’occupe d’un Professeur X souffrant, dans un lieu gardé secret à la frontière Mexicaine. Mais les tentatives de Logan pour se retrancher du monde et rompre avec son passé vont s’épuiser lorsqu’une jeune mutante traquée par de sombres individus va se retrouver soudainement face à lui.

 

James Mangold met un terme aux aventures de l’homme aux griffes d’acier sorti des X-Men. Il revient après un premier film centré sur son personnage, où l’on aperçoit même un Deadpool raté – d’ailleurs c’est le film entier qui est raté, à part quelques scènes qui restent plutôt sympa. Après ce préquel sur Wolverine, il y a Le combat de l’immortel que je n’ai pas vu mais qui apparemment ne vaut pas mieux que son prédécesseur. Le plus célèbre mutant des X-Men fait donc ses adieux, des adieux à son rôle. Après avoir interprété le rôle de Wolverine durant 17 années, Hugh Jackman souhaite en finir et clos les aventures du mutant comme il faut, des adieux parfaits. Du coup James Mangold frappe fort, en livrant un film très violent, poussiéreux, aux allures d’un western moderne.

Logan est vieux, fatigué et malade. Il vit dans un vieux truc en plein désert, avec à ses côtés le mutant Caliban, et, enfermé à part, Charles Xavier, encore plus vieux et très malade. Logan se retrouve malgré lui embarqué dans une sale affaire, où une petite fille échappée d’un laboratoire est poursuivie par des mercenaires chargés de la ramener là-bas. Elle possède le même pouvoir que Logan. Réticent à l’idée de la protéger, il accepte et fuit son endroit secret avec Charles Xavier et la gamine. Le film est plus un road-movie, finalement, avec des allures à la Mad Max, et des airs d’un western moderne. Un nouveau volet qui fait peau neuve, violent, brutal tout ce qu’on espérait pour ce film. James Mangold livre une mise en scène absolument dantesque comme on aimerait en voir plus souvent chez Marvel. Les risques sont pris, à savoir livrer un film qui ne fait pas dans la dentelle. Il faut reconnaître, aussi que la jeune Laura y est pour quelque chose : elle est extrêmement bien dirigée, les combats sont efficaces et rapides comme Logan quand il était plus jeune. La relève est donc peut-être assurée avec cette jeune fille, échappée d’un laboratoire où elle a été conçue, et qui n’est pas la seule, car d’autre mutant on pris la fuite. On tient ici le meilleur film de la saga X-Men, certes à ne pas mettre devant tous les yeux, mais ça fait quand même plaisir de voir un Wolverine de cette trempe, après deux précédents volets qui n’ont pas connu un franc succès.

Le film se déroule, dans le futur, donc pas tout de suite après le dernier spin-off mais bien longtemps après. Hugh Jackman, désirant arrêter, a voulu offrir une fin digne de ce nom à ce dernier opus. Après dix-sept ans, Wolverine tire sa révérence pour des adieux comme il fallait et livre un dernier combat. A ses côtés, Charles Xavier, vieux et malade qui prend des médicaments pour éviter que son cerveau ne fasse des siennes. A priori, son école n’existe plus, on ignore ce que sont devenu les autres, après tout le film est centré sur le personnage de Logan. Des références, oui, on aura même le droit a un clin d’oeil aux comics X-Men mais par contre pas de caméo de Stan Lee. Au scénario, James Mangold, Michael Green et Scott Frank qui pour cette dernière aventure signent une écriture grandiose : on ressent bien que tout se terminera ici, le personnage de Logan est très écrit on ressent bien la fatigue du personnage. Sans trop de temps morts, l’écriture est vraiment bien soignée, une violence impressionnante sans en faire des tonnes : tout est plutôt maîtrisé. Pour le casting donc : Hugh Jackman livre pour la toute dernière fois le rôle de Wolverine et si le film s’appelle Logan, c’est qu’il ne s’agit pas vraiment d’un film de super-héros. Patrick Stewart une dernière fois en Charles Xavier …ou pas, brillante pour la première fois à l’écran la jeune Dafne Keen assure face à un méchant mercenaire très convaincant interprété par Boyd Holbrook. Alors, un film de super-héros, oui et non, en tout cas un film qui clos comme il faut les aventures d’un personnage iconique de l’univers des comics Marvel.

 

Mine de rien cela fait 17 ans que Hugh Jackman interprète le personnage de Wolverine. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’acteur australien n’a jamais déçu dans ce rôle. Même dans les films de la saga X-Men les moins bon comme X-Men Origins: Wolverine qui n’est pas loin de la purge et dans X-Men 3: l’affrontement final qui est certes moins bon que ses deux prédécesseurs mais qui contrairement à Origins Wolverine est un divertissement plus qu’honnête. Pour coller à son personnage Hugh Jackman a dut passer par toutes sorte de régimes pour pouvoir garder la musculature adéquate au personnage de Logan.

Ce  » Logan  » est donc le film où Hugh Jackman fait ses adieux à la saga et plus particulièrement au rôle de Wolverine. Chronologiquement la saga est un vrai bordel au niveau de la time-line. Logiquement ce Logan se situe après X-Men Days of Future Past. Ce film prend place en 2029, les mutants n’éxistent plus, seuls quelques mutants subsistent comme Wolverine, le professeur Xavier et Caliban. Pour subsister Logan fait un petit boulot de chauffeur de limousine et garde en secret le professeur Xavier qui est malade.

Tout d’abord, un des gros points forts du long-métrage c’est son esthétique. Enfin un film Marvel avec une véritable esthétique. La photographie signée John Mathieson qui a notamment opéré sur des films comme X-Men First Class, Agents très spéciaux ou encore 47 Ronin. La photographie est vraiment très travaillée, elles s’inspire notamment beaucoup de l’esthétique des Mad Max de George Miller sans que celle-ci prenne le pas sur le film.

Il aura fallut attendre la dernière apparition de Hugh Jackman pour que l’on voit enfin le Logan des comics. C’est-à-dire un homme qui se comporte comme une véritable machine à tuer. Car si il y a bien un domaine où excelle le long-métrage, c’est dans la violence qui nous est montrée à l’écran. James Mangold n’hésite pas à faire couler le sang, les membres découpés par X-23 et Wolverine. Le metteur en scène nous propose une mise en scène très viscérale lors des scènes de baston et une mise en scène très posée lors des phases d’émotion. Ces dites phases d’émotion sont vraiment touchante et nous fait ressentir de l’émotion pour nos 3 personnages principaux. Les 3 acteurs, Hugh Jackman, Patrick Stewart et Dafne Keen (dont c’est le premier film) sont vraiment magistraux dans leurs rôles respectifs. Mais la palme de la meilleure interprétation revient bien entendu à Hugh Jackman qui nous signe sa meilleure performance à l’écran.

Pour conclure je dirais que Logan de James Mangold est une réussite et est bien le film que la promotion nous avais vendu. Le long-métrage est viscérale, violent, touchant, beau. Bref vous passerez par toutes les émotions possible en regardant ce film. Hugh Jackman et Patrick Stewart s’en vont donc avec les honneurs et Dafne Keen est promit à une belle carrière. Je vous conseille donc d’aller voir Logan de James Mangold (PS: la nouvelle VF sur le personnage de Logan passe finalement très bien même si le doubleur originel vous manquera surement).

 

« Logan » est un baroud d’honneur adulte et violent à un personnage culte, un western moderne au regard doux amer sur l’Amérique actuelle et sans conteste l’un des meilleurs films de super-héros récents. Exactement le genre d’œuvre dont le dernier plan s’imprègne sur notre rétine humide..

 

 

Logan et bien plus que le dernier film sur Wolverine avec Hugh Jackman, c’est la fin d’un cycle qui aura duré 17 ans. Violent, Brutale, Intimiste et Bouleversant, Logan fut pour moi un grand moment, un moment où j’ai vu les symboles de mon enfance se dénaturer et tirer leurs révérences de la manière la plus brutale, marquante et touchante possible. Je voulais que Logan me foute une claque, mais à la place Logan m’a donné un gros coup de poing dans la gueule et m’a fait comprendre que tout, même les mythes, ont une fin. Hugh Jackman et Patrick Stewart tirent leurs révérences de manière magistrale et les mots me manquent pour exprimer ma gratitude envers ses deux visages iconiques de la saga X-MEN pour ses 17 années de grands et loyaux services, les mots me manquent !!!!! Gros coup de cœur pour Logan.

Orel

Orel Durden (Créateur du site ,rédacteur en chef) Passionné ,cinéphile ,cinévore depuis petit ma passion pour le cinéma est immense mon réalisateur favori Steven Spielberg mon film culte de sa filmo E.T je ne m’en lasse pas ainsi que Jaws .Mon film culte préféré Fight Club de Fincher mon deuxuième réalisateur favori ,dont Zodiac s’ajoute a mes favoris de sa filmographie .Les films comme Alien de Ridley Scott ,Elephant de Gus Van Sant ,Into the Wild de Sean Penn ou encore Requiem for a dream de Aronofsky sont les oeuvres auquel je ne me lasse pas .Sinon si je devais ,dire deux film de Hitchcock ça serait « Psychose »et « les oiseaux » tout simplement des chef d’oeuvres .J’espère que ce site vous satisfait ,merci a vous et vive le cinéma .

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :